Reservoir Dogs : Tim Roth se confie sur ses conditions difficiles de tournage

Alexis Vielle | 1 août 2017
Alexis Vielle | 1 août 2017

Souffrir deux semaines sous 40° dans une substance gluante, ça vaut le coup pour tourner avec Tarantino non ? 

Reservoir Dogs reste l’exemple parfait du petit grand film. Petit budget, unité de temps et de lieu à la manière d’une pièce de théâtre, le film est porté par un concept des plus génial, dirigé par un Tarantino à la fois néophyte mais connaissant déjà les codes du cinéma sur le bout de doigt. Pour mieux s’en affranchir.

 

 Harvey "Mr White" Keitel, Quentin "Mr Brown', Chris Penn, Steve "Mr Pink' Buscemi

 

Vingt-cinq ans après, le film reste éminemment culte pour toute une génération, fer de lance d’un cinéma nouveau qui allait faire mouiller des millions de cinéphiles. Si il y en a un qui a dû par contre en baver sur le tournage, c’est bien Tim Roth. Passant les trois quarts du film baignant dans son sang, le britannique revient sur sa douloureuse mais néanmoins jouissive expérience :

"J’ai passé deux semaines à jouer à même le sol. On tournait pendant un été particulièrement chaud, on tournait en intérieur et j’étais collé au sol, empêtrer dans du faux sang. Mais c’était cool ! Le film a pris cinq semaines à tourner. Mais cela valait le coup en raison du script de QT qui vous accrochait sur votre siège. Malgré tout, c’était une super expérience". 

 

La boucherie à la Tarantino

 

Si il y en un qui aurait bien aimé être à la place de Tim Roth pour le rôle de Mr Orange, c’est bien ce vieux James Woods qui, sur les conseils de son agent, avait refusé d’endosser le costume noir et blanc. Arguant que selon son agent, le film est violent, n’a qu’un petit budget et est surtout tourné par un débutant. Première réaction quand il découvrit le film ? Virer son agent. On la lui fait pas à James.

 

 

Tout savoir sur Reservoir Dogs

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

lemon
02/08/2017 à 14:08

" fer de lance d’un cinéma nouveau qui allait faire mouiller des millions de cinéphiles"... la grande classe hahaha

Tenia
01/08/2017 à 21:46

Lie to Pe, c'est pas mal du tout.

Zanta
01/08/2017 à 18:57

Bon, au final, James Woods et Tim Roth ont fini leur carrière dans des séries policières nulles.

votre commentaire