Rupture : Noomi Rapace affronte ses plus grandes peurs dans un premier trailer saisissant et écarlate

Grégoriane Benoit | 29 septembre 2016
Grégoriane Benoit | 29 septembre 2016

Après sa comédie érotique, La Secrétaire, Steven Shainberg se lance dans un thriller de science-fiction prometteur aux allures de film d'horreur baroque italien des années 1970.

S'il y a bien une chose que l'on ne saisit pas derrière ces images rouges et saturées, c'est l'histoire du film. D'ailleurs le synopsis est relativement simple : une mère part à la recherche de son garçon kidnappé et devient prisonnière à son tour d'un laboratoire aux étranges expériences. Et d'ailleurs le film s'inscrit plus dans la catégorie du thriller de science-fiction que du film d'horreur pur.

 

trailer

 

Et pourtant les premières images possèdent tout d'une référence à l'horreur : du papier peint tout droit sorti des sols de Shining, à la couleur technicolorisée proche d'une oeuvre de Dario Argento dans ses meilleures années, Rupture saisit par sa richesse visuelle saisissante et la montée en tension qu'elle provoque dans ses représentations phobiques. 

Ennemis des gros insectes velus ou reptiles dangereux, abstenez-vous, Rupture semble vouloir mettre à l'épreuve vos nerfs et vous confronter aux peurs de l'homme les plus ancestrales, mais dans quel but ? Le trailer reste très mystérieux quant à son sujet et pique notre curiosité. Sans oublier que le scénariste à l'origine de ce film n'est autre que Brian Nelson, également auteur de Hard Candy

 

trailer

 

Rupture sortira au cinéma et en VOD le 4 novembre prochain au Royaume-Uni sans dates prévues encore pour la France. Il est très probable que le film apparaisse ici et là dans quelques festivals fantastiques comme il est déjà apparu au Fantasia Film Festival il y a deux mois. En attendant faites-vous votre propre avis sur ce premier intriguant trailer. 

 



affiche

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire