Impressions de WET : John Woo à la sauce Tarantino

Raphaël Carlier | 27 août 2009
Raphaël Carlier | 27 août 2009

Comme vous avez pu le constater, la démo de WET est en ligne. L'occasion de partager les premières impressions de ce titre particulier.

Alors WET qu'est ce que c'est ? C'est un jeu d'action survolté développé par le tout nouveau studio A2M et édité par Bethesda. Pour l'ambiance, imaginez si Quentin Tarantino avait écrit Hard-boiled et confié la réalisation à Robert Rodriguez (période Mariachi/Desperado) avec une esthétique Grindhouse. L'héroïne, c'est Rubi Malone, une tueuse à gage spécialisée dans le maniement du sabre et des flingues, plutôt douée pour les acrobaties.

 

Avant même de démarrer la démo, le menu met tout de suite dans le ton (un rendu semblable aux affiches Grindhouse), on imagine l'ambiance. Début du jeu : perchée sur un toit, Rubi observe un deal entre mafieux (Yakuzas ?) qui tourne au vinaigre, avant de virer au bain de sang avec l'intervention de notre héroïne. La belle plonge directement sur l'ennemi, forcément en nombre. L'occasion d'apprendre les mouvements de bases. Tout d'abord, influence Stranglehold, lorsque vous effectuez un saut le temps ralenti pour vous laisser le temps de viser vos adversaires. Si cela ne suffit pas à les mettre au sol, vous pouvez toujours effectuez une glissade sur les genoux en tirant à tout va avec classe. Dernier des trois mouvements principaux, vous pouvez courir sur les murs, toujours en visant vos ennemis ciblés automatiquement. Maintenant que vous êtes familiarisés avec les commandes plus besoins de s'embarrasser de conseils, la salle se remplie d'ennemis qu'il faut dézinguer, que ce soit en roulant sur les tables, glissant sur le sol, ou courrant sur les murs (on peut même rebondir sur un ennemi pour le viser de plus près, le temps étant toujours ralenti lors des acrobaties).

Il est temps de passer à la suite. Rubi part à la poursuite du méchant et c'est l'occasion d'apprendre une nouvelle technique bien pratique. Lorsque vous effectuez une acro, l'ennemi que vous regardez est ciblé automatiquement avec le premier révolver, ce qui permet de choisir une autre cible avec le second gun, la belle peut tuer deux ennemis en même temps. Pratique. Elle est aussi capable de tirer à l'envers en glissant d'une échelle (!) et sait manier avec virtuose le sabre pour trancher de près.

 

Il faut maintenant nettoyer toute une zone des méchants mafieux japonais. Pour ce faire il faut d'abord fermer quelques grilles pour empêcher les ennemis d'affluer indéfiniment (ou pas...) tout en tuant continuellement les ennemis en effectuant des acrobaties et en récupérant des multiplicateurs de combos pour gagner plus de points.

Si la miss n'a pas retrouver assez de santé en effectuant des actions spectaculaires, elle peut toujours se siffler une bouteille d'alcool cul sec avec de la faire exploser en plein vol (quelle femme cette Rubi).

 

Nouvelle séquence du jeu, l'héroïne se déchaîne. Après avoir été éclaboussée par le sang d'un ennemi, Rubi voit rouge, très rouge même. Dans un décor dépouillé il faut étriper un maximum d'ennemi avec le katana ou une mitrailleuse, le tout dans un style graphique particulier proche d'un Mad World. Bête et jouissif.

Dernière séquence, toujours bien enlevée, une poursuite sur autoroute. A l'aide de séquences en QTE (presser le bouton indiqué au bon moment) il faut bondir de voiture en voiture, en tirant sur les ennemis qui nous devancent. La séquence évoque la poursuite sur autoroute dans Matrix Reloaded mais avec encore plus de panache (à deux/trois détails près).

Le jeu propose donc un cocktail d'action explosif, servi par une jouabilité pas très élevé mais proposant un fun immédiat. Le jeu d'A2M est bête et méchant mais ravira sans doute les joueurs ayant bien accroché à Stranglehold ou qui apprécient les univers funs et décalé. Le titre dont on attendait rien s'annonce au final prometteur et la sortie est toujours programmée pour le 18 Septembre sur Xbox 360 et PS3.

 

Retrouvez la galerie de Rubi en action en cliquant sur l'image ci-dessous

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire