Wonder Woman : pourquoi Patty Jenkins se devait d'inclure Arès comme antagoniste

Alexis Vielle | 31 août 2017
Alexis Vielle | 31 août 2017

Parce qu'un héros n'est rien sans son vilain, Arès sonnait comme une évidence pour sa réalisatrice Patty Jenkins. 

On ne va pas revenir une énième fois sur le carton de Wonder Woman et son auréole de nouvelle sauveuse d’un paquebot DC en plein naufrage. On ne reviendra pas non plus sur son succès financier, qui l’a même vu exploser ses grands frères de BvS sur le territoire américain, on ne reviendra pas aussi sur les qualités comme les défauts de ce film pseudo-féministe mais les faits parlent d’eux-mêmes : le film est un carton aussi bien pressse que public. 

 

gal et chris

 

 

Mais aujourd’hui, ce n’est pas de la belle Amazone dont il est question mais de son nemésis : le tout puissant Arès. Parce qu’un bon film, c’est d’abord un bon méchant, le choix du dieu de la guerre avait de quoi déstabiliser, sachant que ce n’est pas le bad guy le plus populaire de DC auprès du grand public. Mais la réalisatrice Patty Jenkins mettait un point d’honneur à l’inclure dans les premières aventures solo de la jolie brune :

« A mon avis, ça aurait été une erreur de ne pas inclure son principal ennemi dans le premier film sur WW. Il est le méchant le plus emblématique de Diana et son yang parfait. Elle est une déesse et c’est un dieu et il sait quelque chose qu’elle ne sait pas. Il a vu le point faible dans la création de son père et essaye de montrer à quel point l’Humain est mauvais. Elle fait ce même constat au cours de ses aventures mais fait le choix inverse. C'es une question de point de vue. Arès a choisi de détruire l'humanité et elle a choisi de le sauver »

 

Photo Gal Gadot, Patty Jenkins

 

 

Rien de nouveau dans ces déclarations. Burton l’a fait avec son Joker dans Batman, Donner avec Lex Luthor dans Superman, Raimi avec le Bouffon Vert dans Spider-Man. Mais oui il est toujours intéressant de représenter à l’écran les deux faces d’une même pièce, indubitablement liés malgré qu’ils se trouvent chacun des deux côtés de la morale.

Comme le dit si bien le clown prince du crime dans The Dark Knight :

« You complete me ! »

 

Photo du film The Dark Knight

Tout savoir sur Wonder Woman

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Jokjc
02/09/2017 à 10:56

Le gros point noir du film.
Arès était tout simplement ridicule dans sa forme et son intérêt
Il aurait fallu un Bad Guy badass pour qu elle découvre ā fond ses capacités.

Une moustache sans deconner...…

JIdé31
01/09/2017 à 05:46

Par pitié pour nos yeux, relisez vos articles avant de publier... c'est un concentré de fautes et autres bourdes. Ça fait fanzine, c'est dommage.

Ilyes
31/08/2017 à 22:56

Un Dieu avec une moustache, fallait oser le faire. Il était pitoyable.

bobo
31/08/2017 à 21:29

Je suis d accord avec corleone. Ares était pas terrible

corleone
31/08/2017 à 18:48

Elle a tort de s'en vanter. Son Ares était tout simplement pitoyable. Aussi ridicule que Doomsday et Lex Luthor dans BVS. Jusqu'ici le seul méchant assez réussi dans le DCCU reste le général Zod dans MoS. Et je dis bien "assez réussi"...

votre commentaire