Avatar, Marvel, Pirates des Caraïbes... comment Disney réinvestit en force le jeu vidéo

Antoine Desrues | 23 juin 2021 - MAJ : 24/06/2021 13:35
Antoine Desrues | 23 juin 2021 - MAJ : 24/06/2021 13:35

Alors que ses franchises comme Avatar et Pirates des Caraïbes ont envahi l'E3, Disney a détaillé sa stratégie pour s'imposer dans le monde du jeu vidéo.

Si Disney a instauré une certaine hégémonie dans le domaine du cinéma et de la télévision, la firme aux grandes oreilles a eu plus de difficultés à investir le jeu vidéo ces dernières années. Après l'échec de Disney Infinite et de ses figurines, la branche gaming de la multinationale a semblé baisser les bras, en réduisant le nombre de titres basés sur ses franchises pourtant importantes, pour se focaliser sur du jeu mobile oubliable.

Pour autant, l'E3 de 2021 a rappelé le pouvoir de Disney et de ses licences. Entre le jeu Avatar : Frontiers of Pandora d'Ubisoft, la collaboration entre Sea of thieves et Pirates des Caraïbes, ou encore l'annonce par Square Enix de Marvel's Guardians of the Galaxy, l'ombre de Mickey s'est fait ressentir sur de nombreuses conférences. Interrogé par GamesIndustry.biz, Sean Shoptaw, le vice-président de Walt Disney Games, a assuré que la retenue de la marque depuis 2016 n'était qu'une manière de reculer pour mieux sauter :

 

photoAiiiie confiaaaaaaaaaance

 

"Il ne s'agissait pas de ne plus faire de jeux ou de réduire les effectifs et notre ambition. Il fallait que nous pensions une nouvelle stratégie pour ce médium. C'est sûr qu'on a eu droit à quelques gros titres négatifs lorsqu'on a fermé ou vendu des studios [...]. Mais nous pensions à une nouvelle ambition, pour entrer dans cet espace de manière plus robuste."

Dès lors, quand bien même Disney Games n'est plus un studio très actif, il a su confier à d'autres ses bébés, tout en supervisant cette approche plus variée. Et ils ne sont pas les seuls. Alors que le rachat de Lucasfilm en 2012 a précipité un contrat d'exclusivité avec Electronic Arts, celui-ci s'est terminé avec la naissance de Lucasfilm Games, un giron permettant aux gardiens du temple de garder un œil sur les productions en cours, mais en ouvrant le coffre-fort à un plus grand nombre de studios. Résultat, dès l'annonce de cette nouvelle entité, Ubisoft a confirmé plancher sur un jeu Star Wars en monde ouvert, tandis que Bethesda a annoncé éditer une aventure d'Indiana Jones.

 

photoOh, le DLC d'Avengers... ah non c'est un jeu à part

 

Ainsi, Sean Shoptaw a expliqué que la différence majeure de stratégie pour Disney résidait dans l'attente des joueurs, qui ne sont plus attirés par des jeux spécifiquement liés à des films. C'est pourquoi, plutôt que de précipiter des productions afin de capitaliser sur certaines IP, il vaut mieux trouver le partenaire idéal, comme lorsque Rare est venu pitcher une extension Pirates des Caraïbes pour son jeu Sea of Thieves, quand bien même Jack Sparrow a perdu en attrait depuis l'échec de son cinquième film en 2017 :

"Ils ont fait le meilleur jeu de pirates de tous les temps, et nous avons l'une des plus grandes franchises de pirates de l'histoire. Ils voulaient raconter des histoires uniques avec Jack et les autres personnages, et ce d'une nouvelle manière. […] Cela ne veut pas dire qu'on va essayer d'intégrer chacune de nos IP dans une expérience pré-existante, mais nous ne pouvions pas tourner le dos à une telle proposition. Le mariage entre Pirates et Sea of Thieves était parfait, il faisait parfaitement sens."

 

photoLa fontaine de Jouvence pour Disney ?

 

D'un autre côté, Sea of Thieves est loin d'être une exception, surtout lorsqu'on regarde Fortnite et ses nombreux skins adaptés de The Mandalorian ou d'Avengers, sans même parler de ses events qui en sont venus jusqu'à révéler un élément central de Star Wars : L'Ascension de Skywalker. La collaboration est importante, car une marque ne peut plus suffire à assurer le succès d'un jeu. Quand bien même Marvel Games fonctionne avec une certaine autonomie par rapport à Disney, l'échec de Marvel's Avengers a remis les pendules à l'heure pour tout le monde.

Avant la franchise, les joueurs s'attardent sur le gameplay. GamesIndustry.biz l'a d'ailleurs bien observé puisqu'un jeu comme Star Wars Jedi : Fallen Order a moins été comparé aux autres titres se déroulant dans l'univers de George Lucas, qu'à Dark Souls et Uncharted dont il reprend la base des mécaniques. Résultat, Disney Games a désormais pour ambition d'ouvrir l'accès à ses licences, y compris à des développeurs plus indépendants, bien que l'on mette une réserve sur cette assertion. Si cette manière logique de réinvestir le champ n'a pas pour le moment délivré de véritables révolutions technologiques et ludiques, on doute qu'elle porte ses fruits prochainement.

Tout savoir sur Disney

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Morcar
24/06/2021 à 12:04

Ce qui est rassurant, c'est qu'on voit que Disney croit encore en PdC.

votre commentaire