F.I.S.T. : Forged In Shadow Torch - le Metroidvania ultra badass à côté duquel vous êtes passé

JL Techer | 22 décembre 2021 - MAJ : 23/12/2021 17:09
JL Techer | 22 décembre 2021 - MAJ : 23/12/2021 17:09

Mêlant action, aventure et plateforme, F.I.S.T. : Forged In Shadow Torch renouvelle la formule Metroidvania façon cyberpunk anthropomorphe.

Les prétendants au trône de meilleur héritier de Metroid et Castlevania ne manquent pas ces dernières années. La scène indépendante en particulier déborde de propositions plus ou moins heureuses, chacune tentant de se démarquer en variant ses thématiques narratives (Blasphemous et son lore inspiré de l'inquisition espagnole), ou en ajoutant des éléments de gameplay venant d'autres genres (Hollow Knight et la méthode Dark Souls).  

Cependant, malgré beaucoup d'appelés, il reste peu d'élus en bout de course, le public étant de plus en plus exigeant envers un genre qui peine souvent à se renouveler, et qui n'a souvent d'yeux que pour les ténors du genre. Dans cette jungle metroidvaniesque, un titre en particulier a réussi à sortir du lot, grâce à un univers cyberpunk original et à un casting anthropomorphe très attachant : F.I.S.T. : Forged In Shadow Torch

 

FIST :  Forged In Shadow Torch : photoRayton Rabbit a piqué l'imper d'Humphrey Bogart

 

Le lapin de pâques Punk

Rayton est un vieux de la vieille, un ancien soldat qui a laissé tomber les armes pour retourner à la vie civile. Après une carrière au cours de laquelle il a vu et vécu des horreurs, il a raccroché, et préfère désormais se contenter d'aller boire quelques verres avec son meilleur ami et ancien compagnon d'armes Urso chez Chuang, qui tient le meilleur resto de nouilles du bled. Petits détails : Ray est un lapin, Urso un grizzly et Chuang le meilleur panda roux cuistot du pays.

Mais point de Fables de La Fontaine à l'horizon ni d'esprit familial à la Disney, le monde de F.I.S.T. est une dystopie totalitaire à l'esthétique cyberpunk, voire dieselpunk, avec des accents rétro-futuristes qui ne manqueront pas de rappeler Fallout par certains choix esthétiques relevant du film noir (le look du héros) ou des années 50. Sur ces terres, où la justice est aux mains robotiques de la Légion des Machines, chaque porteur de fourrure "Furtizens", est réprimé et condamné à vivre reclus. 

 

FIST :  Forged In Shadow Torch : photoLe meilleur resto de Torch City

 

Rayton n'avait aucune intention de prendre part à quelque rébellion que ce soit. Mais le jour où son meilleur ami est kidnappé par les robots de la Légion, et enfermé dans la Torch Tower, le lapin le plus badass jamais connu (après le lapin tueur de Caerbannog des Monty Python) est contraint de reprendre les armes, en l'occurrence un énorme bras mécanique à faire pâlir de jalousie le Soldat de l'Hiver. Pour le libérer, Ray va devoir arpenter les allées malfamées de Torch City, et au passage délivrer la ville du Mal. 

Contrairement à la majorité des Metroidvania qui ont tendance à faire l'impasse sur le scénario pour fournir un simple prétexte à l'exploration, F.I.S.T. : Forged In Shadow Torch a bénéficié d'une écriture soignée. À travers les échanges verbaux avec les PNJ, aux doublages excellents, que cela soit en version anglaise ou en mandarin (le jeu étant intégralement sous-titré en français, même sur PlayStation depuis sa dernière update) et ses nombreuses scènes cinématiques, le titre dévoile peu à peu une intrigue sombre et captivante.

 

FIST :  Forged In Shadow Torch : photo"Si tu spoiles l'histoire, t'es un robot mort"

 

Mais plus encore que par son scénario, c'est par sa direction artistique brillante que F.I.S.T. se démarque largement de la concurrence. La misérable Torch City est dépeinte de la plus belle des manières, la représentation graphique générale transmet avec brio toute l'âpreté de la vie des bidonvilles et de ces ruelles sordides. 

L'aspect rétro-futuriste de la ville évoque une Beijing alternative, dont l'ambiance ne manquera pas d'évoquer la légendaire cité de Midgard de Final Fantasy VII, perdue entre des bas fonds scabreux et des néons lumineux aux teintes pastel. Développé sur Unreal Engine, le jeu délivre une 2,5D de toute beauté, et affiche une fluidité exemplaire que cela soit dans les phases d'exploration, de plateforme ou de combat.

 

F.I.S.T. :  Forged In Shadow Torch : photoTorch City, bientôt jumelée avec Midgard

 

FIST OF FURRY

Plateforme et combat : sur ces deux points (poings ?), F.I.S.T. parvient largement à sortir du lot. Héros très mobile, Rayton Rabbit virevolte à l'écran de façon très nerveuse, et réagit au quart de tour, un pur plaisir pour les yeux et les manettes. Double saut, dash aérien, wall jump, tout le panel complet du petit platformer est là. Et il fallait au moins ça pour être en cohérence avec l'approche quasi fétichiste (et hautement réjouissante) du jeu de plateforme avec laquelle les développeurs de TiGames ont pensé leur jeu. 

