Alien Covenant : le scénariste évoque l'homo-érotisme du film

Jacques-Henry Poucave | 22 mai 2017
Jacques-Henry Poucave | 22 mai 2017

Depuis qu'Alien : Covenant est sorti sur le territoire américain, les langues se délient au sujet de la fabrication du film. C'est aujourd'hui son scénariste qui évoque une des scènes les plus inattendues du film.

ATTENTION SPOILER

 

red band trailer non-censuré

 

Ridley Scott est une nouvelle fois sous le feu des critiques. On commence à avoir l'habitude, le problème s'était déjà présenté avec Prometheus. Le fait est que son nouveau film est émaillé de séquences mémorables, voire proprement brillantes. C'est par exemple le cas de la scène où Michael Fassbender - dédoublé pour l'occasion -  rencontre son double et entreprend de lui enseigner les préceptes de la création.

S'ensuit une scène plus que surprenante, dont la symbolique phallique et l'allégorie sexuelle frappent, montrant une nouvelle qu'avec Prometheus et Alien : Covenant, Ridley Scott travaille toujours ces concepts de terreur autour de la sexualité, mais en faisant de ses androïdes le centre de gravité thématique de ces nouveaux chapitres. 

Une problématique sur laquelle est revenue le scénariste Dante Harper, qui a expliqué au Hollywood Reporter qu'emballer la scène dite de la flûte avait été particulièrement délicat.

 

Photo Michael Fassbender

 

"Je savais depuis le début combien cette scène serait difficile à réussir, parce que vous avez ces deux robots identiques, vous avez ce narcissisme sans borne... Mais j'ai vraiment le sentiment que Ridley a emballé tout cela si joliment que cette séquence homo-érotique devient progressivement terrifiante et quitte le terrain du pur érotisme. Je crois qu'on est parvenus à faire quelque chose de vraiment palpitant et de vraiment beau, et le crédit en revient au travail de Fassbender, ce qu'il fait avec cette flûte.

C'est une scène qui aurait pu déraper. Imaginez-la avec un autre acteur et une écriture moins fine, et ça deviendrait quelque chose de très fonctionnel, mais au final, son écriture et son interprétation en font un de mes passages préférés, et j'en ai au moins quatre ou cinq dans le film."

 

Photo Michael Fassbender, Carmen Ejogo

 

Tout savoir sur Alien : Covenant

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

magicphd
28/06/2017 à 11:47

Éléments de réflexion.
« Covenant » est un film que j’ai déjà vu me suis-je dit à sa sortie. Comme si l’on avait assemblé des pièces des autres « Alien » pour en faire une synthèse proprette (en spray !?), voire stérilisée en somme. Pas d'effroi, pas de surprise, pas d’interrogation, pas de question métaphysique car tout est clair d’emblée ! En effet, la scène liminaire explique tout : le créateur (humain) a engendré un monstre (non humain robotisé) à son image… qui est en fait lui-même le « vrai » Étranger - en empathie avec la bête (organique, elle !) et son alter égo (modèle cybernétique version antérieure type « Prométheus »). Cette scène, la meilleure du film sans doute, se trouve d’ailleurs largement inspirée visuellement de « l’Odyssée de l’espace »; notons-le au passage comme un bel hommage. Ainsi, la scène vaguement homosexuelle, de l’apprentissage du pipeau (sic) conforte largement cette interprétation claire et limpide. Le reste n’est que jeu vidéo d’action bien léché -à défaut d'être glauque et baveux. Avec quelques touches sentimentales (la disparition du compagnon commandant de vaisseau bien vite oublié) et un humour noir érotique dépassé (scène de la douche commune avec intrusion d’un appendice caudal, xénomorphe & phallique s'il en est). L’élève a donc dépassé le maître dans sa monstruosité tandis que « sa perfection structurale n’a d’égale que son hostilité » (merci Ash !). Voilà tout est dit, la suite (séquelle de "préquel" probable) constitue donc une répétition visuelle parfaite et sans âme des autres opus ce qui me fait déduire que "Prométheus" était un bien meilleur film que ce que l’on a pu en penser - CQFD.
« Covenant » convient, le contrat commercial se trouve rempli comme le titre l’indique. Un film de commande certes, bien fait mais sans poésie, sans douleur et sans joie : bref, monstrueusement froid. C’est déjà ça me direz vous pour ce genre là ? Pour certains ce ne sera pas si (ani) mal.

Panatrog
29/05/2017 à 13:54

@Mysterek
Faut maintenant envoyer à Durendal ta réponse faite à Beub qui n'est en fait qu'un copier/coller de sa vidéo sur "Covenant" histoire qu'il digère tout ça avant de le recracher sur un autre site...en réponse à quelqu'un qui aura vu la même vidéo de Durendal XD

fredo
26/05/2017 à 10:40

Je l'ai vu hier soir et je n'ai pas vu un grand film. J'ai tout de même hâte de voir la suite, une suite qui j'espère continuera d'apporter à Alien une mythologie, mais sans Ridley Scott. David résume parfaitement mon sentiment, il n'est pas digne de sa création.

