The Batman : Matt Reeves évoque les points communs entre le Dark Knight et La Planète des Singes

Jean-Luc Hassaique | 5 juillet 2017
Jean-Luc Hassaique | 5 juillet 2017

Il faudra attendre le mois d’août pour découvrir le brillant blockbuster de Matt Reeves, La Planète des Singes : Suprématie, en attendant on bave déjà en attendant The Batman, sur lequel il travaille déjà.

En réalisant les deux derniers épisodes du reboot initié en 2011, le cinéaste a prouvé qu’il était capable d’évoluer au sein de l’univers des blockbusters, sans renier ni son talent, ni le sens des œuvres qu’il portait, ni son goût pour la mise en scène.

Du coup, le voir partir à la rescousse de The Batman, après que Ben Affleck ait abandonné le poste de metteur en scène, est une perspective plus que rassurante. Interrogé par Yahoo, l’artiste a expliqué pourquoi il se sentait capable de s’occuper du projet.

 

Affiche Batman

Le Batfleck

 

« Ce que les studios veulent produire en ce moment, ce sont des films très resserrés. Ce que j’ai découvert, c’est que ce genre a le potentiel pour s’élever au-dessus de sa condition. On peut utiliser les métaphores propres au genre pour parler de beaucoup de choses…

Je pense que les métaphores des franchises Batman et La Planète des Singes vous permettent de raconter des histoires avec une résonnance émotionnelle profonde. C’est d’ailleurs ce qui m’excite avec ces récits.

 

Photo Woody Harrelson

Qu'est-ce que l'humanité ? nous demandait ici Matt Reeves

 

C’est intéressant, parce qu’enfant j’étais obsédé par ces deux sagas, et pourtant il y a quelque chose de très adulte dans la manière dont on peut explorer ou traiter ces univers fantaisistes. C’est ce qui m’attire, c’est ce qui me motive. »

D’ailleurs, s’il ne compte manifestement pas s’inscrire dans l’esthétique de Christopher Nolan et de son Dark Knight (puisqu’il a déjà annoncé que The Batman aurait des airs de film noir Hitchcockien), il reconnaît que la démarche du réalisateur l’intéresse profondément.

« Ce que j’admire dans ce que fait Nolan, c’est qu’en dépit d’être cinéaste au cœur d’un système surpuissant, son point de vue est présent. Pour moi c’est quelque chose de très stimulant, c’est toujours excitant de voir un de ses films à cause de cela. Je crois que c’est ce que j’ai essayé de faire, essayer de permettre à un point de vue de s’exprimer malgré la pression d’un film de studio de grande ampleur. »

 

The Dark Knight RisesThe Dark Knight Rises, ou comment Nolan évoquait l'air de rien la révolte contre Wall Street

 

Tout savoir sur The Batman

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire