Christophe Gans va réaliser une adaptation chinoise de 20 000 Lieues sous les Mers

Sophie Sthul | 29 juin 2016 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Sophie Sthul | 29 juin 2016 - MAJ : 09/03/2021 15:58

D’après le site Deadline, Christophe Gans s’apprête à adapter 20 000 Lieues Sous les Mers. Et vous n’êtes pas au bout de vos surprises.

Dans l’absolu, que le réalisateur français Christophe Gans se penche sur une adaptation de Jules Verne n’a rien de surprenant. Critique éminent, féru de pop culture, Gans a une carrière qui parle pour lui en matière de pop culture. Du Pacte des Loups en passant par Silent Hill ou plus récemment La Belle et la Bête, toute son œuvre est gorgée des grands mythes fondateurs de la culture populaire, d’hier et d’aujourd’hui.

Néanmoins, là où la nouvelle peut surprendre, c’est qu’il ne s’agira aucunement d’une production française, mais chinoise, sous la houlette de Bliss Media, comme l’annonce Deadline. Information d’autant plus surprenante que concernant 20 000 Lieues sous les Mers, il y a comme qui dirait un encombrement.

 

Photo

 

Non seulement Bryan Singer doit réaliser une adaptation de Jules Verne pour le compte de la Fox, mais Disney a également prévu le coup, puisque le studio a lancé la production d’un Captain Nemo, qui sera réalisé par James Mangold.

Et même si ce dernier projet a des airs de prequel, on se doute bien que son récit traitera aussi du Nautilus et des aventures imaginées par le romancier français. En l’état, une seule chose est sûre, on regrette quand même que David Fincher ne soit plus de la partie (et on espère que Christophe Gans fera mieux que La Belle et la Bête).

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
pyb
30/06/2016 à 10:43

Sauf si ma mémoire me joue des tours, je crois que C.GANS avait déjà tenté l'adaptation il y a une douzaine d'année. Le film était évidemment tombé dans les limbes, mais un livre d'illustration était sorti à l'époque, L'ambiance était très sombre, et il y avait de la démesure dans les décors, genre on en voyait pas beaucoup à l'époque. Je suis curieux d'en voir plus...

Edge
30/06/2016 à 07:52

Je ne sais pas de quels interdits vous parlez, mais le cinéma chinois est terriblement fermé sur les sujets dits sociétaux, place de la femme dans la société, critique du système, des pouvoirs publics, parler des gays, etc. Ce n'est par exemple pas pour rien si le personnage noir a disparu de l'affiche de star wars VII en Chine.

Après, concernant des récits purement fictionnels, sans implication politique ou sociétale (comme pour les exemples que vous citez), la Chine peut effectivement devenir un exil possible pour des cinéastes européens désireux de donner dans le genre et qui ne trouvent pas de financements ici, d'autant que la Chine a du fric mais manque de forces créatives (les chinois qui arrivent à se barrer, ils ne reviennent pas en général). Il faudrait toutefois pour ça quelques succès, qui décideraient les studios chinois à ouvrir leur bourse plus largement.

Pour finir, attention à ne pas confondre Hong-Kong et la Chine, pendant longtemps, HK a bénéficié de la liberté créative que lui offrait le fait d'être une colonie anglaise, mais les boulons ont été resserrés depuis. Faut-il y voir un lien de cause à effet avec la baisse moyenne de la qualité de leurs productions ? Cela fait bien longtemps que Zhang Yimou n'a rien proposé de bien intéressant, stephen chow fait des comédies populaires tout public, Jia Zhangke doit monter des co-financements : son film le plus récent est une coproduction japonais-franco (tiens tiens ? Pourtant le cinéma français est censé être tout nul) chinoise.

Bref, la situation n'est pas aussi simple que vous le suggérez, même si je vous rejoins sur le manque d'ambition global du cinéma hexagonal. En même temps, et pour en revenir au sujet, donner des millions à Gans, malgré toute la sympathie que j'ai pour le bonhomme, ce n'est peut-être pas une très bonne idée au vu de sa filmo.

Dirty Harry
29/06/2016 à 19:28

Non les interdits d'autrefois ont été levé en 2003, je vous renvoie à la fiche Wikipédia (après toute société a des tabous et nous ne sommes pas en pointe mais tristement pusillanimes ici) Après je ne sais pas pour vous mais la créativité est plus du coté des chinois qu'ici...entre Zhang Yimou, Stephen Chow, Jia Zhangke, Fruit Lee, Xiaoishuai Wang, Jiang Wen, Dai Sijie, Lou Ye ou bien Chuan Lu je trouve qu'il y a autre chose que le cinéma hong-kongais nous avait apporté depuis.

Hakop
29/06/2016 à 17:59

Lecture bien simpliste et rapide de l'architecture du cinéma à l'échelle mondiale. Avec cette affirmation ordinaire contre le cinéma français, sans référence au régime politique chinois qui maîtrise profondément sa culture - et donc, en fait une zone qu'on pourrait qualifier de "morte" car étouffée, et pas d'une manière qui nourrit la créativité mais qui condamne et élimine les esprits libres.

Dirty Harry
29/06/2016 à 15:39

ça commence de plus en plus : le marché chinois est le plus important (on compte en milliards chez eux concernant le nombre de gens qui vont au cinéma) alors que les mecs qui font des films d'action comme le Raid, Julien Séri ou maintenant Christophe Gans ont bien raison : vu que pour obtenir l'argent local soit faut être du sérail, soit il faut faire du film sur des sujets sociétaux (là les financements déboulent tout de suite) mais dés que t'as un peu d'ambition je conseille de se tailler vite fait ailleurs car ici les choses croupissent dans une zone morte culturellement.

votre commentaire