The Amazing Spider-Man : le réalisateur Marc Webb défend ses films et parle des suites abandonnées

Geoffrey Crété | 10 août 2017
Geoffrey Crété | 10 août 2017

Alors que Spider-Man : Homecoming a rebooté le personnage, le réalisateur des deux films avec Andrew Garfield revient sur les projets de l'époque.

The Amazing Spider-Man est un cas d'école en terme de communication et d'appétit mal géré. Suite au succès du premier film de Marc Webb avec Andrew Garfield et Emma Stone, qui a engragné plus de 757 millions au box-office pour un budget officiel d'environ 230, le studio Sony annonce de grands plans. Après The Amazing Spider-Man : Le destin d'un héros en 2014, il y aura un troisième épisode en 2016 et un quatrième en 2018, ainsi plusieurs films dérivés, dont un Sinister Six prévu pour fin 2016.

Mais la sortie de The Amazing Spider-Man : Le destin d'un héros en 2014 a changé la donne. Avec un budget plus élevé mais un box-office inférieur (environ 708 millions), et un accueil tiède voire glacial de la critique, le deuxième film provoque des débats en interne. Les scénaristes et réalisateurs impliqués partent vers de nouveaux horizons, The Amazing Spider-Man 3 est repoussé, et le doute sur le futur de la franchise s'installe. Le piratage des mails de Sony en 2014 achève l'histoire : après avoir cherché à ramener Sam Raimi, qui avait été éjecté avant un Spider-Man 4 programmé, le studio cherche à conclure un accord avec Marvel Studios pour rebooter le personnage.

Alors que Spider-Man : Homecoming est donc arrivé, propulsant Peter Parker dans le MCU, Marc Webb est revenu avec Den of Geek sur ce The Amazing Spider-Man 3 qui n'a pas vu le jour.

 

Photo Marc Webb

Marc Webb sur le tournage de The Amazing Spider-Man

 

Profitant de la sortie aux Etats-Unis de The Only Living Boy in New York, le nouveau film de Marc Webb avec notamment Kate Beckinsale, Den of Geek a rouvert les dossiers Spider-Man. Le réalisateur de 500 jours ensemble revient ainsi sur les plans de l'époque :

« Ils devaient faire un film Sinister Six avant qu'on tourne le troisième. Mais je voulais... Chris Cooper devait revenir pour jouer le Bouffon vert. On allait geler sa tête, et ensuite il allait être résuscité. Et puis il y avait ce personnage appelé le Gentleman. On avait quelques idées sur comment le faire, mais je me dis qu'on pensait peut-être un peu trop loin quand on réfléchissait à ces choses. (...) Chris Cooper allait être le grand méchant. Il allait diriger les Sinister Six. On avait un peu parlé du Vautour aussi d'ailleurs... »

 

Lorsque Spider-Man a servi à éteindre un incendie chez Sony

 

Néanmoins, Marc Webb défend ses films, et balaye l'idée que le contrôle lui a échappé à cause des producteurs :

« Je comprends pourquoi les gens pensent ça, mais ce sont bien mes films. C'est votre responsabilité en tant que réalisateur de les faire. Tout ce qui arrive est votre problème. Je n'ai jamais été bousculé. Beaucoup de gens intelligents avaient des idées très affirmées sur les choses, mais c'était mon film. Les deux étaient mes films. C'était plus compliqué, simplement parce qu'il y a beaucoup en jeu. Beaucoup de facteurs doivent être pris en considération. Mais j'ai pris beaucoup de plaisir à les faire. C'est très dur à faire. Je les ferais différemment maintenant mais je suis reconnaissant, et plutôt non-cynique vis-à-vis de tout ça.»

