Quentin Tarantino explique comment il aurait pu rendre It Follows génial

Christophe Foltzer | 27 août 2015 - MAJ : 10/07/2018 18:35
Christophe Foltzer | 27 août 2015 - MAJ : 10/07/2018 18:35

Décidément, Tarantino est bien remonté en ce moment, pour notre plus grand plaisir. Après True Detective, Cate Blanchett et Scream, c'est au tour d'It Follows de passer à la moulinette.

Le très long entretien accordé à Vulture par Quentin Tarantino est un régal pour les fans. QT n'a jamais eu sa langue dans sa poche et il le prouve une nouvelle fois. Point de matraquage en règle toutefois concernant It Follows puisque le réalisateur de Pulp FIction avoue avoir aimé le film de David Cameron Mitchell puisqu'il déclare que "c'est un de ces films tellement bons qu'on lui en veut de ne pas être génial."

Et forcément, Tarantino a quelques petites idées pour le rendre encore meilleur. On vous prévient tout de suite, si vous n'avez pas vu It Follows, arrêtez tout de suite la lecture de cet article, ça va SPOILER sévère.

 

 

"Le réalisateur aurait dû être plus strict vis-à-vis de sa mythologie. Il la casse dans tous les sens. On voit bien à quoi ressemble les méchants : ils ne sont jamais communs. Ils ne sont pas juste là. Ils ont toujours un regard particulier et ils avancent toujours vers vous. Et pourtant, quand le gars croit voir une femme en robe jaune au cinéma, il faut que sa copine dise "Quelle femme ?" pour qu'il se rende compte qu'il s'agit du monstre. Ca veut dire qu'il n'a pas compris immédiatement ce qu'elle était ? Elle est là, immobile, aux portes de la salle, à le regarder et il ne comprend pas tout de suite ? Alors que lui, plus que quiconque, devrait le savoir et être à l'affût.

 

 

Le film n'arrête pas de faire des erreurs comme ça, de ne pas tenir les règles qu'il a installé. Par exemple, okay, vous pouvez tirer dans la tête du monstre, mais ça marche juste pendant 10 secondes ? Ca n'a aucun sens !  Qu'est-ce que ça veut dire ? Et après, d'un coup, les monstres deviennent agressifs et vous balancent des objets à la tronche. Ca veut dire qu'elles sont stratégiques maintenant ? Ca n'a jamais été installé avant. Je n'arrive pas à croire que le monstre devienne intelligent quand ils le piègent dans la piscine."

 

 

On le voit, Tarantino a une idée bien précise de ce que David Cameron Mitchell aurait dû faire. Mais un autre point le chiffonne : Paul, l'ami geek de Jay avec qui elle couche finalement à la fin :

"Et puis il y a aussi le geek un peu beau gosse - et tout le monde est supposé ignorer qu'il est beau gosse, parce que c'est comme ça que ça se passe dans les films... Ce gamin n'a aucun problème pour coucher avec elle et s'attirer l'attention du monstre. Il est totalement d'accord avec cette idée. Alors pourquoi elle ne se l'est pas tapée avant d'aller à la piscine ? Comme, deux personnes auraient pu voir le monstre ? En plus, c'est pas comme si elle le piégeait."

Des remarques fondées certes, mais qui n'enlèvent rien à l'excellence du film.

 

Tout savoir sur It Follows

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
jO
30/08/2015 à 19:11

Sacré Tarantino, pourquoi il ne regarde pas ses films, il pourrait passer sa vie à les critiquer, cela nous ferais des vacances

Chris MacNeil
28/08/2015 à 12:01

Ce truc autour de Blue Ruin (que j'ai trouvé d'une banalité dingue) me dépasse totalement

ttf
28/08/2015 à 10:46

C'est une vraie pipelette ce Tarantino, shut up !!

Bolderiz
27/08/2015 à 19:53

Encore un article sur QT? Houla on frise l'overdose là! Heureusement qu'il ne nous ponds pas un bouquin, sinon je crois qu'il n'y aurait plus que ça par ici... C'est Zapan qui va être content...

Trashyboy
27/08/2015 à 18:06

Concernant sa dernière remarque, si elle ne couche pas avec son pote, à la base, c'est pour le préserver. Du moins il me semble.

Mad
27/08/2015 à 17:21

D'accord sur tout! Et qui plus est, It Follows... Sacrée bonne surprise! Un real à suivre dans la lignée de Jeremy Saulnier.

Dirty Harry
27/08/2015 à 14:44

Bien aimé ce "It Follows", une ambiance anxiogène et une musique du tonnerre. Et pour une fois quelqu'un invente un truc effrayant pas déjà vu mille fois. Tarantino a raison de pointer les (petites) tricheries du scénario : un Carpenter aurait été plus rigoureux mais c'est un second film, les trois premiers d'un réalisateur sont souvent des coups d'essai (le film d'épouvante qui viendra plus tard sera à coup sur un grand classique au vu des capacités de frayeur du réal). Sinon dans l'interview de Vulture le Tarantino a l'air assez rebuté par ce que lui produit Morricone, ce n'est pas bon signe.

Grift
27/08/2015 à 12:22

Du certaine façon j'aime mieux ces remarques que celle que vous remontiez dans des articles précédents. La il se positionne en simple spectateur, comme nous pourrions le faire nous aussi lors d'une discussion entre pote. C'est assez rafraîchissant je trouve d'une certaine façon.

votre commentaire