Star Wars : Peter Jackson rend hommage à George Lucas, le "Thomas Edison du cinéma"

Jacques-Henry Poucave | 23 décembre 2015
Jacques-Henry Poucave | 23 décembre 2015

Alors que Star Wars écrase tous les records dans les salles et que certains ne perdent pas une occasion de tacler George Lucas, un cinéaste a tenu à lui rendre hommage. Il s’agit de Peter Jackson.

Dans un entretien avec le site Deadline, le réalisateur du Seigneur des Anneaux et du Hobbit a tenu, plutôt que de revenir sur les éternels débats concernant la prélogie ou la gestion de Lucasfilm par le producteur, à souligner le gigantesque héritage que laisse Lucas derrière lui.

« Quoiqu’il en soit, en tant que cinéaste, ma gratitude et mon respect pour George Lucas sont sans limite. Dans les décennies qui ont suivi Star Wars, George a utilisé ses propres ressources pour développer les effets spéciaux digitaux, le montage numérique, le son digital et le cinéma numérique.

Il a ouvert la porte pour que je puisse faire les films que j’ai réalisés, d’une manière dont j’aurais pu à peine rêver avant Star Wars. Ce sont seulement ces avancées technologiques qui m’ont permis de transférer des images de mon imagination directement à l’écran.

C’est vrai de la plupart des metteurs en scène aujourd’hui et je ne peux m’empêcher de penser que George Lucas n’a jamais été tout à fait salué par l’industrie pour ses remarquables innovations.

Il est le Thomas Edison de l’industrie du cinéma moderne. »

Voilà qui change des attaques bien violentes de Simon Pegg...

commentaires

Maided
25/12/2015 à 22:52

Jar-Jar n'est qu'un porte parole.
Après ok il propose la motion qui donne les pleins pouvoir à Palpatine mais ça a été décidé par d'autres.
Pour les Ewoks....peut être mais bon c'est un pas une raison pour bêtifier le propos pour plaire aux gosses.

Dans les deux cas ,ce n'est pas l'aspect mais la caractérisation qui me gène.
Un pygmée coupeur de tête aura beau être mignon et petit ,il n'en fichera pas moins la frousse dès qu'on le verra.
Les Ewoks...euh.... ^^

diez
25/12/2015 à 04:43

Jar Jar n'est que l'émissaire d'une décision prise bien avant par d'autres personnages, Jedi inclus.

averell
24/12/2015 à 18:47

Sylvinception et Maided, vous parlez de Jar Jar et des ewoks, mais à ce moment là, pensez en terme de scénario : Jar Jar et le fait que ce soit un crétin absolu est indispensable à l'histoire et l'enchainement des évenements : sans JarJar, pas d'avénement de l'empereur polpot palpatine, puisque c'est lui qui le place au pouvoir, justement parce que c'est un crétin absolu; Ce qui est montré sur lui dans l'épisode 1 prépare l'ascension politique de PolPot. Quant aux Gungans, ils représentent la thématique de Lucas : Nature contre Technologie. Bref Sans JarJar, pas de Star Wars du tout.
Quant auw Ewoks, ils représentent la guerre du Viet Nam fantasmée. Il ne faut pas oublier que Lucas avait écrit le scénario de Apocalypse Now avec Coppola.
Dans l'épisode 7, l'extermination du village au début représente le massacre de MAy Lai en Mars 68.
Tout ça c'est pas rien

Maided
24/12/2015 à 16:51

Oui sylvinception chacun ses goûts.
Perso je ne les ai jamais aimé ,je les ai toujours trouvé niais à souhait et ce dès la première fois que j'ai vu le film à sa sortie...

sylvinception
24/12/2015 à 12:30

Les Ewoks avaient au moins le mérite d'être mignons, Jar Jar et ses semblables ne sont que d'insupportables têtes à claques mongoloides.

sylvinception
24/12/2015 à 12:28

"Jar-Jar (mais n'oublions Ewoks qui sont franchement à jeter tout autant que lui)"

Absolument pas d'accord.
Chacun ses goûts ceci dit...

actar
24/12/2015 à 11:25

et n'oublions pas non plus sa création de l'aventurier le plus célèbre du cinéma : indiana Jones !!

