Kena : Bridge of Spirits - le Zelda de la PlayStation est (encore) retardé de quelques semaines

JL Techer | 29 juillet 2021 - MAJ : 29/07/2021 14:21
JL Techer | 29 juillet 2021 - MAJ : 29/07/2021 14:21

Le jeu d'action-aventure Kena : Bridge of Spirits, attendu pour août, a été retardé d'un mois pour bénéficier d'un ultime coup de polish. 

Les semaines se suivent et se ressemblent pour le titre d'Ember Lab. Attendu depuis juin 2020 et son annonce au show de présentation de la PlayStation 5, Kena devait être l'un des titres forts du lancement de la bête next-gen de Sony. Fortement impacté par la pandémie de Covid-19, le studio avait dû annoncer un premier report de six mois en septembre 2020, puis un second, et un troisième... Kena se transformant en arlésienne à mesure que le temps passait. 

Et alors que nous commencions à y croire vraiment, que la date du 24 août avait été fixée pour un véritable rendez-vous, voilà que la gardienne des esprits a posé un "ultime" lapin. C'est en tout cas ce que nous promet le studio Ember Lab, qui invoque la nécessité d'un dernier coup de polish pour que le jeu soit parfaitement jouable et apparaisse sous son meilleur jour sur toutes les plateformes (PC, PS4 et 5 pour l'occasion). 

 

photoLa patience tu devras apprendre, si jouer à Kena tu veux

 

L'équipe de développement s'est fendue d'un tweet assez laconique afin de préciser que le titre aura un mois de retard, et qu'il sortira en fin de compte le 21 septembre prochain. 

"Nous avons pris la difficile décision de retarder la sortie de Kena à la date du 21 septembre afin de peaufiner le jeu sur toutes les plateformes. L'équipe a travaillé très dur et nous pensons que ce délai supplémentaire est essentiel pour garantir la meilleure expérience possible.

Nous savons que beaucoup d'entre vous sont impatients de jouer et nous apprécions votre patience alors que l'équipe continue à travailler pour offrir la meilleure version de Kena. Merci pour votre soutien extraordinaire." 

 

Un communiqué qui laisse entendre que l'équipe a dû être (et est peut-être encore) en plein crunch afin de pouvoir livrer le jeu à temps, mais que cela n'a pas suffi pour fournir un titre convenable. Ceci n'a rien de rassurant quant à l'état final du jeu, les reports multiples et ce retard total d'une année ne soulevant que questions et inquiétudes relatives à la qualité du produit fini. 

Des inquiétudes à la hauteur des attentes concernant Kena : Bridge of Spirits, car le titre laisse entrevoir de très belles propositions de jeu. Visuellement tout d'abord, avec son esthétique particulièrement léchée, le jeu propose d'explorer un monde enchanteur, très influencé par les travaux des studios Ghibli. Les créatures qui accompagnent l'héroïne évoquent fortement les noiraudes de Mon voisin Totoro et Kena pourrait très bien trouver sa place dans un anime de Hayao Miyazaki

 

 

Autre point prometteur : les développeurs affirment que la gestion des petits esprits de la nature qui vous accompagneront dans votre aventure rappellera Pikmin. Ceux-ci seront la clé de la résolution de la plupart des énigmes, et viendront également vous prêter main-forte en plein combat. Du côté gameplay, les habitués de The Legend of Zelda: Breath of the Wild seront en terrain conquis. Vue à la troisième personne, combat au corps à corps, ou à distance avec arc et/ou sorts magiques, le panel complet du parfait petit Link devrait être à disposition des joueurs. 

Qu'on ne s'y trompe pas, il ne s'agit pas là de plagiat, mais bel et bien d'hommage. Le studio Ember Lab clame haut et fort son amour pour la licence Zelda, et l'a même prouvé en produisant un court métrage à la gloire de The Legend of Zelda: Majora's Mask, disponible en ligne. Ce qui est également l'une des raisons pour lesquelles le titre est aussi attendu. Les possesseurs de PS4, PS5 et de PC pourraient enfin avoir un Zelda-like digne de ce nom

 

photoLe tombeau des lucioles, sans dépression

 

Dernier point, sur lequel il est important de revenir : le studio derrière Kena : Bridge of Spirits n'est pas une grande structure. À peine composée d'une quinzaine de personnes, l'équipe semble avoir fourni un véritable travail d'orfèvre pour produire un titre digne d'attention. La taille du studio permet aussi d'assurer le fait que le titre sera sûrement de taille raisonnable, et qu'il n'aspirera pas à une durée de vie de 50 heures ou à un monde ouvert qui rivaliserait avec celui de Breath of the Wild.

Toutefois, le jeu semble bourré de bonnes intentions, et son monde fantastique aux accents miyazakiens plein de promesses donne envie de croire à la réussite du titre. Mais encore faut-il qu'il sorte vraiment un jour...

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire