Ce que pense Christopher Nolan du projet sur l'origin story du Joker (et il est pas content)

Alexis Vielle | 24 août 2017
Alexis Vielle | 24 août 2017

Nolan est pas content sur le reboot du Joker. Et il a raison. "Less is more" on avait dit ! 

"Wanna know where I got these scars ?" Non, justement et c’est bien mieux comme ça. On s’en doutait, avec l’épilepsie de reboots en tout genre, ce n’était qu’une question de temps avant que le méchant le plus emblématique de DC ne voit victime d’une origin story.

La nouvelle avait fait l’effet d’une bombe hier, le clown psychopathe devrait avoir son propre film solo et il serait produit par le grand Marty Scorsese. Une alliance a priori étrange mais qui n’a rien d’étonnant, la mention ‘producteur’ n’ayant désormais qu’un relatif impact sur la qualité ou la tonalité du film.

 

Photo du film

 Le Joker de Heath Ledger

 

Mais revenons au personnage du Joker. Le prince du crime est l’un des vilains les plus effrayants de l’univers des comics. Imprévisible, fou, incontrôlable, la véritable peur qu’il inspire au public vient du fait que personne ne sait réellement d’où a pu surgir une telle entité démoniaque. Raconter sa création tient pratiquement du blasphème. Nolan l’a bien compris et il n’est pas tendre avec le projet de DC. Il se confie au micor d'Empire

« Si vous regardez Hannibal Lecter, plus vous expliquez d’où il vient, moins intéressant il devient. Dans le premier film de Michael Mann, où il est juste assis dans sa cellule, à débattre sur la psychologie des tueurs en série, il est terrifiant. Puis plus la saga avec Lecter s’agrandissait, plus on en découvrait sur les origines du docteur. Pour devenir quelqu’un de normal. Donc de moins intéressant.

 

Photo

 Le bien et le mal, indiscutablement liés

 

Le réalisateur de Dunkerque tape dans le vrai. Plus vous en racontez sur un personnage, plus il perd de sa dimension mystique, de son aura de monstre sorti tout droit des enfers pour instaurer un chaos dans un monde si bien dicté par des pseudos lois, illustrant la parfaite hypocrisie de notre époque. Tim Burton nous avait conté sa propre version du Joker et, bien que l’interprétation de Nicholson était magistrale, il avait davantage le profil d’un mafieux que d’un réel sociopathe marginal.

Le cinéaste poursuit :

"Ce que je voulais faire dans The Dark Knight était de laisser le choix au spectateur. Le Joker tient la thèse comme quoi il est lié à Batman, qu’ils représentent les deux faces d’une même pièce, argument que Batman réfute. Sauf que le spectateur est partagé. Il est supposé être du côté de Batman, sauf qu’il est en proie au doute, un peu du genre ‘Je ne peux pas être d’accord avec le Joker, ce n’est pas possible, à moins que…"

Nolan, toujours les mots justes. Comme le rappelle Alfred : "Some people just want the world burns"

 

Photo du film

Tout savoir sur Christopher Nolan

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Super moi
04/12/2019 à 11:52

Je maudit la Warner pour ce qu'ils font au dceu. C'est eux qui devraient rebooter.

ChatNoir
27/10/2019 à 11:27

Il n'empêche que cette article s'avère aujourd'hui être un beau ramassis de connerie et ça fait bien rire.

Geoffrey Crété - Rédaction
25/10/2019 à 14:56

@Dae-Soo

Quelle leçon ? Quelle prédiction ? C'est si grave que ça d'avoir un avis et l'exprimer ?

On a ici réagi aux paroles de Nolan, sur l'idée même d'un projet. Projet alors vague, sans aucun angle. On n'ira jamais faire de mea culpa sur une opinion, donnée sur une idée (l'origin story). D'autant que beaucoup de projets origin story ont confirmé ces craintes (ce Hannibal cité ici par ex, par Nolan).

On est capables de reconnaître des erreurs, vous le savez puisqu'on a personnellement discuté de ça avec vous. Mais il ne faut pas confondre tout : il est parfaitement possible d'avoir un avis nuancé sur Joker, le principe de raconter la naissance du personnage, et plus généralement la nature du projet et son concept;

Simon Riaux - Rédaction
25/10/2019 à 14:41

@Dae-Soo

Un mea-culpa à quel sujet ?

Dae-Soo
25/10/2019 à 14:31

Dieu que j'aime voir des articles qui veulent prédire l'avenir et se foirent lamentablement!! J'aurais bien vu un p'tit mea culpa pour avoir mis la charrue avant les boeufs, et je suis sûr que vous l'avez fait au détour d'une phrase, mais j'aurais voulu un article entier, ça montrerait que vous avez compris la leçon.

Manontherun33
12/10/2019 à 10:25

En lisant la critique de Christopher Nolan, on comprend un chose outre sa frustration de voir un spin off de Batman faire un aussi bon début. Le cinéma tel qu'on le connait est en train de mourir. Nolan nous dit clairement qu'il est incapable de nous raconter une histoire en préservant le côté mystique de ses héros. Ce qui laisse entendre "je laisse une certaine liberté au spectateur..". Sauf que je suis désolé mais le cinéma, ce n'est pas ça. Sans aller jusqu'à délivrer un message, un film doit être la vision du réalisateur, bonne ou mauvaise. Et c'est là qu'entre le jeu d'acteur. Il faut qu'il soit capable de chosir celui ou celle qui sera le plus a même de donner vie à son personnage.
Et c'est aussi pour ça que la plupart des blockbusters manquent de vie. Tout simplement parce qu'on y retrouve toujours les mêmes acteurs (le côté bankable y est pour beaucoup) qui jouent inlassablement les mêmes partitions.

Mmmmm
28/08/2019 à 19:24

Moi je l'aime bien Nolan, et je trouve que c'est un des derniers très grands. Mais là il se moque gentiment du monde. Je n'aime pas Dark Knight pour les raisons précises qu'il invoque. Il a démonté la psyché de Batman et l'a exposé aux spectacteurs. Il a certainement fait un bon film, mais un mauvais Batman. Il n'a eu de cesse de le démythifier, et quand quelqu'un d'autre le fait il trouve les "mots justes" pour prouver qu'il ne faudrait pas le faire?

Chewie52
25/06/2019 à 20:38

Attendez, j'adore Nolan, mais sous-entend-t-il que le Lecter de Brian Cox, que j'admire aussi pourtant, était meilleur que celui de Sir Anthony Hopkins ???
Tapez-moi, s'il-vous-plaît....

Azerty
25/08/2017 à 23:28

Totalement d'accord avec lui, c'est pour ça que Suicide Squad m'a déçu on en raconte trop sur les persos

Dirty Harry
25/08/2017 à 12:12

Totalement d'accord avec Nolan : ce mouvement général où l'on a droit à la raison, l'explication derrière chaque truc cool au cinema me les burine avec du fer rouillé. ON S'EN FOUT de l'origine du Joker, comme de la Force, comme des voix qui parlent à Jeanne d'Arc, ou si le conducteur du camion dans du Duel cotise bien à la sécurité sociale. Et je m'assoie deux fois sur le passé du Joker, j'en ai strictement rien à foutre et ils n'auront pas mon ticket.

Plus

votre commentaire