Halo : notre classement des jeux de la saga, du pire au meilleur

La Rédaction | 12 décembre 2021 - MAJ : 03/01/2022 16:11
La Rédaction | 12 décembre 2021 - MAJ : 03/01/2022 16:11

Avec l'arrivée du très attendu Halo Infinite, il est normal que beaucoup de joueurs et joueuses se replongent dans cette saga incontournable du jeu vidéo. C'est ce qu'on a fait et c'est justement pour ça qu'on vous dévoile notre classement des précédents épisodes de Halo, une des plus grandes licences de science-fiction vidéoludique.

NOTRE TEST DE HALO INFINITE : pourquoi c'est un espoir pour l'avenir de la saga

Tout a commencé en 2001 sur le continent américain (et en 2002 chez nous) avec Halo: Combat Evolved, lors du lancement de la Xbox, première console de Microsoft. Depuis lors, la saga Halo continue d'influencer toute équipe souhaitant développer un jeu de tir. Il s'agit également de la licence la plus lucrative de Microsoft (même en comptant l'acquisition du catalogue Bethesda, eh oui), il n'est donc pas étonnant de voir la firme continuer de lui faire traverser les générations de consoles.

 

 

De la Xbox à la Xbox 360, de 2001 à 2010, les jeux Halo sont développés par le studio Bungie qui a chéri son bébé pendant dix ans. À la fin des années 2000, le studio 343 Industries est justement fondé dans le but de succéder à Bungie qui commençait déjà à travailler sur Destiny. Le changement d'équipe très clairement tourné plus d'une page dans l'histoire de la franchise, pour le meilleur et pour le pire.

Et on s'excuse à l'avance, même si tout le monde s'en fiche un peu, mais les petits jeux tels que Halo: Spartan Assault et Spartan Strike ne font pas partie de ce classement. Ce qui nous intéresse ici, ce sont les jeux conçus pour nos consoles de salon ornementées d'un grand X vert (oui, certains sont sur PC et Mac, on sait). Sans plus attendre, voyons quels ont été les hauts et les bas de l'univers créé par Bungie.

 

Halo 3 : photoC'est l'histoire d'un mec... Qui tient toujours ses promesses.

 

9. Halo 5 : Guardians

C'est lequel, celui-là ? Alors que le Major part à la recherche de Cortana avec sa Blue Team de Spartans, le Spartan Locke et l'équipe Osiris poursuivent cette Blue Team parce que ouin ouin c'est pas bien de désobéir aux ordres. Les deux groupes sont attaqués par plein de Forerunnes pas contents.

Pourquoi c'est décevant : Dernier du classement ne veut pas forcément dire nul. Halo 5: Guardians a des qualités comme le fait d'inclure au scénario les frères et sœurs d'armes du Master Chief qu'on découvrait dans l'univers étendu. On a aussi l'occasion de voir à quoi ressemble la planète Sanghelios, foyer des Élites. Le plot twist du dernier acte qui nous brise le cœur avait le mérite d'être intéressant, tout comme ce qu'annonçait la cinématique finale.

 

Halo 5: Guardians : Blue teamLa légendaire Blue Team (ce qu'il en reste)

 

Le problème, c'est que le jeu ne nous donne pas ce que promettait sa promo, notamment une trahison du Major envers l'UNCS qui menait à une lutte fratricide entre lui et d'autres Spartans. On devait également découvrir ce qu'étaient ces fameux « gardiens » du titre, mais ces derniers n'arrivent qu'à la fin comme un cheveu sur la soupe (c'est un peu comme les soi-disant révélations d'Assassin's Creed Revelations, hihi).

À cela s'ajoutent des personnages un peu fades et une direction artistique qui se rapproche des Call of Duty futuristes récents. C'est aussi le cas du mode multijoueur, clairement pensé pour l'e-sport, qui pour le coup ressemble vraiment à du Call of et ne donne plus l'impression de jouer à Halo. Le second coup d'essai de 343 Industries (après Halo 4) fut donc un peu décevant, mais les images de Halo Infinite font heureusement vivre de l'espoir. Dernière chose : Halo 5 ne permet pas de jouer en écran scindé, et ça, c'est scandaleux.

