Vaiana, la légende du bout du monde est-il le nouveau Aladdin ?

Christophe Foltzer | 30 novembre 2016
Christophe Foltzer | 30 novembre 2016

Vaiana, la légende du bout monde sort aujourd'hui dans nos salles on ne peut que vous conseiller d'aller le voir (comme le suggère notre critique). Une bonne occasion de le comparer avec le chef-d'oeuvre intemporel de Ron Clements et John Musker, Aladdin.

Quand Aladdin sort en 1993, il a été la confirmation après La Petite Sirène et La Belle et la Bête que Disney avait complètement retrouvé de sa superbe. Après une longue période de creux, le studio avait su se réinventer sous l'impulsion de Jeffrey Katzenberg et des compositeurs Alan Menken et Howard Ashman. 

Mais il ne faut pas oublier que le film est aussi et surtout l'oeuvre de Ron Clements et John Musker, déjà réalisateurs de La Petite Sirène et qui ont, avec Aladdin, marqué le studio de leur empreinte, à tel point que ce dernier n'a fait que décliner la formule dans les années qui ont suivi avec plus ou moins de bonheur. Car oui, même La Reine des Neiges dans sa construction et son humour est redevable à Aladdin. Alors quand le nouveau film du duo sort, on ne peut s'empêcher de le comparer avec leur plus grand fait d'arme.

 

 

LE GENIE VS MAUI

Première pensée lorsque Disney a commencé à communiquer autour de Vaiana : ils sont en train de refaire le Génie d'Aladdin avec The Rock. En effet, Maui a plus ou moins la même fonction que le Génie en tant qu'élément perturbateur, comique et gentiment méta d'une intrigue unidimensionnel sans lui. Seulement, là où le Génie volait la vedette à tout le monde grâce au talent de Robin Williams, brisant allègrement le quatrième mur pour nous noyer sous d'irresistibles vannes pop-culturelles, Maui reste étonnament en retrait.

 

Photo

 

Si au départ, il nous est présenté comme un Génie 2.0, il n'embrasse jamais ce statut et laisse Vaiana être l'héroine de son histoire. Autre différence : Maui possède un caractère diamétralement opposé. Imbu de lui-même, il veut qu'on l'adule, ne comprenant pas que son intérêt personnel ait mis le monde en péril, et tout comme sa partenaire, le voyage lui permettra de se révéler et de se comprendre. Une progression psychologique et dramatique que ne connaissait pas notre ami bleu.

 

Photo Génie Aladdin 2

 

CONTE DE FEES VS QUÊTE INITIATIQUE

Une partie un peu délicate à traiter parce qu'elle en appelle à une certaine subtilité dans l'approche. Aladdin est un conte de fées tiré des Mille et une Nuits tandis que Vaiana est une histoire originale inspirée par la culture polynésienne. Et cela change tout. Si un conte de fées est avant tout un parcours initiatique, Aladdin a été traité par Disney sous l'angle de la fable, ce qui modifie considérablement son message.

 

Photo Aladdin

 

Un conte n'impose pas un point de vue, alors qu'une fable débouche sur une morale. Et celle d'Aladdin est claire et revendiquée : qu'importe les richesses matérielles, c'est celle du coeur qui reste la plus importante. Les enjeux sont posés dès le départ (speech du vendeur en intro), les méchants clairement identifiés et représentant le travers dans lequel risque de tomber le héros, et l'aventure : rien ne déviera jamais de ce postulat.

 

Photo

 

En ce qui concerne Vaiana, c'est un peu plus complexe puisque, si la mission de l'héroïne est claire et son enjeu dramatique établi rapidement, sa quête personnelle n'est pas si évidente à première vue. En effet, il n'y a pas à proprement parlé d'antagoniste dans le film et Vaiana ne se bat contre personne mis à part elle-même en tant que produit culturel et éducatif de son village face à ses inspirations intimes.

Là où Aladdin se bat pour sortir de sa condition, il apparait vite évident que Vaiana ne poursuit pas le même but puisqu'elle cherche avant tout à découvrir son identité, qui elle est au fond, avant de retourner chez elle et de servir la cité forte de cette découverte. Là où Aladdin nous présente un objectif individuel et profondément égoïste, Vaiana ouvre son propos et considère son univers comme un ensemble interconnecté qui demande à ce que chacun y fasse sa part sans s'enfermer toutefois dans un cadre rigide avec pour seul but de faire évoluer tout le monde dans un sens commun. 

 

Photo Moana

 

TINDER ANCESTRAL VS DECOUVERTE DE SOI

Conséquence logique : les deux films ne véhiculent pas la même énergie ni la même philosophie. Aladdin est au fond un film très matérialiste, ancré dans l'état d'esprit du début des années 90, lorsque les USA venaient juste de sortir de l'ère Reagan, et représente bien les considérations de l'époque avec les prémices de la course à la starification via la reconnaissance et la recherche de l'amour parfait et enrichissant à tous les niveaux.

Vaiana est davantage un film de notre époque puisqu'il témoigne de la remise en question générale qui secoue le monde occidental actuel et de l'indispensable quête de sens. Le monde est vaste mais nous vivons repliés sur nous-mêmes, enchainés à nos traditions et donc soumis à un seul point de vue, considérant l'extérieur comme dangereux et potentiellement un ennemi. Et si l'on reste bloqués dans son petit univers confortable, c'est évidemment le cas.

 

Photo

  

Vaiana, par sa quête, nous invite donc à dépasser les préjugés, à partir à l'aventure de l'autre, pour comprendre qu'au fond il n'est pas si différent de nous et qu'en se trouvant soi-même en chemin, nous pourrons accéder au coeur de l'autre ; et établir une communication au-delà des réticences et des méfiances originales. Comprendre la douleur de l'autre, c'est aussi le considérer comme notre égal et pouvoir lui tendre la main. Apaiser les tensions et retourner chez soi riche de cette expérience pour faire évoluer les mentalités de la communauté.

 

Robin Williams

 

On le voit, au final, les deux films n'ont pas grand chose à voir, bien qu'ils soient issus des mêmes réalisateurs. Et c'est d'ailleurs ce qui les rend fascinants car, malgré leurs différences, ils restent intimement connectés en nous présentant deux faces d'une même pièce. Et l'illustration aussi de l'évolution de leurs réalisateurs qui, en 20 ans, ont évolué tout comme nous et ont une vision forcément différente du monde auquel ils appartiennent. Alors, plutôt que de mettre Aladdin et Vaiana en opposition, préférons les laisser coexister ensemble et en harmonie car ils sont très liés lorsqu'on y fait attention.

 

Retrouvez ici notre critique de Vaiana.

 

Photo Vaiana

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire