Flash Deep Tour : Le documentaire incontournable sur la nouvelle scène électro

Christophe Foltzer | 12 février 2016
Christophe Foltzer | 12 février 2016

Chez Ecranlarge, nous ne parlons pas beaucoup de documentaires et c'est bien dommage parce que nous en regardons pas mal. Pourtant dès que l'un d'eux nous tape dans l'oeil, on ne peut s'empêcher de vous le faire savoir. Et Flash Deep Tour nous a quasiment rendu aveugles.

Si des groupes commes Daft Punk et Air ont participé à la rédifinition des codes de l'électro en leur temps et à installer ce que les médias ont pompeusement appelé la French Touch, les années ont passé et ils sont devenus de vraies institutions mondiales. Mais dans l'ombre, la scène club française est toujours aussi bouillonnante qu'avant et une nouvelle génération d'artistes est en train de prendre les rênes depuis quelques années. Parmi eux, The Avener, Synapson, Joris Delacroix et Feder, réunis sur la même scène à l'occasion d'une tournée exceptionnelle que le film Flash Deep Tour - Le doc vous invite à revivre. 

En mode caméra embarquée, nous assistons donc aux coulisses de cette tournée qui a parcouru la France l'année dernière et, en moins d'une heure, nous entrons dans cette belle famille qui mise avant tout sur le plaisir, la bienveillance et le gros son, évidemment. Alternant backstage, concerts et interviews, le documentaire mise avant tout sur la passion et l'aspect humain de la musique électro. Et c'est réellement passionnant de découvrir que tous ces claviers, ordinateurs, câbles et autres logiciels ne sont là que pour permettre aux êtres humains de se retrouver pour vibrer ensemble. La grande force du film réside dans la façon dont il gère l'aspect geek et technique inhérent à la discipline tout en privilégiant le but ultime de la démarche : se retrouver tous ensemble pour se rappeler que l'on est vivants. Et aimer ça.

Photo Flash Deep Tour 2

Car une ombre plane évidemment. Dès le départ, même si ce n'est pas dit, notre esprit fait le lien : le 13 novembre 2015 est passé par là et l'heure n'est plus forcément à la gaudriole. On est d'autant plus admiratifs face à ce film qui, sans s'apesantir sur les évènements, transforme son propos en un réel manifeste de résistance contre l'horreur et la mort. Il faut, à ce titre, parler de la réalisation des moments de concerts, admirable dans son défi technique et son axe de mise en scène. Utilisant évidemment la rythmique des morceaux joués, le metteur en scène use de ralentis savamment dosés pour nous faire ressentir toute l'émotion et la sensualité d'un concert. Et la rencontre entre la musique rapide, les spectateurs et les artistes quasiment en lévitation marche du tonnerre.

Au final, nous nous retrouvons face à un vrai beau film, profondément humain et émouvant, touchant, qui prouve que remplir de grosses salles et rester au fond un gamin qui s'éclate et qui se nourrit d'une passion communicatrice est encore possible dans une société de plus en plus dure et liberticide. Vous ne trouverez pas Flash Deep Tour dans vos cinémas, ni à la télévision, mais sur le site Spicee.com, nouveau venu du reportage et du documentaire sur internet, qui aligne les cartons depuis sa création et vous propose, pour une somme très acceptable, de partir pour un voyage dont on revient transformé et heureux.

Bref, Flash Deep Tour- Le doc fait figure d'immanquable de la semaine.

 

commentaires

Ben
12/02/2016 à 14:33

D'ailleurs, l'ombre du 13 novembre 2015 plane tellement sur la Flash Deep que c'était le soir où ils étaient justement à Paris...
J'y étais, le concert a été arrêté lors du début du dernier set. Je ne sais pas si le film en parle.

Charles
12/02/2016 à 13:10

Prodige et The avener dans la même phrase ? Les mecs sérieusement ...

votre commentaire