50 Nuances de Grey : et si le succès de ce mauvais film était une bonne nouvelle ?

Jacques-Henry Poucave | 13 février 2015
Jacques-Henry Poucave | 13 février 2015

En dehors du plaisir cynique de voir des milliers de jeunes femmes se ruer avec avidité devant un mauvais film d’un sexisme extrême, 50 Nuances de Grey pourrait être une bonne nouvelle. Si si.

Depuis plus d’une dizaine d’années, en réalité depuis que les coûts de fabrication des films ont explosé, les studios ont quasiment renoncé à produire des films au budget confortable (et ne parlons même pas des blockbusters) qui ne soient pas tout public.

La dictature du PG-13 (norme américaine correspondant peu ou prou à notre interdiction aux moins de 12 ans, en beaucoup plus stricte), pèse de manière terrible sur le cinéma et les films de genre en particulier. Disparition des effusions de sang, censure du langage, quasi-interdiction de la nudité, bannissement des pratiques dites « marginales » (homosexualité, SM, etc), cette catégorie à la définition très floue joue également un rôle de verrou moral problématique, qui n’est pas pour rien dans le succès actuel des séries.

Ces dernières peuvent en effet offrir à leurs spectateurs des créations qui s’affranchissent de ces limites et vont aussi loin que leur sujet l’exige. Ainsi, des œuvres telles que Boardwalk Empire, Breaking Bad, Spartacus ou tout simplement Walking Dead n’auraient aujourd’hui aucune chance d’arriver sur grand écran nanties d’un budget respectable.

Or, 50 Nuances de Grey, tout interdit aux mineurs qu’il soit aux Etats-Unis, a battu tous les records de pré-vente de tickets pour un film de cette catégorie, loin devant la concurrence. Le film n’est pas sorti depuis 24h sur le territoire américain que déjà, son budget hors promo 40 millions de dollars) est intégralement remboursé. Les coûts de fabrication de la trilogie dans son intégralité pourraient être absorbés dès les prochains jours.

Si le public n’est pas rebuté par la médiocrité du film et la timidité des scènes de sexe, son succès pourrait être exponentiel. A cela s’ajoute le fait qu’une tripotée d’adaptations de livres concurrents ne tarderont pas à être annoncées et mises en chantier.

Si des métrages de premier plan en terme budgétaires parviennent à trouver un public massif, tout en étant interdits aux mineurs, la volonté hollywoodienne de ne produire que des films visibles par un public pré-pubère (coucou Marvel), afin de toucher systématiquement le plus large spectre de spectateurs possible, pourrait être mise à mal.

Et qui sait, dans ce cas, nous retrouverons peut-être des fictions un peu plus osées sur les écrans, plutôt que des productions aseptisées, paralysées à la simple idée de ne pouvoir mécaniquement attirer à elle le jeune public.

Ainsi, le succès de 50 Nuances de Grey, la gentille bluette qui essaie de se faire passer pour une romance torride, pourrait ouvrir la voie à des projets autrement plus audacieux.

Quoi ? On peut rêver non ?

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Kom
16/02/2015 à 02:03

Comme d'habitude je vais me faire le défenseur de la veuve et de l'orphelin, mais après que Galactus ait parlé à répétition du nombre d'articles sur le film, qu'il considère comme révélateur d'une politique éditoriale racoleuse, j'ai fait la même recherche sur les grosses sorties récentes (année dernière inclue) :

- Godzilla : 166 (bon là je triche un peu vu qu'il y en a plusieurs)
- X-Men : Days Of Future Past : 148
- Interstellar : 85
- Gone Girl : 79
- 50 Nuances de Grey : 40

Sans nier que le site puisse chercher parfois à faire du clique c'est assez parlant non ? Surtout que j'ai vérifié it Follows, et ce petit film indé (certes médiatisé) a lui 44 articles consacrés.

Simon Riaux - Rédaction
13/02/2015 à 17:59

C'est toute la difficulté de noter.
Une note est supposée refléter la qualité "objective" du film et le ressenti du rédacteur, quand on est sur quelque chose de nuancé, ça devient compliqué.
Par exemple, on estime le film intéressant en tant qu'objet de cinéma, parce que représentant un cas très particulier dans l'industrie, donc il semble illogique de le noter au niveau de sa stricte "qualité" qui est quant à elle très basse.
Et c'est pour ça que sans le texte qui l'accompagne, une note n'a pas grand sens.

Touco
13/02/2015 à 17:44

@redaction:
peut etre le systeme de notation est il a revoir alors...
une note de 2,5 sur 5, perso je trouve que c'est bien payé dans ce cas...

Simon Riaux - Rédaction
13/02/2015 à 17:23

@Galactus
"son succès, son importance en terme industriels et le large public auquel il s'adresse" signifie exactement la même chose que "la fesse ça fait vendre", en un peu plus précis.
Nouvelle ligne éditoriale ? Vous avez manifestement oublié quelle était la politique du site il y a quelques années vis à vis de la fesse en général...
Faites un tour chez la concurrence, vous trouverez plus de 39 articles consacrés au film...
Si vous ne les avez pas lus... les attaquer sur leur simple nombre est purement absurde.

Dommage qu'on ne vous voit pas plus souvent et avec autant d'énergie commenter les papiers de fond. Cela nous encouragerait peut-être.

Galactus
13/02/2015 à 17:09

@ Rédaction :

Oui ce film m'émoustille à un tel point que je n'ai lu aucun des 39 articles que vous lui avez consacré. Si au moins vous assumiez votre politique éditoriale, et votre nouvelle image de site racoleur au détriment de la véritable info ciné, pourquoi pas... Mais justifier 39 articles sur un film que tout le monde juge médiocre (y compris vous) au nom de son "succès" et de son "importance en termes industriels" ! Ça prête à l'ironie, tout de même. S'il n'était pas mort, on dirait que vous parlez du prochain Kubrick. Si vous m'aviez répondu "la fesse ça fait vendre" je vous aurais dit que c'est de bonne guerre, mais là c'est ridicule.

Simon Riaux - Rédaction
13/02/2015 à 16:33

@ Touco
Vous avez mal lu en effet. Nous soulignions que le film est assez mauvais, mais dans une situation qui ne le rend pas inintéressant. De la même manière que beaucoup d'oeuvres ratées n'en sont pas moins pertinentes.

@Galactus
Curieuse réflexion venant de quelqu'un qui ajoute de fait plusieurs clics sur une page consacrée à un sujet auquel il prétend ne pas s'intéresser. Feriez-vous partie de ceux qui se donnent bonne conscience en critiquant ce qui les émoustille ?
Sans compter que de par son succès, son importance en terme industriels et le large public auquel il s'adresse, 50 Nuances est un sujet important, ce n'est que logique.

@jean talus
Regardez l'histoire du cinéma, le succès d'un film amène toujours l'industrie hollywoodienne à essayer de le dupliquer. Adaptation ou pas.
C'est une logique comptable qui est prise en compte.

jean talus
13/02/2015 à 16:24

Une bien belle analyse de merde pour un film tout aussi nul qui n'ouvrira la porte à rien vu que la hype du film vient du livre du coup sans livre pas de succès ciné donc le succès de ce film n'ouvrira la voie à personne cqfd

Galactus
13/02/2015 à 16:21

39 articles sur 50 Nuances de Grey ! Ca va en faire du clic de ménagère ! Allez encore un pour arrondir à 40 !

Touco
13/02/2015 à 16:19

"un mauvais film d’un sexisme extrême"

Bizarre, c'est pas vraiment ce que j'ai compris en lisant la critique publiée hier... :)

Dirty Harry
13/02/2015 à 16:12

Un budget de 540 millions de dollars....faudrait peut être penser à relire vos textes de temps en temps.

votre commentaire