Battlefield 3 : On y a joué !

Raphaël Carlier | 16 septembre 2011
Raphaël Carlier | 16 septembre 2011

Jeudi matin nous étions conviés à assister à une présentation du nouveau Need for Speed, intitulé The Run, mais surtout à découvrir Battlefield 3. Soit le nouvel opus d'une saga au multijoueur peaufiné à l'extrême, nous sommes loin du fourre-tout à la Modern Warfare 2, qui compte proposer pour la première fois une campagne solo intense, spectaculaire, mais surtout réaliste. Un mot qui est souvent revenu lors de la présentation du jeu par Karl Magnus Troedsson, Vice Président et General Manager du studio DICE. Une nouvelle occasion de nous parler de leur moteur maison le Frostbite 2. Si le premier moteur Frostbite (quel nom) tournait parfaitement sur Battlefield Bad Company 1 et 2, développés principalement pour les consoles de salon, cette nouvelle mouture offre un rendu hallucinant... dont-il vaut mieux profiter sur ordinateur puisque c'est la version PC de Battlefield 3 qui reste la priorité des développeurs. Le rendu s'annonce assez hallucinant sur cette plate-forme et enterre le très joli Crysis 2. Mais pour accentuer le réalisme et immerger le joueur comme jamais, le studio suédois a collaboré avec Andy McNab, un vétéran et ancien SAS qui est l'auteur de nombreux best-sellers et qui a été conseiller sur de nombreux films (comme Heat d'ailleurs). Le bonhomme, plein d'entrain et visiblement enchanté par son expérience sur le jeu nous a expliqué en détail quel était son boulot sur Battlefield 3. Comme nous avons pu l'interviewer nous vous gardons tout ça pour plus tard. La conférence prenant fin, n'écoutant que son courage, Simon alla braver le champ de bataille pour vous faire part de ses impressions sur la campagne, le mode multijoueur, et le nouveau mode coopération.

 

 

Le mode solo : mission nocturne donc, jolie mais pas incroyable, nerveuse mais pas trépidante. Tout est de très bonne facture et aucun domaine ne déçoit réellement, en revanche on a le sentiment que l'équipe garde clairement des éléments sous le pied et ne compte pas nous en donner trop à voir.


Le mode coopératif : rejoint par l'excellent Alexandre Poncet, qui me susurre : « l'exfiltration en coop, c'est super bon tu vas voir. » Ni une ni deux, nous nous jetons sur une mission au cours de laquelle il faudra récupérer un contact retenu par des vilains, avant d'escorter un convoi, quand des nuées d'ennemis nous tombent dessus, telle la vérole sur le bas peuple. Phase plutôt plaisante et que le joueur est libre d'aborder comme un bourrin sanguinaire, ou un chirurgien du fusil à lunette. Les effets de lumière et de particules sont particulièrement réussis, le rendu des visions nocturne et infrarouge fonctionne parfaitement tout en étant véritablement utile. Une prise en main immédiate et l'obligation de secourir son collègue dans un TRÈS bref délais en cas de blessure grave rendent l'expérience intense.


Le mode multijoueur : force est de reconnaître que Paris dans Battlefield, ça ressemble beaucoup à Paris en vrai, les balles traçantes en plus. Encore une fois, l'ensemble est techniquement très solide, et l'on préfère presque tirer dans le décors que sur les ennemis pour découvrir les multiples effets de destruction. Le niveau est bien conçu et propose une multitude d'étages et de situations différentes. Les fusillades sont rapides et précises, même si le fan hardcore de la lourdeur Killzonienne pourra les trouver un chouïa trop nerveuse. En revanche on est parfois décontenancé par les informations affichées à l'écran, notamment le plan, qui manque de clarté.

 

 

 

Quant à moi, après avoir interviewé Andy "poigne de fer" et le Vice Président de DICE (qui est resté bouche bée face à ma maîtrise absolue de la langue de Shakespeare), je me suis immédiatement lancé vers les bornes de jeu, alors que tout le monde était en pause déjeuner, pour vous faire part de mes impressions oh combien pertinentes et indispensables.

 

Le solo : Une mission nocturne sur PS3. Petite déception graphique sur la console de Sony, je m'attendais à mieux mais je reste confiant pour la version finale. En tout cas l'ambiance sonore, les animations, et le feeling des armes m'ont scotché pendant la très courte durée de cette démo.

Le mode coopératif : Personne ne voulant jouer avec moi j'ai dû faire l'impasse dessus, heureusement que Simon a eu l'occasion de s'y essayer.

Le mode multijoueur : La carte de Paris sur Xbox 360. Étonnamment, j'ai trouvé cette version plus solide techniquement que l'extrait de la campagne sur PS3. Sinon c'est comme Battlefield Bad Company 2 mais sans les défauts. C'est ultra-dynamique, on peut courir, faire des glissades sur les rebords, s'allonger pour ajuster sa visée et exploser les décors. On débute dans le métro parisien avant de continuer dans les rues de Paris (avec vue sur le Sacré-cœur et la Tour Eiffel). De nombreuses heures en perspective.

iPhone/iPad : Une version smartphone qui tournait plutôt pas mal avec une ventouse en guise de joystick. C'est en vue FPS, assez basique, mais ça coutera moins de 10€. C'est assez similaire à la version iPhone de Bad Company 2, le même studio aux commandes, mais en plus jouable.

 

Un petit mot concernant Need for Speed : The Run. Si nous aurons l'occasion de vous reparler de ce jeu qui sort en novembre 2011, ça s'annonce pas mal du tout. Des courses arcades dans des voitures de luxe à plus de 300 km/h, en traversant les États-Unis d'Ouest en Est (une sacré-course). C'est très dynamique, l'histoire possède un côté Fast and Furious, et c'est spectaculaire. Le tout servi par le moteur de Battlefield 3 qui tourne parfaitement sur ce jeu.

 

Battlefield 3 est (très) attendu pour le 27 octobre sur PC, Xbox 360 et Playstation 3

Need for Speed : The Run est attendu pour le 17 Novembre sur PC, Xbox 360 et Playstation 3

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire