Ça : Stephen King évoque la scène de sexe polémique et la violence du récit

Mise à jour : 24/09/2017 07:00 - Créé : 11 septembre 2017 - Jacques-Henry Poucave
Photo
262 réactions

Comme attendu, le succès de Ça est impressionnant. Une mise en lumière qui rappelle à beaucoup que le roman original contient une scène qui fit polémique.

Vous n’en trouverez nulle trace dans le long-métrage réalisé par Andres Muschietti, mais le roman Ça de Stephen King contient un passage mémorable, symboliquement très fort, et qui a laissé plus d’un lecteur le souffle coupé. Il s’agit d’une scène de sexe en groupe, alors que les protagonistes, tous jeunes adolescents, font l’amour dans les égouts de Derry, juste après leur premier affrontement contre Grippe-Sous.

 

Photo , Bill Skarsgård

Si ça c'est pas une gueule d'amour...

 

Un évènement difficilement adaptable dans le cadre d’une production de studio désireuse d’attirer à elle un très large public, qui sera absente de cette nouvelle adaptation. Néanmoins, la sortie du film a logiquement engendré un retour sur l’œuvre et le retour d’un vieux débat, certains lecteurs, probablement choqué par la crudité, la longueur et les implications de la scène, s’étant émus de son existence.

Si la discussion n’est pas nouvelle, le site Vulture a interrogé Stephen King afin de savoir ce qu’il pensait de ces débats.

 

Photo

De l'amour mais pas de gang-bang sous-terrain pour le Club des Loseurs

 

 « Je me conterais de dire que fasciné de voir la quantité de commentaires générée par cette unique scène de sexe et leur absence concernant les multiples meurtres d’enfants. Cela doit bien signifier quelque chose, mais je ne suis pas sûr de savoir quoi. »

On notera la malice de l’artiste, qui pointe avec une certaine justesse que les atermoiements d’une partie des commentateurs font très peu de cas des déferlements de violence que contient le livre. On pourrait aller plus loin en soulignant que les abus dont est victime le personnage de Bev (perpétrés par son père, puis son compagnon), sont peut-être plus problématique que cette forme de communion, inattendue, sans doute problématique, mais qui en découle directement.

 

Photo , Bill Skarsgård

commentaires

domi 16/09/2017 à 02:16

c est probalement une des scene d amour les plus pure et jamais ecrite par un auteur magnifiant la puissance de l enfance et de l innocence

catscatscats 14/09/2017 à 16:13

Juste un peu dommage pour l'ouverture d'esprit, l'acte d'amour sans perversion, le "faire corps", le team building etc que Stephen King ait complètement oublié de faire copuler aussi les mecs entre eux... Ca enlève un peu de son universalité au truc cosmique.
Mais bon, en toute honnêteté, même 30 ans plus tard, je me souviens avoir adoré la scène. Une identification totale à Beverly, sans doute, sans aucun lien avec le côté prétendûment mystique. Eh, merde, c'est pas un peu n'imp, reprocher au grand King de se faire plaisir en écrivant ?!

Murata 13/09/2017 à 21:39

Cette scène m'avait bien estomaqué lors de la lecture du livre, après à l'écrit ça passe, mais je pense que c'est une bonne chose de ne pas l'avoir filmé ! En revanche je ne me rappelle pas du tout de Beverly abusé par son père, l'aurais je effacé de ma mémoire ?

Choco 11/09/2017 à 19:14

Dire qu'avec Fukunaga, on aurait eu droit a cette scène ainsi que la scènes pédophilie avec Beverly et son père et bien d'autres scènes glock primordial à l'esprit du roman de King...
Dire qu'en 2017 on ne peux plus montrer ce genres de scène au cinéma...
Je comprend mieux pourquoi Fukunaga est partis...

Olivier637 11/09/2017 à 18:39

Ca se discute la qualité intrinsèque d un coit entre enfants de 12 ans.

Pseudo 11/09/2017 à 17:42

@ olivier637
Heu non. Un coït entre des enfants de 12 ans ce n'est pas "mal". C'est le coït entre un enfant de 12 ans et un adulte qui l'est (ce qui n'est pas le cas dans le roman de King).

olivier637 11/09/2017 à 16:13

La scène est présentée comme un acte d amour pur, au moment où Eddie ne retrouve plus le chemin dans les égouts. Cette union charnelle leur permet de nouveau de faire corps.

Ok pour dire que les coits entre enfants de 12 ans ç est mal, mais le style de king dans cette scène + la finalité désamorcent à mon sens toute accusation de perversion.

votre commentaire