 

Photo Andrew Garfield

 

Un discours classique pour celui qui ne souhaite pas taper ses anciens patrons, mais la vérité transparaît entre les lignes :

« Je pense que ça a été très difficile pour Sony à cause du piratage et de Marvel qui voulait récupérer le personnage, et tous ces impératifs de business, mais tout ça n'a pas eu grand impact sur la manière dont on a fait le film. Peut-être que ça a accéléré le calendrier, ce qui a rendu les choses difficiles, mais c'est quelque chose que j'ai accepté. C'est la nature de ces films. (...) Aujourd'hui, je pense que je prendrais plus de temps pour faire ces films. Je ne savais pas comment construire un film comme ça lorsque j'ai commencé. Donc je pense que je serais plus prudent aujourd'hui. »

La preuve : depuis, Marc Webb a réalisé deux films bien plus modestes, revenant au cinéma de ses premiers amours et s'éloignant donc de l'arène des blockbusters : Mary, un drame avec Chris Evans qui sortira en France le 13 septmbre, et la comédie dramatique The Only Living Boy in New York, qui n'a pas encore de date de sortie pour nous.

   

Spider-Man version Amazing s'éclipse, laissant du business man démuni derrière lui

 

Tout savoir sur The Amazing Spider-Man : Le Destin d'un héros

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Lol
11/08/2017 à 07:39

'Chris Cooper devait revenir pour jouer le Bouffon vert. On allait geler sa tête, et ensuite il allait être résuscité. Et puis il y avait ce personnage appelé le Gentleman. On avait quelques idées '.Il est serieux marc webb c quoi ce scenario horrible écrit par un enfant de 5 ans mdr

Bartoli
10/08/2017 à 22:08

@JP

Je ne dis nulle part que c'est un succès foudroyant. Je rappelle juste des faits.

Cela dit : Homecoming souffre de la comparaison aux Raimi au même titre que TASM, bénéficie tout de même de la fanbase d'un super-héros plus que populaire au même titre que TASM, est orienté grand public comme TASM.
Le premier TASM a eu des critiques positives, moins que Homecoming aux USA certes, mais très bonnes.
Et en malus : Homecoming souffre d'être la 3ème version, désavantage comparé à TASM. Et ne vend pas une grande romance avec un couple d'acteurs en pleine ascension (Homecoming se contrefiche de l'amourette, et l'a clairement relégué à l'arrière-plan en promo).

Le jeu de la comparaison est de toute façon subjectif à ce stade. Entre ceux qui veulent désormais défendre TASM, qui veulent exprimer leur mépris du MCU, leur lassitude face à l'univers étendu... A la base, je ne défends rien. Je sors juste les chiffres pour balayer des pseudo vérités.

JP
10/08/2017 à 21:58

@Bartoli.

Vrai.

Bien que pour un film ayant d'aussi bonnes critiques, orienté très grand public, ne souffrant pas de la comparaison avec les Raimi et disposant de l'une des plus importante fanbase actuelle (celle de Marvel Studios/Disney), ce n'est pas spécialement glorieux de faire juste un peu mieux que des TASM qui n'avaient pas ce genre d'avantages.

Tutut
10/08/2017 à 20:07

"De ses premiers amours "

On écrit "de ses premières amours", amour est féminin au pluriel. ;)

Bartoli
10/08/2017 à 19:34

@Rorov

Homecoming aujourd'hui : 675. Mais pas encore sorti au Japon et en Chine.
TASM 1 : 758, dont 48 en Chine et 39 en Chine.
TASM2 : 708, dont 94 en Chine et 30 au Japon.

Sans la Chine/Japon (en prenant des comptes équivalents donc), les TASM font moins bien que Homecoming. C'est un fait.

Homecoming peut parfaitement s'approcher/dépasser TASM1/2. Les comptes ne sont pas faits.

Rorov94
10/08/2017 à 18:02

Homecoming ne fera pas le box-office de amazing(758 m de $).
Webb et garfield valent mieux que le gosse du magazine «mad»en spidey et les sfx ps2 que marvel vient de nous chier a la gueule!

Bartoli
10/08/2017 à 14:52

@Reallu

Homecoming n'a pas fini sa carrière, reste notamment la Chine. On peut donc parier qu'il fera mieux que TASM2 par ex.

Reallu
10/08/2017 à 14:45

Du coup il on fait un spiderman homecoming avec un gamin , cest devenu un film teen movie pour faire pire que les precedent films au box office ...

Flav87
10/08/2017 à 13:44

Du coup ils en font en troisieme

Bubu
10/08/2017 à 12:32

La trilogie de sam raimi est la meilleure les autres sont poussifs

Plus

votre commentaire