Robert De Niro pousse sa gueulante contre la presse

Alexis Vielle | 15 mai 2017
Alexis Vielle | 15 mai 2017

Robert De Niro n'est pas content, et quand Vito Corleone parle, on l'écoute.

Robert De Niro est un monument du cinéma. Taxi Driver, Le Parrain 2, Heat, Les Affranchis, Il Etait une Fois en Amérique la liste d’œuvres cultes auxquelles à participé le bonhomme est longue, très longue. Si sa carrière s'étale sur plus d'un demi-siècle, elle comporte aussi bien évidemment son (petit) lot de fautes cinéphile...

 

Photo de Robert De Niro

Avec Joe Pesci, Paul Sorvino et Ray Liotta dans Les Affranchis

Parce que oui, et vous n’imaginez pas la peine que nous avons d’écrire ces lignes mais tout seigneur du 7e art qu’il est, il compte quelques erreurs de parcours sur une carrière qui n’a de toute manière plus rien à prouver. Evidemment, comme si Bob était condamné à ne pouloir tourner que des grands films, la presse lui tombe régulièrement dessus pointant du doigt les médiocrités cinématographiques auquel il a pu participer. En toute objectivité, il est vrai que certains de ses derniers rôles ont pu nous laisser sur notre faim, connaissant le talent de l’acteur. Mais Robert de Niro fait ce qu’il veut. Quand il veut. Avec qui il veut.

 

Photo Robert De Niro

 Bob à l'entraînement  

D’ailleurs celui qui en parle le mieux c'est Robert De Niro lui-même :

« Vous soutenez le burlesque de Charlie Chaplin, le grand travail de Marty Scorsese et Barry Levinson, les ‘comédies stupides’ de Robert De Niro, les ‘performances surjouées’ de Meryl Streep et vos propres goûts. Je ne fais pas de films pour de riches élites libérales. J'ai mes restaurants pour ça. Quoiqu'on fasse certains vont ne pas être content. Je fais des films pour moi pas pour une certaine partie de l'élite.»

Difficile de ne pas être d’accord avec le monsieur. Il est tranquillement installé au panthéon des plus grands acteurs de l’Histoire du cinéma, il n’a plus rien à démontrer, peut jouer pour qui il veut, quand il veut. Surtout que quelques-unes de ces dernières performances dans des comédies ont été acclamées par la critique : Mon Beau-Père et Moi (et ses suites), Happiness Therapy, Joy

 

Robert De NiroVito Corleone dans le Parrain 2

commentaires

corleone
16/05/2017 à 17:48

Pas besoin de s'autobaiser la main quand on est un parrain bien connu de la cosanostra.

Altair
16/05/2017 à 11:53

Le corleone aime bien s'auto caresser la couenne virtuelle aussi

Fan du don Corleone
16/05/2017 à 11:46

corleone dit toujours des choses très interressants.

Arnaud
15/05/2017 à 22:34

Hey pour une fois que je trouve que Corleone dit un truc intelligent :D

Riku
15/05/2017 à 17:36

@tow

La question n'est pas de savoir si je suis satisfait ou contenté, mais si plutôt ça vaut la peine de venir se plaindre.

Tu parlais pas juste d'un article, mais d'un "article entier", sous-entendu on nous a pondu un pavé pour rien. Or, c'est une news, courte, autour d'une déclaration. Après, que ça ne t'intéresse pas, qu'on s'en fiche, selon nos intérêts, notre humeur... c'est du subjectif. D'ailleurs, tu remarqueras que sur la news Justice League et Diane Lane, y'a aussi des plaintes. Et je parie qu'on va là encore critiquer le site, "les médias", les "news", etc.

corleone
15/05/2017 à 16:34

Oser dénigrer Robert De Niro c'est pire que de la stupidité, c'est du blasphème.

Riku
15/05/2017 à 15:48

@towerose

Tu devrais recompter : y'a plus qu'une phrase. Et c'est le principe de rapporter des déclarations, en expliquant et donnant le contexte, son avis, etc. Et c'est une pauvre news, pas un "article entier".

Le jour où t'auras une vraie raison de te plaindre, n'hésite pas.

votre commentaire