Il faut plus de personnages LGBT dans Star Wars

Christophe Foltzer | 3 mai 2016
Christophe Foltzer | 3 mai 2016

C'est un débat qui court depuis plusieurs mois et il est légitime. Quelle place pour les gays dans les blockbusters ? Et dans Star Wars en particulier ? Le GLAAD répond.

Le GLAAD (pour Gay and Lesbian Alliance Against Defamation) est une association américaine non-gouvernementale qui s'est donnée pour mission de veiller sur la représentation de la communauté homosexuelle dans les médias et au cinéma. Et on peut penser qu'ils ont du boulot, puisque ce n'est pas vraiment la joie de ce côté-là. La sortie du Réveil de la Force avait donné naissance à une petite polémique sur la représentation de cette communauté dans la saga et il semblerait que le débat soit loin d'être terminé.

En effet, l'association vient de rendre son rapport annuel et les chiffres ne sont pas fameux puisque sur les 126 blockbusters sortis l'année dernière, seuls 22 d'entre eux comprenaient un personnage LGBT. Ce qui était exactement la même proportion que les résultats de l'année 2014. Pas fameux donc. En ligne de mire, DIsney évidemment, peut-être le plus gros pourvoyeur de blockbusters du moment, puisqu'il détient Marvel, Star Wars ainsi que ses propres franchises.

Photo Stormtrooper LGBT

Si Le Réveil de la Force avait déjà fait preuve d'ouverture d'esprit en mettant en héros une femme et un noir (oui, nous en sommes là), l'effort n'est cependant pas suffisant pour le GLAAD qui espère bien que la saga rectifiera le tir à l'occasion de son Episode VIII actuellement en tournage :

"Les projets de science-fiction proposent l'opportunité de créer des mondes très avancés socialement et de permettre de critiquer le nôtre. L'endroit le plus évident où Disney pourrait inclure un personnage LGBT est le prochain Star Wars. Le Réveil de la Force nous a proposé un nouveau trio très diversifié qui permet aux auteurs de développer de nouvelles histoires en enrichissant leur background. Et les romans récents de la franchise comportent des personnages gays et lesbiens qui pourraient tout à fait trouver leur place dans le film."

Si le combat est beau et nécessaire, on peut par contre se questionner sur l'obligation d'y inclure un personnage LGBT pour être politiquement correct. En effet, s'il s'agit juste d'en mettre un pour montrer patte blanche, cela n'a que peu d'intérêt au final. Autant que son orientation sexuelle serve l'histoire. Enfin bon, nous on dit ça...

Spin off

commentaires

RER
05/05/2016 à 01:43

@REA
C'est sûr, tu as une crédibilité totale avec tes posts comiques toi.

REA
05/05/2016 à 00:46

@Lori

J'ai lu que le début (à peine 3 lignes) pour constater le vide abyssal de tes propos.
Je pense bien à ton mal de vivre.

jakes
04/05/2016 à 23:45

Et les personnes handicapées ont les voit quand ????????

Fennec
04/05/2016 à 23:33

Attention, qu'on ne se méprenne pas sur ma vision des choses, c'est pas que je n'ai rien à foutre du problème.

C'est que je considère qu'il n'y a pas de "vrai" problème.

Les vrais problèmes sur ces thématiques existent, mais ils sont ailleurs. Et forcer le cinéma ou la télé à faire des quotas ne règle en rien le fond des choses, au contraire ça les envenime je trouve.

Finnigan
04/05/2016 à 19:01

@Fennec

Merci de pas répondre par l'insulte ou l'agressivité, c'est un bol d'air frais...

Cela dit quand tu dis t'en foutre, tu donnes même par le silence ton "vote" à un camp, et à un statu quo.
Personne n'exige une loi pour obliger le studio à foutre à chaque fois un gay, juste à ne pas empêcher les blockbusters d'en avoir (pour des raisons d'habitude, de refus de chambouler les esprits, que ce soit chez une partie des Américains ou du côté du marché chinois par ex).

Et je pense aussi que le ciné mainstream joue un rôle dans les consciences, en forgeant les rêves, les cauchemars. Les gamins veulent devenir Iron Man, leur père voulait être Skywalker, les filles apprennent le tir à l'arc comme Katniss, et leurs parents ont peur des requins à cause des Dents de la mer. C'est simpliste mais tu peux facilement voir qu'un lien existe, même inconsciemment, entre l'usine à rêve et les mentalités, les comportements. Ca peut être pathétique, super, dingue, absurde, mais ça n'en reste pas moins vrai. D'où toute cette discussion, à mon avis.

Mais tu peux évidemment n'en avoir rien à foutre, c'est logique et normal que tout le monde ne soit pas impliqué ou concerné par chaque sujet ou cause. Y'a rien de condamnable dans l'absolu, tant que ça signifie pas mener une guerre aveugle et pleine de haine pour diverses raisons plus ou moins réelles.

Fennec
04/05/2016 à 17:50

@Finnigan :

Exactement. En fait pour moi, il n'y a aucune solution.

Tout blockbuster qui va sortir est condamné à se faire écharper, par les "défenseurs de..." ou les "anti".

Et moi, là dedans, je revendique le droit de n'en avoir rien à foutre, parce que je pense que c'est la bonne solution, celle qui ne déçoit pas. :o)

Et surtout, je pense que les problèmes sont ailleurs. Pas dans Star Wars ou James Bond.

Finnigan
04/05/2016 à 17:33

@Fennec

Des tas de gens étaient très heureux d'avoir un noir et une femme...!
et puis surtout tu oublies qu'un gros paquet de gens se sont immédiatement offusqués de ces choix soit-disant clichés, faciles, à la mode. Y'a eu des polémiques autour de ça, jusqu'au trailer de Rogue One "encore une héroïne".

C'est un peu facile de juste dire que ces associations gueulent pour vivre, tout en omettant de dire qu'une grosse portion du public, des fans, se plaint et critique chaque petite différence. La violence parfois aveugle est des deux côtés.

On met des mecs hétéros : zéro débat puisque normal, et si quelqu'un s'en plaint c'est du lobbying du fascisme du fanatisme.
On met un black, une femme, un gay : grosse polémique "c'est pour plaire au public !", "bientôt on va devoir mettre un nain gay pour plaire !", et les associations sont contentes et font des communiqués.
Bref, aucun vrai méchant qui se plaint plus que l'autre. Trop facile de faire dans le manichéen pur.

Fennec
04/05/2016 à 17:26

Mon dieu que ce débat me saoule...

Le truc qu'on oublie de souligner, c'est que la discussion n'est pas lancée par le public, ou par la profession, ou par l'amicale des véliplanchistes de Limoges, mais par le GLAAD (Gay and Lesbian Alliance Against Defamation). Bref, des gens qui ne se réunissent que pour s'offusquer sur ce sujet précis (littéralement : "alliance against"). Leur existence même est liée à leur insatisfaction. Le jour où tout ira bien, ils n'auront plus de raison d'être. On ne va donc pas leur demander un avis objectif sur les choses.

On l'a bien vu avec Star Wars VII : aucune association ne s'est félicitée de la présence d'un noir et d'une femme en haut du casting... Par contre on a eu le droit à la polémique sur l'absence de gays, puisque maintenant aucun blockbuster ne peut sortir sans qu'une "minorité" (je hais ce mot) ne crie au scandale.

Bref ces associations ont pour moi un discours biaisé car il est par défaut dans la revendication, jamais dans la satisfaction. Ce n'est pas parce qu'elles disent quelque chose qu'elles ont raison.

Et il y a tellement de chantiers vraiment graves sur les inégalités, que je pense que Star Wars est le dernier de nos problèmes.

light locutus
04/05/2016 à 17:25

Vraiment faut atterrir. En quoi vouloir voir des héros gay parmi les héros hétéro est fou ? Voit-on constamment les héros hétéro s'envoyer en l'air, parler de leur cul, de leur vie sexuelle ? Non.

Ce n'est parce qu'on a un personnage gay qu'il va forcément être un tordu obsédé par le cul dont la storyline tournera uniquement autour de ça.

Est-ce qu'on accuse les hétéros d'être obsédés par leur sexualité parce que tous leurs films préférés sont articulés autour de héros hétéro ? Je ne pense pas. Franchement vous êtes inquiétants, vos réflexions sont tristement limitées, et témoignent d'une peur et mépris bizarres.

Drekan
04/05/2016 à 17:21

A force d'être anu-centré,, ils ne voient plus rien d'autre.

Plus

votre commentaire