Le système d'affrontement n'est pas en reste, puisque le studio a fait le choix d'aborder cela en le pensant comme un beat'em up 2D. Privilégiant largement le corps à corps, le combat mêle mouvements d'arts martiaux et utilisation du bras mécanique du héros. Rayton accédera à des combos se complexifiant au fil du titre, débloquant des techniques de plus en plus stylées et efficace. Mention spéciale aux mouvements d'exécution des ennemis particulièrement satisfaisants. 

 

FIST :  Forged In Shadow Torch : photoDes plateformes explosives entre deux wall jumps, la routine

 

Si le jeu n'échappe pas à quelques poncifs du genre, comme le fait de devoir souvent backtracker pour débloquer des zones inédites suite à l'obtention de nouvelles compétences et certains boss qui forceront à un apprentissage par coeur de leur pattern, il compense largement cela grâce à un level-design invitant à l'exploration, et à un challenge plutôt bien dosé. 

Il faudra compter une petite dizaine d'heures pour voir le bout de l'aventure, mais celle-ci ne sera pas finie pour autant. Depuis la dernière mise à jour du titre, celui-ci a reçu un mode Boss Rush, qui invite à aller castagner tous les boss affrontés auparavant. Un mode cauchemar a même été inclus, dans lequel le héros peut affronter son mentor, Maitre Wu, dans un pugilat martial qui ravira les amateurs de baston. 

 



TiGames est parvenu à produire un jeu d'une grande générosité. Entre son système de combat bien plus profond qu'il n'y parait, son level-design très intelligent et une direction artistique sublime, F.I.S.T. a tous les atouts pour séduire les gamers en mal d'action, d'exploration et de plateforme. Une fois le titre pris en main, difficile d'imaginer qu'il a été réalisé par un jeune studio de Shanghaï qui a à peine trois ans d'existence. 

F.I.S.T. : Forged In Shadow Torch est une excellente alternative pour celles et ceux qui ont fini Metroid Dread, ou qui n'ont pas pu s'y frotter à défaut de Switch. Raison de plus pour ne pas bouder son plaisir, il est possible de trouver le jeu de TI Games en ce moment à prix réduit sur Steam, Epic Games Store et PlayStation Store, en suivant les liens ci-dessous, et une démo est même disponible sur PC, que demander de plus ?

Ceci est un article publié dans le cadre d'un partenariat. Mais c'est quoi un partenariat Ecran Large ?

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Elerzed
11/01/2022 à 21:51

Bon j'ai testé FIST ... longuement, j'ai joué du râteau pour ne rien raté.
Le jeu a presque tout pour convaincre mais raté clairement sa cible pour en faire un hit. Fan des "die and retry" (la série des souls, bloodborne, mortal shell ou the sturge) je ne rebute jamais devant la difficulté. Mais ce jeu en particulier m'a fait l'effet d'une punition tant certain passage sont horripilant en terme de gameplay. Et he parle bien ici du game play ! De manière général c'est agaçant mais surmontable sauf face aux boss. Certains s'enchaînent et la maniabilité du personnage parfois un peu aléatoire rend l'expérience particulièrement déplaisante sur la longueur.
Je comprends de fait que malgré une intention scenaristique et un gamedesign réussi, le jeu se soit planté... et je n'en ferai pas une éloge. N'oublions pas tout de même que la maniabilité reste le fer de lance d'un jeu de plate-forme BTA malgré tout les bonnes intentions qui l'entoure.
Je précise que cela est un descriptif de mon expérience

Kyle Reese
22/12/2021 à 21:20

@rientintinchti

Au bout d'un moment ta fixette devient plus que lassante, elle devient dérangeante !
Voilà sans doute l'explication ... mais tu dois parfaitement bien le savoir.
Et puis tu n'es pas le maitre du château ici.

rientintinchti
22/12/2021 à 20:10

@Kyle Reese
Malheureusement j'ai encore été censuré.
Je ne comprends pas, pourtant mes textes ne font que l'éloge des wachowski.
Je pensais qu'Ecranlarge défendait la liberté d'expression, je pensais qu'ils sauraient reconnaitre le grand écrivain qui sommeille en moi.
Je suis faché et je boude.

Kyle Reese
22/12/2021 à 16:00

@rientintinchti

Rah tu m'as pris de vitesse !


Ca à l'air très beau et j'aime bien le look du lapin. Me laisserai bien tenter quand je trouverai du temps.

Milou
22/12/2021 à 15:58

@Berserk

Sur Steam alors, tu pourras ainsi te faire rembourser sauf si tu arrives à supporter ce gameplay lourd et sans intérêt.

Le pire metroidevania de cette année, pour sûr !!

Berserkovore
22/12/2021 à 14:43

OK je suis convaincu, je le prends !

rientintinchti
22/12/2021 à 13:11

Suivez le lapin blanc....

votre commentaire