Charlie Hunnam révèle enfin pourquoi il n'est pas dans la suite de Pacific Rim

Christophe Foltzer | 17 avril 2017
Christophe Foltzer | 17 avril 2017

Qu'on le veuille ou non, Pacific Rim Uprising arrivera sur tous les écrans le 28 février prochain et il se fera sans Guillermo Del Toro. Sans aucun des héros du premier d'ailleurs, à part quelques scientifiques. C'est triste, mais c'est comme ça.

Après une gestation digne des Feux de l'AmourPacific Rim a enfin droit à sa suite, en dépit du départ de Del Toro, du refus du studio de lui accorder son budget et de la disparition des héros principaux du script. Remplacé au pied levé par Steven  DeKnightle réalisateur a depuis fait savoir qu'en fait il n'y avait eu aucun problème avec Legendary Pictures et que s'il n'était pas à bord de la suite, c'était simplement parce qu'il voulait à tout prix monter un autre film. Bon, on y croit moyen, mais comme c'est la version officielle, on va se contenter de ça pour l'instant. 

 

Photo Idris Elba

 

On rappelle qu'Uprising se déroulera 18 ans après le premier et mettra en scène le fils du personnage d'Idris Elba, ce qui est quand même bizarre puisqu'on s'attendait plus à voir revenir notre couple de héros. Et en l'occurrence, Charlie Hunnam vient enfin de briser le silence et a expliqué au micro de Den of Geek les raisons de son absence. Et si vous aimez l'excuse du conflit d'agenda, vous allez être particulièrement heureux :

"Il y a eu un énorme problème de planning. J'étais déjà très investi dans le remake de Papillon et ce qui s'est passé, c'est que Legendary a été vendu à Wanda, qui est un énorme groupe chinois. Et Pacific Rim, bien qu'il n'ait pas trop marché ailleurs dans le monde, a été un véritable carton en Chine.

 

 

Tout d'un coup, c'est devenu leur objectif premier et ils ont voulu faire la suite très rapidement. Je pense qu'ils ont changé le planning par la suite, et que j'aurai au final pu faire les deux films, mais à l'époque ils étaient en pleine écriture du scénario et ils voulaient savoir si je pouvais le faire ou non. J'ai de très bonnes relations avec Legendary et ils ont été très généreux en me laissant rompre mon contrat alors que j'étais obligé de faire le film que je le veuille ou non. Quand j'en ai parlé avec Thomas Tull (le précédent président du studio), qui est un ami très cher, je lui ai dit que mon coeur allait être brisé si je ne pouvais pas faire l'autre film, bien que je sois investi dans Pacific Rim.

Il m'a répondu que mon coeur se trouvait effectivement sur l'autre film et qu'il ne voulait pas me voir sur le plateau si je n'étais pas heureux d'y être. Il m'a laissé faire l'autre film ce qui était incroyablement généreux de sa part. Mais c'est juste le genre d'homme qu'il est."

Pour un peu, on en pleurerait presque tellement c'est beau. Mais entre la fontaine en chocolat et les nuages en guimauve, on peut par contre s'étonner qu'à aucun moment personne ne parle des différents rejets du script par le studio ou encore des coupes drastiques opérées dans le budget quand c'était encore Del Toro qui devait s'en occuper. Il faut croire que ce n'est pas ce que l'Histoire doit retenir.

 

Charlie Hunnam

commentaires

La Rédaction - Rédaction
18/04/2017 à 18:42

Ceci est un test

Joe
18/04/2017 à 10:21

Legendary racheté par un groupe chinois, du coup une éventuelle suite de Warcraft, qui à eu le même chemin au box office (carton en chine mais pas eu US) est envisageable ?

stivostine
17/04/2017 à 18:08

un remake de papillon? ouch.... jaime pas cet acteur, le malek plus et le real à suivre, ca va être bizarre.

Grift
17/04/2017 à 18:06

Mais bon je vous l'accorde, on vit dans une monde de plus en plus cynique.. Si tu l'es pas tu passes pour un bisounours ou pour un mec débile pas capable de percevoir le vrai du faux....

Par défaut, dis que t'es pas dupe.. au mieux tu passe pour le mec qui a tout compris et a qui on l'a fait pas, au pire si tu te plante, dans 3 jours on a tout oublié de toute façon et tu pourras toujours dire qu'on sait pas tout.

Grift
17/04/2017 à 18:02

@Qualopec

Mon propos n'est pas de dire qu'il faut tout croire.
Je m'étonne juste que lorsque c'est croustillant, quand il y a de quoi reprocher quelque chose, quand ça met en porte à faux quelqu'un, etc... alors la on y croit sans se poser de question.

Par contre quand c'est propre, quand y a une explication qui est juste une histoire de timing, ou que ça s'explique sans foutre la merde en somme... alors c'est louche.

Si c'est comme ça qu'on a envie de vivre alors sans moi.

Qualopec
17/04/2017 à 12:15

@Grift

J'appelle pas ça du cynisme gratuit mais de la réflexion nécessaire et saine. Ca ne sort pas de nulle part : il existe une tonne d'exemples de contre-vérités, de belles histoires vendues au public et aux médias, et bien souvent les acteurs de ces petites mises en scènes (comédiens, réalisateurs, producteurs) finissent pas dire la vérité.

C'est tout de même normal de ne pas boire les paroles venant d'une industrie clairement sauvage (là encore, il suffit de se retourner vers l'Histoire du cinéma hollywoodien, lire quelques livres ou interviews devant de l'intérieur), de ne pas être naïf, mais plutôt interroger (voire gentiment se moquer, parce que ça reste assez peu important, on parle pas d'une affaire de la NSA)

Rorov94
17/04/2017 à 11:15

Explication plausible.
L'amitié au dessus du dollar.
Des principes humains avant le business.
Et mon cul c'est du poulet...

Grift
17/04/2017 à 11:06

Pourquoi toujours rapporter des news de ce genre en disant régulièrement qu'on y croit pas..
Ca laisse perplexe quant à l'intérêt de la chose.

De plus ça donne l'impression que désormais on ne croit aux explications que si il y a quelque chose à critiquer, à reprocher.. Sinon c'est louche, c'est suspect, c'est surement faux..

Il est surement vrai que certains préfèrent maquiller la vérifier que de risquer de s'exposer. Mais notre attitude du coup c'est de par défaut être cynique vis a vis de tout ce que semble "bien" ?

Zanta
17/04/2017 à 09:26

Et un jour, on va apprendre qu'il a laissé tomber Pacific Rim pour Fifty Shades...

votre commentaire