Les Huit Salopards de Tarantino reviennent dans une nouvelle bande-annonce qui fait parler la poudre

Christophe Foltzer | 6 novembre 2015
Christophe Foltzer | 6 novembre 2015

Histoire de bien terminer la semaine, quoi de mieux qu'un nouveau trailer du prochain Tarantino ?

C'est donc le 6 janiver prochain que nous pourrons découvrir le 8ème film de Quentin Tarantino, Les Huits Salopards. Alors que tous les cinéphiles déviants s'apprêtent déjà à s'en prendre plein les mirettes, le film vient de dévoiler une nouvelle bande-annonce qui donne sacrément la bave aux lèvres. 

On peut s'attendre à du grand Tarantino, même s'il parait moins ample que ses derniers films et rappellera peut-être davantage Reservoir Dogs au Far-West que Django Unchained, ce qui n'est pas un mal. Comme d'habitude, le casting est hallucinant avec Kurt Russell, Samuel L. Jackson, Jennifer Jason Leigh, Michael MadsenTim Roth et bien d'autres et l'on nous promet également que le grand Ennio Morricone a composé la bande originale.

Bref, Tarantino nous offre encore un superbe cadeau en espérant que, comme aux Etats-Unis, quelques salles françaises proposent la version en 70mm.

commentaires

Tom
06/11/2015 à 17:42

Ya Shane de The Shield :) c'est du tout bon ça :p

REA
06/11/2015 à 17:31

Toujours pas convaincu. De toute façon, je ne suis pas très western...
Mon seul intérêt pour ce film se porte vers Walton Goggins.

Ca sera en streaming.

Endymion
06/11/2015 à 16:35

"les cinéphiles déviants", sérieusement ? Le cinéma de Tarantino reste quand même très grand public, c'est loin au niveau "déviance" des films de Pasolini, Jodorowsky, Noé ou von Trier, et j'en passe..

ttf
06/11/2015 à 16:06

@Mad tant mieux pour toi si tu prend ton pied, Boulevard de la mort c'est juste des dialogues ineptes et anecdotiques, j'ai vraiment l'impression de perdre mon temps devant ce film tellement c'est le néant sur tous les points.

@klokateer ben on aimerait bien voir du Tarantino aussi, mais du bon.

sylvinception
06/11/2015 à 15:35

"...ne jamais nous ennuyer quand bien même il ne se passe pas grand chose. "
Et c'est clair qu'il se passe pas grand chose dans ses films.

Mad
06/11/2015 à 15:29

J'adore les dialogues de Tarantino. Il a ce don de nous tenir en haleine et de ne jamais nous ennuyer quand bien même il ne se passe pas grand chose. Je pense notamment au dialogue dans le bar avant l'arrivée du Sherif dans Django Unchained comme dernier exemple mais je pense surtout à l'un de mes films favoris du real, "Death Proof" qui est pour moi l'exemple parfait du film à ambiance. Il ne se passe quasiment rien et pourtant, on prend son pied tant les dialogues et l'ambiance générale sont cultes! C'est du génie, n'en déplaise aux détracteurs. C'est très loin d'être mon real préféré mais putain, il est quand même sacrément doué. Rien que sa triplette du crime "Reservoir Dogs / Pulp Fiction / Jackie Brown" offerte dans les 90's est un putain de passage dans l'histoire du cinéma à mon humble opinion.
Il me tarde de voir The Hateful Eight, mais pour le moment... Il ne m'a jamais déçu le QT.

klokateer
06/11/2015 à 14:31

Vous voulez du Leone, allez voir un Leone. Perso, je me rejouis de voir un nouveau Tarantino,

Dirty Harry
06/11/2015 à 12:40

Tarantino est bon dans les dialogues mais il ne fait pas de dialogue culte à chaque film (celui sur le racisme dans True Romane, celui qui ouvre Inglorious Basterds et quelques autres mais pas à chaque fois, ceux de Django étaient pénibles). Je rejoint Pipelette : un bon western est peu bavard maintenant il s'agit plus d'un huis-clos donc un peu comme une pièce de théâtre nous aurons droit à des tirades.

Pipelette
06/11/2015 à 12:02

@Mordhogor n'oublie pas qu'un de ses meilleurs films, kill Bill vol 1 est un de ceux qui a le moins de dialogue.
Donc oui Q sait fermé sa gueule et ça lui réussi plutôt pas mal.
Pour l'instant son western bavard j'ai pas envie de le voir ou alors sans le son.
TTF

Mordhogor
06/11/2015 à 11:40

@Gilphe : tu plaisantes pour Eastwood ? Tu dois parler de Bruce Dern, acteur hitchcockien (Complot de Famille, Pas de Printemps pour Marnie), mais aussi habitué des westerns avec Pendez Les Haut et Court, sans oublier qu'il fut le seul acteur à avoir "tué" John Wayne dans un western (The Cowboys, de Marc Rydell, 1972). Un vrai salopard donc et un sacré acteur bien trop méconnu du grand public qui ne pouvait qu'arriver chez Tarantino (il était déjà dans Django Unchained).

Plus

votre commentaire