Cannes 2017 : pourquoi Jane Campion s'agace contre les palmarès du Festival

Jacques-Henry Poucave | 30 mai 2017
Jacques-Henry Poucave | 30 mai 2017

Avec Pedro Almodovar en Président du Jury et trois réalisatrices en compétition, tout le monde se demandait si l’une d’entre elles remporterait la Palme d’or.

En effet, Jane Campion a été la seule femme à remporter le précieux trophée, à l’occasion de La Leçon de Piano, une sur-représentation masculine qui était particulièrement criante alors que pour célébrer son 70 ème anniversaire, la Croisette avait rassemblé le plus grand nombre possible de metteurs en scène palmés.

 

Photo Top of the Lake

Jane Campion sur le tournage de la série Top of the Lake

 

Pour l’occasion, Jada Yuan, de Vulture, a eu l’occasion de discuter avec Jane Campion, qui a exprimé sa frustration d’être actuellement l’unique détentrice de la récompense suprême, une situation sur laquelle elle a ironisé.

« C’est trop long ! 24 ans ! Et avant moi, il n’y avait eu personne. C’est dément. Et je suis vraiment déçue que la réalisatrice allemande Maren Ade de Toni Erdmann ne l’ait pas emporté l’an passé, au moins est-elle dans le jury cette année. Je me disais : Enfin, une copine. Et non. Non ! Allez, on ne récompense plus de mecs. C’est fini. On va juste donner la Palme à des femmes maintenant.

 

Nicole Kidman

 

Les Proies, de Sofia Coppola

 

En effet, cette anné, beaucoup de monde s’attendait à voir la réalisatrice Lynne Ramsay remporter la Palme pour You Were Never Really Here, dernier choc du Festival. Mais il en fut autrement et c’est The Square de Ruben Ostlund qui a été sacré.

Notons toutefois que le Jury a honoré Sofia Coppola du prix de la Mise en Scène pour Les Proies. Elle est la deuxième femme à le recevoir.

 

Affiche

Tout savoir sur Jane Campion

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

ATS
31/05/2017 à 12:41

@ simon:
l’argument que les femme ont pas assez gagner est merdique.
car dans ce cas cela peux être avec n'importe qu'elle minorité ( qui je rappel les femmes sont pas en minorité sur cette planète)
les réalisateurs noir n'ont pas assez gagner.
les réalisateurs gay n'ont pas assez gagner
les réalisateurs bancable n'ont pas assez gagner.
les réalisateurs ( mettre la réponse que vous voulez) n'ont pas assez gagner.
déclinaisons a l'infini.

Simon Riaux - Rédaction
30/05/2017 à 17:54

Campion dit juste qu'une seule femme primée en 70 ans, ça fait quand même vraiment très peu.
Et que manifestement, le signaler gentiment, ce n'est pas très efficace.
Après oui, quand on sue dès qu'une femme parle librement, on se réfugie en expliquant qu'elle "dit de la merde".

ATS
30/05/2017 à 16:49

on va donner la récompense juste a:
des juifs
des blacks
des asiatiques
des musulmans
des mexicains
des hommes
etc

Campion dit de la merde

Dirty Harry
30/05/2017 à 16:33

On récompense (de manière démocratique, chacun donnant sa voix) au film qui les a plus touché. Et dieu sait que moi aussi j'aurais donné la palme à Lynne Ramsay (comme je l'aurais donné à La Leçon de Piano qui était le meilleur film) mais pas pour le sexe de sa réalisatrice, juste parce que c'est un bon film tout simplement. Et cette année, la majorité démocratique du jury avait envie de se moquer de l'art contemporain avec The Square, et bien qu'ils fassent ce qu'ils veulent : il n'y a pas à récompenser une femme parce que c'est une femme, c'est même dévalorisant parce que ça voudrait dire qu'elle n'ont qu'à être femme et rien d'autre. Le public que je suis en demande un peu plus....

Roukesh
30/05/2017 à 16:28

On a l'habitude de cette polémique, mais c'est vrai que l'année dernière je n'ai pas compris, Toni Erdman la méritait vraiment, même si Daniel Blake était bien, Ken Loach l'avait déjà eu il y a peu de temps.

votre commentaire