Maided
24/12/2015 à 05:48

J'ai toujours aimé la prélogie et ce dès sa sortie.
Certes il y a des défauts.
En vrac et non exhaustif :

Jar-Jar (mais n'oublions Ewoks qui sont franchement à jeter tout autant que lui)
La scène petite maison dans la niaiserie et ses pâturages tirés des plus mièvres romans à l'eau de rose.
Le passage Super Mario (en guest R2-D2 dans le rôle de Yoshi) sur Geonosis.
Même la bataille dans l'arène est quand même too much.

Mais au delà de cela Lucas a fait trois film plus intelligents qu'il n'y paraît. Montée du totalitarisme ,destin d'un jeune garçon qui veut aider les autres mais fini a la botte d'un dictateur ,drame familial ,extrémisme qui ,même si il a des visées nobles mène au désastre etc...
La prélogie a plusieurs niveaux de lecture et les rageux ne s'arrêtent qu'à la surface.
La faute de Lucas est d'avoir voulu faire une prélogie intelligente dans un environnement de blockbusters décérébrés.

Pour en revenir à l'article ,Lucas a été un visionnaire pour tout ce qui est technique dans le domaine du cinéma....enfin....je vais nuancer quand même hein.
Lucas avait une vision d'un univers fantastique se passant dans l'espace toussa toussa...mais c'est pas lui qui l'a rendu possible en améliorant les effets spéciaux hein.
C'était (c'est) un scénariste oui ,un réalisateur ,oui ,n homme d'affaire ,oui mais pas un technicien.
Les vraies personnes à avoir fait avancer la technique c'est des gars comme Dennis Muren ,Phil Tippett ou John Dykstra...c'est plutôt eux que Jackson devrait remercier (ainsi que Lucas d'ailleurs).

adoy
23/12/2015 à 19:59

George lucas, voulant par pédagogie ? se coller aux événements qu'il revivait (la guerre du viet-nam, la puissance des U.S.A, la dictature romaine ou nazi aux mains d'un seul homme) aux début des années 2000 l'a avoué a maintes reprises que même si la préologie était très différentes de l'O.T reste une histoire d'une personne dont le destin tracé pour être un sauveur, change à l’opposé a cause de mauvais choix et d'un libre arbitre discutable.
J.J. et Disney nous ramène à un pur spectacle, fun certes mais avec un message déjà vu dans l'EP IV.

Dirty Harry
23/12/2015 à 14:37

C'est drôle mais depuis que cet épisode 7 est sorti, j'ai complètement révisé mon avis sur la prélogie : même si le sérieux pontifiant des personnages m'agace et le tout numérique est utilisé sans finesse, l'on peut remarquer néanmoins que quelque chose se tient politiquement : on parle d'une république qui se transforme de l'intérieur pour devenir un Empire Dictatorial (comme la république romaine qui passe à l'Empire) qui prend la forme de la tragédie, suivi de de la féodalité (chevaliers, princesse et épopée) qui elle prendra la forme du conte de fée moyen ageux, il aurait été logique d'arriver à un rappel du XVe siècle avec la Renaissance et les guerres de religion ou de découverte de nouveaux territoires (l'Amérique mais dans SW ce serait une galaxie) mais la dimensions historico-politique qu'a pris JJ Abrams est juste une redite de la trilogie d'origine avec une allusion appuyée à la seconde guerre mondiale (nazis/résistants) qui est peu cohérente (la résistance a gagné à la fin du Retour du Jedi ce qui devrait faire des impériaux des marginaux et des...résistants au vrai nouvel ordre qu'ont imposé les rebelles).

Plus

votre commentaire