 

OsirisLa Fireteam Osiris

 

8. Halo Wars

C'est lequel déjà ? Vous savez, c'est le jeu stratégique en vue isométrique développé par les parents d'Age of Empires. Le joueur contrôle l'équipage de l'UNSC Spirit of Fire contre les troupes de l'alliance Covenante dans une guerre commencée il y a cinq ans et déjà perdue d'avance.

Pourquoi c'est pas si ouf : Soyons clairs, l'idée de raconter aux joueurs comment se déroulaient les premiers conflits entre humains et Covenants était excellente. L'intrigue de Halo Wars se déroule en 2531, soit 21 ans avant les événements de Halo: Combat Evolved et ce n'est hélas pas l'impression qu'on a. La direction artistique ne nous dépayse même pas un petit peu et on se dit que l'histoire pourrait se dérouler en plein milieu de la trilogie principale.

 

Halo Wars : photoLes têtes pensantes du Spirit of Fire

 

Le principal problème est que l'équipe d'Ensemble Studios n'a pas eu énormément de temps pour développer le jeu. En plus de cela, il a fallu imaginer comment adapter le gameplay d'un Age of Empires, conçu pour le PC, à la manette de la Xbox 360 (oui car il a fallu attendre sept ans avant que le jeu ne soit disponible sur PC).

On note quand même que les cinématiques sont plutôt jolies et bien animées pour un jeu de 2009 (même si la VF est assez gênante), dommage que les graphismes des séquences de jeu ne soient pas au même niveau. Il est vrai qu'un jeu de stratégie en temps réel est censé pouvoir s'accorder à n'importe quel univers. Il est aussi vrai que le premier Halo devait être un STR... mais il est indéniable que tout le monde préfère la recette d'un FPS quand il est question de cet univers.

 

Halo Wars : photoLes Spartans de la Red Team

 

7. Halo Wars 2

C'est lequel déjà ? Il s'agit d'une suite à Halo Wars, sauf que ça se passe deux décennies plus tard, pas longtemps après les événements de Halo 5. Le joueur y contrôle toujours les mêmes troupes de l'UNSC Spirit of Fire et y découvre une faction ennemie redoutable.

Pourquoi c'est mieux : Dans Halo Wars 2, l'équipage du Spirit of Fire se réveille après vingt-huit ans de sommeil cryogénique alors que le vaisseau approche de l'Arche, la gigantesque installation Forerunner de Halo 3. Les quelques bases de l'UNSC qui s'y trouvent semblent avoir été ravagées par des vilains pas beaux. Il s'agit des Parias (the Banished en VO), des anciens Covenants qui se sont rebellés contre les Prophètes ; à leur tête se trouve Atriox, l'impitoyable brute comparable à Gengis Khan (à une échelle galactique).

 

Halo Wars 2 : photoL'entrée en scène impressionnante et angoissante d'Atriox

 

Par rapport à son prédécesseur, Halo Wars 2 a l'avantage d'être également sorti sur PC et pas seulement sur Xbox, une grande partie des joueurs ont donc pu profiter de son gameplay comme ils l'entendaient. Le jeu a été développé à la fois par 343 Industries et surtout Creative Assembly (connu pour la licence Total War). Les deux studios ont donc pu se diviser intelligemment les tâches et n'ont pas eu besoin de trop se presser. Bon, d'accord, la plupart des joueurs ont relevé des ralentissements quand ça pète de partout.

La jouabilité ne cherche pas à révolutionner quoi que ce soit, on voit surtout que le jeu veut préparer le terrain pour Halo Infinite et ce n'est pas pour nous déplaire, on aime beaucoup les Parias. Ce qu'on aime aussi, ce sont les cinématiques encore plus belles que dans le premier. Rien d'étonnant de la part de Blur Studio, à qui on devait déjà les cinématiques de Halo 2: Anniversary (et plein d'effets spéciaux du cinéma). En parallèle, les séquences de jeu sont assez agréables à regarder.

 

Halo Wars 2 : photoHologramme/20

 

6. Halo 4 

C'est lequel déjà ? Alors que tout le monde (ou presque) le croyait mort, Master Chief est réveillé d'une sieste de 4 ans par une Cortana complètement psychotique, il doit sauver le vaisseau Infinity paumé sur une planète pas vraiment paradisiaque et castagner des tonnes de Forerunners.

Pourquoi c'est l'épisode d'une résurrection un peu molle : Premier épisode de la saga Halo post-Bungie, le jeu prend de grandes largesses par rapport à l'histoire de la première trilogie (appelons ça le syndrome Star Wars). Inaugurant un nouvel arc narratif intitulé the Reclaimer Saga (la saga du Dépositaire en VF, ça claque moins). Halo 4 met au centre de l'intrigue les Forerunners, et fait d'eux les antagonistes principaux. 

Halo 4 : photoQuand Halo se la joue Matrix

 

Et malheureusement, ce choix plombe quelque peu ce quatrième épisode. Les Forerunners ne sont pas à la hauteur des Covenants en termes de design, de variété et de charisme. Et comme conscient de cette faiblesse, le studio surcompense cela en rendant les Forerunners quasi enragés dans la seconde partie du jeu. Malgré quelques moments de gloire, comme la mission d'escorte du Mammoth vers le Reclaimer, mémorable, et l'ajout de véhicules plutôt sympas pour des séquences de carnage sur roues assez jubilatoires, le tout manque de sel.

En tant que coup d'essai d'un nouveau studio sur une aussi grosse licence, 343 Industries ne s'en sort pas si mal. D'un point de vue technique le jeu fait honneur à la Xbox 360 et reste très agréable à l'œil, même en 2021. Cependant, l'histoire et la construction globale du jeu sont un peu brouillonnes, et souffrent de la comparaison avec la trilogie originale. Et quelle idée a pris aux développeurs d'ajouter du dubstep à la bande originale ? 

 

Halo 4 : photoAh shit, here we go again

 

5. Halo : Combat Evolved

C'est lequel déjà ? Alors que le vaisseau Pillar of Autumn (insérer métaphore phallique) se fait attaquer par les Covenants, le Master Chief se retrouve à atterrir en catastrophe sur un Halo et à protéger Cortana, une intelligence artificielle qui ne doit pas tomber entre les mains de l'ennemi. 

Pourquoi c'est une origine intemporelle : À sa sortie, Halo : Combat Evolved est le jeu qui a servi de pilier principal à la toute première Xbox. Avec son univers foisonnant, son monde ouvert enchanteur et sa musique aux accents grégoriens, les aventures du Major ont lancé la console de Microsoft dans le futur, au point de marquer à tout jamais l'industrie du jeu vidéo.

 

photoTin tin tin tiiiiiiiin.... tin tin tin tiiiiiiiiin...

 

Certes, rétrospectivement, Combat Evolved possède quelques carences dans sa campagne au rythme en dents de scie. Cependant, il est indéniable que les équipes de Bungie ont su donner aux joueurs une sensation de puissance jouissive, en lâchant leur personnage dans un monde hostile où les possibilités d'interaction avec les armes et les ennemis sont nombreuses. Pour autant, Halo premier du nom a aussi pour lui une progression réfléchie, principalement due à sa virée horrifique impressionnante dès lors que notre héros surpuissant se voit submergé par la menace des Floods.

Mais ce qui fait d'Halo un jeu culte, c'est la perfection de son gameplay, qui a su adapter pour plusieurs générations la manière dont un FPS doit être pensé pour une console. Entre son système de déplacement et de visée fluides, son coup de mêlée mythique, ou encore la stratégie que demande le port de seulement deux armes, Combat Evolved a su cacher derrière sa simplicité apparente une incroyable richesse. Pas étonnant qu'il soit devenu un incontournable du multijoueur, en amenant des geeks acharnés à se retrouver pour des LAN parties aujourd'hui fantasmées.

 

photoAllez les gars, on va tous les teabag !

 

4. Halo 3 : ODST

C'est lequel déjà ? Halo 3: ODST est un spin-off se déroulant sur Terre, pendant les événements de Halo 2 et 3. Nous y incarnons des soldats de l'UNSC qui essaient tant bien que mal de protéger une ville assiégée par les Covenants.

Pourquoi c'est génial : Alors que Bungie espérait en avoir fini avec Halo, Microsoft leur commande deux derniers jeux avant de les laisser partir. Ne voulant plus impliquer le Major, Joseph Staten, le principal scénariste du studio, se dit : « Et si on faisait un film noir dans l'univers de Halo ? ». L'idée était de raconter une histoire un peu plus humaine avec des personnages, certes coriaces, mais beaucoup plus vulnérables que des Spartans. À partir de là, les concepteurs artistiques se mettent au travail et finissent par convaincre le compositeur Martin O'Donnell d'être de la partie.

 


Breath of the Wild avant l'heure

 

Le gameplay de Halo 3: ODST nous plonge dans les rues de la Nouvelle Mombasa, un monde semi-ouvert où un des personnages, le Bleu, enquête pour savoir ce qui est arrivé à son équipe. L'intrigue nécessite de jouer la campagne une première fois en solo pour bien comprendre tout ce que le jeu a à raconter (vous pouvez évidemment jouer comme vous voulez et avec qui vous voulez), et à mesure que l'enquête avance, on s'attache pas mal aux personnages. Deux d'entre eux sont d'ailleurs doublés par Nathan Fillion et Alan Tudyk car les développeurs sont de gros fans de Firefly.

À défaut d'avoir un mode multijoueur comme ses prédécesseurs, ODST propose le mode Baptême du Feu qui consiste à affronter des vagues d'ennemis et survivre le plus longtemps possible. Rien de révolutionnaire, juste un max de fun à partager avec vos amis en écran scindé ou via le Xbox Live.

 

Halo 3: ODST : photoL'escouade Alpha-Nine

 

3. Halo : Reach

C'est lequel déjà ? C'est le dernier Halo développé par Bungie et c'est celui qui se passe quelques semaines avant Combat Evolved. On y incarne un Spartan de troisième génération alors que les Covenants arrivent sur la planète Reach, dernier bastion de l'humanité avant la Terre.

Pourquoi c'est génial : Halo : Reach est le cadeau de Bungie fait aux joueurs avant de quitter Microsoft (tout ça pour aller se faire maltraiter par Activion avec Destiny), on n'aurait pas rêvé mieux. Les dialogues du début de Halo 2 nous évoquaient la chute de la planète Reach face à la puissance de la flotte Covenante ; malgré cela, le déroulement de l'intrigue de Reach nous laisse croire que, tant qu'on peut encore se battre, il y a de l'espoir.

 

Halo: Reach : photoUne intro pas forcément rassurante

 

On a affaire à des personnages badass et attachants, une direction artistique merveilleuse, des batailles super fun en solo comme en co-op, le tout rythmé par une histoire tragique qui élimine les personnages un par un dans des cinématiques super bien réalisées. Le très peu de fan-service suffit à ravir les fans, surtout quand on découvre enfin le Dr Halsey, la « maman » de tous les Spartans, qui confie Cortana au protagoniste pour l'emmener sur le Pillar of Autumn.

Plus on joue, plus on a la possibilité de personnaliser l'armure de Noble 6, le mystérieux protagoniste, c'est aussi ce qui permet de différencier vos camarades en co-op. D'ailleurs, Halo: Reach dispose d'un des meilleurs modes en ligne de la saga (probablement ex æquo avec Halo 3), qui nous a fait passer des heures sur le Xbox Live à se battre pour les meilleures armes de chaque map, toutes plus ingénieuses les unes que les autres (sauf une qu'on ne citera pas).

 

Compte à reboursLa bonne vieille map Compte à rebours

 

2. Halo 2

C'est lequel déjà ? Alors qu'il reçoit une médaille (comme dans Star Wars), le Master Chief doit empêcher une flotte Covenant d'attaquer la Terre, et découvre surtout que les aliens ont trouvé un deuxième Halo (comme dans Star Wars).

L'épisode qui ose tout, et c'est génial : Plus grand, plus fort, plus fou, Halo 2 a eu l'ambition d'être encore meilleur que son aîné, devenu entre-temps un jeu incontournable. Néanmoins, les limites techniques de la Xbox ont vite obligé Bungie à faire preuve de malice, surtout lorsqu'ils se sont décidés à mettre en scène de grands moments de guérilla urbaine sur Terre.

 

ArbiterL'Arbiter, un bien beau personnage

 

Ainsi, malgré son level design plus resserré, Halo 2 est un titre qui ne cesse d'impressionner, comme lors de la bataille de New Mombasa. Mais surtout, les développeurs ont eu l'idée de génie de renouveler l'expérience du premier opus en offrant non pas un, mais deux points de vue. Avec un retournement de situation digne de Metal Gear Solid 2, la suite de Halo alterne entre des séquences dans la peau du Master Chief, et des passages dans le rôle d'un commandant Covenant déchu après les événements du premier jeu.

Non seulement cet ajout permet d'approfondir grandement le monde des extraterrestres et leur politique, mais elle délivre aussi un récit plus tragique, centré sur la quête de rédemption d'un être rejeté par les siens. L'univers de Halo n'en devient que plus sublime, comme s'il mettait en exergue la petitesse de nos héros dans cette immensité cosmique.

Ajoutez à cela le génial fusil de combat, l'épée à énergie et la possibilité de faire de l'akimbo, et voilà qu'Halo 2 parvient à devenir encore plus fun et stratégique. Tandis que le premier volet s'est imposé comme un jeu culte des LAN parties, sa suite a été le titre à même de donner vie au Xbox Live, et d'amener Microsoft et le FPS dans une nouvelle ère du online.

 

photoVous reprendrez bien un peu de plasma ?

 

1. Halo 3

C'est lequel déjà ? Alors que le Master Chief s'écrase (encore) sur Terre en pleine jungle africaine, il doit mener une course contre la montre pour empêcher le Prophète de la Vérité d'atteindre l'Arche, l'imprimante 3D géante capable de produire des Halos.  

Pourquoi c'est le Halo pour les gouverner tous : Après la claque du deuxième épisode, et surtout après trois années à attendre fébrilement pour savoir où allait mener le cliffhanger insoutenable de la fin de Halo 2, Halo 3 arrive comme le messie en 2007. Et ce fut l'épisode du "on pousse tous les potards à 1000" sur tous les aspects.

La campagne de Halo 3 est de loin la plus passionnante de toute la saga. Menée de main de maître, elle vient conclure les arcs de Master Chief, de Cortana et de l'Arbiter de façon parfaitement cohérente. Outre une narration au top et un rythme parfait, l'aventure réserve les gunfights les plus inoubliables de la saga, et des phases en véhicules bourrées d'adrénaline, avec pour climax la fuite finale en Warthog, absolument culte.

 

photoAmicalement vôtre

 

Mais comment parler de ce troisième opus sans évoquer son mode multijoueur ? Premier titre de la saga sur Xbox 360, Microsoft avait misé gros sur le volet online du jeu, et ce à raison, puisqu'aujourd'hui encore, l'expérience multi de Halo 3 est considérée comme l'une des meilleures de toute l'histoire du jeu vidéo. Les cartes furent savamment conçues, et fourmillaient de détails. Leur level-design brillant amenait à l'élaboration de stratégies complexes et réservait de beaux moments de bravoure en équipe. Mention spéciale à The Pit, une merveille de conception.

Plus important encore, le mode Forge permettait aux joueurs les plus créatifs de concevoir leurs propres cartes et modes de jeu, ce qui assurait au titre une durée de vie quasi sans fin. Avec son gameplay aux petits oignons, sa campagne maitrisée de bout en bout et sa durée de vie colossale en multi, rien d'étonnant au fait que presque 15 ans après sa sortie, il reste l'un des jeux de tir à la première personne les plus appréciés de tous les temps.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Major117
19/12/2021 à 10:42

Halo 3 c'est le meilleur

Awkad
17/12/2021 à 00:11

Perso mon préféré de tous c'est ODST et l'ambiance et la musique y sont pour beaucoup

Destution
13/12/2021 à 22:54

Vous plaisantez les mec? Le meilleur halo de la saga c'est le 3ème volait , c'est un fais la le moment plus impactant de la saga , c'était pendant la bataille entre le paradis et le master chief compagnies de l'arbiter.

Marshall
13/12/2021 à 16:16

Moi c'est
HALO 2 campagne avec beaucoup de mission musique épique
HALO CE le début d'une licence légendaire musique épique
HALO REACH
HALO INFINITE musique épique
HALO 3 dessus campagne avec pas beaucoup de mission
dans les missions c'est plus un aller a un point A, a un point b pour revenir au point A
HALO ODST
HALO WARS j'aime pas trop les jeux de plateau
HALO WARS 2 j'ai pas joué
HALO 4 j'ai pas aimé le changement de l'armure du major et (la mort de cortana) dessus de la musique
Et le pire des HALO
HALO 5 histoire nul a chier que 4 missions avec le coeur de HALO( le major) et la cerise sur le gâteau le 2 eme coeur de HALO cortana qui revient autant que ennemi pourquoi ?, avoir fait sa pour quoi encore maintenant je me demande encore pourquoi

11 25
13/12/2021 à 14:15

Et bien faut vraiment avoir une vie de merde pour faire son propre classement

Furinkazan81
13/12/2021 à 12:08

Le classement du multijoueurs lol
Déjà halo 5 c'est pas call of, loin de là, halo 3 est lent et bien moins compétitif qu'halo 2 et halo 5, reach est le plus mauvais avec halo 4.
Mon classement multijoueurs
Halo 2
Halo infinite
Halo 5
Halo 3
Halo reach
Halo 4

Elliot Amor - Rédaction
13/12/2021 à 10:41

@bof

Il n'y a qu'à lire certains commentaires de cet article pour voir que nous ne sommes pas les seuls à placer Halo 3: ODST devant Combat Evolved. Vous savez, les goûts et les couleurs...

Aigle117
13/12/2021 à 08:07

Le classement est biaisé car il ne prend que légèrement le volet multijoueur en compte.

Classement personnel :

Halo 2 avait tout pour lui, un solo épique, un multijoueur qui a lancé le xbox live.
Halo 3 était son clone sur la console suivante, et tout le monde adorait puisque le gameplay du 2 était parfait.
Halo 1 possède un bien meilleur solo que le 3 mais le multi était trop flottant. Après personne n'oubliera les LAN sur H1 et H2 =P. Ni le gun sniper ;).
Halo Reach ou le début de la fin. Malgré un solo épique, le multi était meh (la carapace en atout, cette hérésie).
Halo 5 et Halo 4, à l'image de la dernière trilogie Star Wars, aucune cohérence entre les épisodes même si on peut leur trouver des qualités individuellement. Puis les multi.. À choisir le multi, le 5 serait mieux pour sa nervosité, je suppose.

Et Halo Infinite ? Niveau multi un mélange du 3 et du 5, plutôt agréable.
Pour le solo, j'ai joué 1h et pour l'instant c'est moins épique que le 1 et le 2. Puis j'ai l'impression qu'on s'est encore 1 fois débarrassé de certains éléments de l'épisode précédent.. Après ça permettra peut-être une meilleur cohérence globale.

Wait and see!

Enfant non déclaré
13/12/2021 à 03:07

Pour le classement tous jeux sont classés par ordre de préférences, les spartan assault sont à la même place car je les concidère au même au niveau.

Classement de toute la saga en jeux:

1: H3
2: ODST
3: CE
4: H2
5: INFINITE
6: REACH

J'ai mis les Wars en dernier des jeux que je considère comme étant respectueux de la saga car je suis pas fan du style de gameplay qu'ils proposent. Mais ils restent des jeux avec de très bons scénarios et surtout des protagonistes très charismatiques.

7: WARS
8: WARS 2

A partir de la pour moi ces jeux sont les jeux que JE considère comme étant merdiques.

9: H4
10: H5
11: Spartan assault et Spartan Strike

bof
13/12/2021 à 00:44

Halo CE en cinquième position et derrière Halo ODST? Oula, ça sent le journaliste qui a découvert la franchise sur le tard. ;-)

Pour moi: Halo CE > Halo 2 > Halo 3 = Halo Reach = Halo 5 > Halo ODST = Halo 4. Les Halo Wars n'ont pas grand chose faire dans ce classement.

Plus
votre commentaire