Love : Fleur Pellerin ne veut plus que le sexe non simulé soit interdit aux mineurs

Jacques-Henry Poucave | 9 septembre 2015
Jacques-Henry Poucave | 9 septembre 2015

On savait qu’après avoir fait appel de la décision judiciaire retirant à Love de Gaspar Noé son visa d’exploitation, Fleur Pellerin ne comptait pas en rester là.

Elle en a dit plus sur le plateau du Petit Journal de Canal Plus, où elle a détaillé plus avant quelles sont ses intentions. En effet, l’instabilité juridique actuelle ayant permis à l’association Promouvoir de faire annuler l’avis de la Commission de Classification, il paraissait urgent d’aboutir à un système plus stable, ou plus lisible.

« Nous avons une règlementation qui prévoit que tout film qui montre des scènes de sexe non simulé doit être interdit aux moins de 18 ans. Ça va changer. On réfléchit avec les gens chargés de classifier les films pourvoir comment faire évoluer les choses, en respectant la protection des mineurs. »

Un chantier sacrément délicat, puisque le Ministère de la Culture et ses partenaires auront la lourde tâche de veiller effectivement à la protection des mineurs, tout en aboutissant à un cadre législatif qui permettent aux œuvres destinées à des publics « avertis » d’exister commercialement sans craindre les foudres d’associations telles que Promouvoir. En outre, Fleur Pellerin a tenu à rapprocher la situation actuelle du vandalisme subit par l’œuvre d’Anish Kapoor.

« C’est un peu la même problématique que les attaques contre l’œuvre d’Anish Kapoor, une forme de retour à l’ordre moral et de retour à la liberté de création. »

Tout savoir sur Love

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
MystereK
10/09/2015 à 22:26

"Ouais, cool, j'ai hâte de pouvoir emmener mes gosses de 12 ans voir des vraies pénétrations, merci pellerin !"

Parce que vous avez besoin d'une loi qui vous l'interdise ? Si l'interdiction au moins de 18 ans disparaît, cela ne veut pas dire que c'est une obligation d'y aller, vous aurez encpre le libre choix.

Depuis mon plus jeune âge, j'ai toujours pensé que ces histoires d'âges sont idiotes, que cela devraient être des ages conseillés et non des interdictions.

AmazingTupperware
10/09/2015 à 13:19

A 12 ans, il sera quand même interdit d'aller le voir je pense, faut pas exagérer le propos de la ministre. L'interdiction "-18" devrait disparaître mais le film en sera pas pour autant "tous publics". "-16 ans" conviendrait pour ce genre de films, en général, à cet âge là, t'as déjà vu/vécu deux trois trucs... x).

Satan la bite
10/09/2015 à 09:45

Ouais, cool, j'ai hâte de pouvoir emmener mes gosses de 12 ans voir des vraies pénétrations, merci pellerin !!

He he
09/09/2015 à 21:22

+1 pour Harry.

Ded
09/09/2015 à 19:19

"Y a pas qu'le cul dans la vie... Y a aussi la bite et les couilles !" Coluche

Hélène Hémeurtre
09/09/2015 à 15:38

« (...) A mesure que diminue la liberté économique et politique, la liberté sexuelle a tendance à s'accroître en compensation"

Si seulement...

Mccoy
09/09/2015 à 14:14

C'est quoi ce titre bidon ?
Elle dit bien que le but c'est de changer tout en protégeant les mineurs.

La seule vrai solution. Garder l'interdiction "au moins de 18 ans" mais supprimer la "sanction" économique. C'est pas plus compliqué que ça.

Plisken59
09/09/2015 à 14:08

Ça ne devrait pas s'arrêter au cinéma contenant des scènes de sexe non simulées, mais s'étendre à la pornographie. Car c'est quand même aberrant que dans un pays où on est considéré comme étant majoritairement sexuel à 15 ans, on est légalement le droit de voir du porno seulement 3 ans plus tard ...

MystereK
09/09/2015 à 13:47

"On comprend mieux pourquoi c'est plus facile d'encourager le vice que de tâter aux vrais leviers économiques (le cas Besson et les futurs films ambitieux français) dans un cadre économique libéral libertaire. "

Merci, j'ai bien rit :-)

VMF
09/09/2015 à 11:53

Si on regarde un certain nombre de dictatures du Moyen-Orient, on voit bien qu'il n'y a pas de lien évident et absolu entre la disparition des libertés, et la liberté sexuelle. J'ai du mal à pouvoir valider les mots de Huxley en ce qui concerne l'Azerbaidjan, l'Iran, la Chine, ou la Russie. Bien au contraire. La répression touche bien souvent les femmes et la communauté LGBT.
Alors tu peux remballer ton grand et beau discours pseudo-parano et anti-conformiste

Plus
votre commentaire