God Particle, la suite de Cloverfield, dévoile ses liens avec la saga de J.J. Abrams

Christophe Foltzer | 18 mai 2017
Christophe Foltzer | 18 mai 2017

J.J. Abrams est décidément un petit malin qui ne peut rien faire comme tout le monde et se sent obligé de brouiller les pistes pour créer un univers mystérieux qu'on a envie de découvrir. Et le pire dans tout ça, c'est que ça marche. 

Si on a été bien soufflé par 10, Cloverfield Lane, c'est en partie à cause de sa campagne de marketing qui a joué la surprise intégrale en sortant le film de son chapeau un beau matin et en le faisant sortir un mois plus tard dans les salles. Ainsi, pas le temps de le pourrir avec des milliards de bandes-annonces ou des photos de tournage, mais l'assurance d'une vraie surprise.

 

Photo John Goodman

John Goodman dans 10 Cloverfield Lane 

 

Forcément, un tel stratagème ne peut pas marcher à tous les coups, surtout au sein d'un même univers et la troisième histoire autour de Cloverfield, God Particle, joue sur un registre encore différent. De ce que l'on en sait, le film réalisé par Julius Onah et prévu sur nos écrans le 29 novembre prochain, nous racontera l'histoire d'une équipe de scientifiques, d'un accélérateur de particules, d'une station spatiale et de la disparition de la Terre. Une histoire qui n'a, à priori, aucun lien avec Cloverfield mais qui s'inscrit pourtant comme le nouveau chapitre de la saga. Et cela méritait bien une petite explication par le scénariste du film, Oren Uziel, qui vient de révéler au micro de Collider les liens qui rattachaient son projet à la saga de J.J. Abrams :

"God Particle a été écrit avant que l'univers étendu de Cloverfield n'existe, mais tout s'est mis en place avec l'arrivée de J.J., de Bad Robot et de Paramount. Je ne pourrais dire quand exactement c'est devenu un film Cloverfield, mais je suspecte que dans cette industrie, où il est de plus en plus difficile de vendre un film original, particulièrement en science-fiction... Je pense que tout le monde a vu que cela collait avec Cloverfield et que ça allait l'aider.

 

Photo Mary Elizabeth Winstead

Mary Elizabeth Winstead dans 10 Cloverfield Lane 

 

Nous avons réécrit le film durant la production mais je ne suis pas sûr de savoir ce que ça veut dire de faire partie d'un univers étendu, mis à part que cela suggère une certaine qualité que l'on retrouve dans tout ce que font J.J. et Bad Robot."

On peut donc craindre que la filiation ne soit juste un argument commercial et que les éléments qui rattachent le film à la saga puissent apparaitre quelque peu forcés et artificiels. Après, on ne va pas se plaindre parce que Uziel a raison sur un point : s'il ne s'agissait pas du nouveau volet Cloverfield nous n'aurions probablement même pas eu la chance de le découvrir. Et rien que pour ça, on est prêt à lui pardonner un certain nombre de défauts.

 

10 Cloverfield Lane

 

 

 

Tout savoir sur The Cloverfield Paradox

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Mad
18/05/2017 à 13:01

Moi je veux la suite de MEW en petite culotte contre des aliens sivouplai.

Krysta
18/05/2017 à 12:50

@Charles

Certes, et c'est un fait connu, qui n'a jamais été caché à la sortie.
N'en reste pas moins qu'on peut légitimement craindre que ce soit forcé. 10 Cloverfield Lane était bien pour moi, mais ça ne veut pas dire que la formule doit être encore déclinée et que ce sera forcément aussi réussi et amusant.

Charles
18/05/2017 à 12:46

Je vous rappelle que le processus que vous semblez craindre et critiquer, est le même que pour 10 cloverfield lane qui à la base n'avait rien à voir avec cet univers et dont on a modifié le script pour l'y rattacher.
Je dis ça, je dis rien ....

Greg
18/05/2017 à 12:38

"J.J. Abrams est décidément un petit malin qui ne peut rien faire comme tout le monde"...

Euh pardon de vous contredire, mais pour son Star Wars, il a fait exactement comme George Lucas !

votre commentaire