MystereK
25/05/2017 à 11:32

@beub Lorsque tuo cela se passe dans le premier film, tout cela trouev cela génial, lorsque cela se passe dans Covenent, tout cela passe pour des incohérences scénaristiques. L'incohérence est apparement en dehors de l'écran.

" David qui fait un voyage indéfinissable selon le prologue mais est sur la planète depuis 10ans. "
C'est quoi un voyage indéfinissable : qu'on ne peut définir. Aucune notion de temps. Dans le prologue non pus d'aileurs, parce que dans le prologue il parle pas vraiment de ça.

"Les ingénieurs semble vivre de façon archaïque alors qu il sont plus avancer que nous sur les vaisseau.."
Si la référence c'est nos cités hi-tech, d'accord, mais vous vous placez alors dans le fait que les milliards de vies existantes dans l'univers devraient avoir suivi le même modèle d’évolution et la même dépendance à la technologie que nous, ce qui est certainement faux si on jours on découvre ces vies. Rien d'absurde en fait dans la vie des Ingénieurs pour un exégète de la SF.

*les fameux explorateur qui ne mettent aucun scafandre pour éviter les microbes bactériologique.. Parce que l'air de la planète est déclaré respirable et sans agent infectueux par les ordinateurs. JE ne vous pas où est le problème.

"Effectivement la scène gay d Androïd j y avais pas pensé dans un alien ... Avec un univers comme cela .. faire un truc si pauvre..." C'est une des scène les plus forte du film pourtant, et rien à voir avec l'univers, il n'y a aucun effet de causalité entre les deux.

"Je vous félicite pas" je crois qu'ils ne pensent pas grand chose de vos félicitations.

"Je prends dix fois moins cher.. on te pond un truc 1000 fois mieux " C'est certainement à cause de votre immense talent que vous êtes un illustre inconnu.

Beub
24/05/2017 à 12:59

Que d incohérences scénaristique, sérieux à ce niveau ou ce prix , c est lamentable.. l éruption stellaire, la radio du casque qui reconnait le signal mais pas ceux du vaisseau, juste il veulent pas se rendormir, ils parts sur la planète, problème radio à cause de la tempête, normal.. David qui fait un voyage indéfinissable selon le prologue mais est sur la planète depuis 10ans. Les ingénieurs semble vivre de façon archaïque alors qu il sont plus avancer que nous sur les vaisseau.. les fameux explorateur qui ne mettent aucun scafandre pour éviter les microbes bactériologique.. donc évidemment ils se font infecté. Dont un qui touche des petits champignons dans un vaisseau extraterrestre.. bref .. vraiment les mec c est abusé !! Je prends dix fois moins cher.. on te pond un truc 1000 fois mieux .... Effectivement la scène gay d Androïd j y avais pas pensé dans un alien ... Avec un univers comme cela .. faire un truc si pauvre... Je vous félicite pas...

Alex
22/05/2017 à 18:08

@postman
Ce n'est pas ce que j'ai dis. ;)
Tu as le droit de ne pas aimer le film ! Je défendais mon point de vue.

Pour ce que j'ai dis sur les goûts, je ne faisais pas référence à tes commentaires ou ton goût personnel. Juste que je trouve que les goûts ne se valent pas. Entre quelqu'un qui aime TOkyo Hotel et un autre qui aime Mozart, les goûts ne se valent pas. C'est un exemple grossier et forcé mais ça donne l'idée. Quelqu'un qui est complètement fan des films Resident Evil a moins de goût que quelqu'un qui est fan de Bergman. En tout cas, ça me semble assez évident.

postman
22/05/2017 à 17:55

@Alex : "tous les gouts ne se valent pas".
OK, fin de la discussion alors...
Scott est un génie et Covenant est un chef d’œuvre.

Alex
22/05/2017 à 17:47

@gotmej
Pas ma faute si vous êtes hilares pour n'importe quoi.

Le truc, c'est qu'on critique Ridley Scott à tout va, il se rend un bashing fou furieux tout simplement car le public n'a pas eut ce qu'il voulait.

gotmej
22/05/2017 à 17:35

Cette scène "réussie" a provoqué à juste titre une certaine hilarité et une grosse gène dans la salle où j'étais. On est à deux doigts d'une bonne ZAZerie des années 80.
Mais bon, si cette scène était le seul problème on serait tellement content...

Alex
22/05/2017 à 17:35

@postman
Déjà, non, pas chacun ses goûts. Tous les goûts ne se valent pas.

Et la scène de la flûte ne se limite pas à un caractère sexuel ou érotique. Il y a tout un développement sur la création et l'intelligence artificielle, son rapport à l'homme.

Plus

votre commentaire