Pourquoi Jupiter : Le Destin de l'Univers a-t-il fait un terrible flop ?

La Rédaction | 9 février 2015 - MAJ : 13/01/2019 13:31
La Rédaction | 9 février 2015 - MAJ : 13/01/2019 13:31

De duo adulé du public, de la presse et des studios, Lana et Lilly Wachowski font aujourd’hui office de vilains petits canards. Alors que leur dernière étonnante création, Jupiter : Le Destin de l’Univers s’annonce comme un terrible flop aux Etats-Unis (il terminera finalement sa carrière aux alentours de 184 millions, pour un budget officiel de 176), revenons sur les raisons d’un échec.

Au moment de sa sortie en salles, de nombreux spectateurs n’ont même pas envie de donner sa chance au nouveau film des créateurs de Matrix. Comment en est-on arrivé là ? Retraçons ensemble un chemin de croix qui a abouti à la détestation du film avant même sa sortie.

 

 

DE RETOUR DE REVE...

Jeff Robinov travaille pour Warner depuis 1997. Il est l’un de ceux qui ont rendu possible la réussite de Matrix et ont cru dans les Wachowski. Lorsque le studio passe commande à Lilly et Lana de Jupiter Ascending, il ambitionne de passer prochainement de Président de Warner Bros Motion Picture Group à CEO (grand manitou) de la société dans son ensemble.

 

Photo Mila Kunis

 

La major mise alors sur les créations originales plus que sur l’adaptation massive de licences, même si ses liens avec DC sont déjà très étroits.

Après le four de Speed Racer, l’échec de Cloud Atlas, que la major n’a fait que distribuer, les deux réalisateurs sont disposés à travailler main dans la main avec un studio désireux de mettre dans son escarcelle une nouvelle saga de SF.

Tout indique que les deux partis peuvent s’entendre, que les choix industriels de Warner peuvent se conjuguer avec les ambitions des Wachos ainsi que leur besoin de succès public, indispensable à la continuation de leur carrière.

Jupiter : Le Destin de L’Univers est sur les rails.

 

Photo Jupiter Ascending

 

… AU CAUCHEMAR SANS RETOUR

Mais Jeff Rubinov n’obtiendra pas le poste tant convoité. Pire, son contrat à la tête du studio n’est pas renouvelé. Nous sommes alors en juin 2013 quand il est remplacé par Sue Kroll.

Officiellement, rien ne change, Jupiter est en plein marathon pour tenir la deadline fixée à juillet 2014. Mais alors qu’en coulisse tout le monde s’agite pour contrer l’offensive Marvel et manger du gâteau super-héroïque qui réussit si bien à Fox et Sony, ce projet pharaonique budgété hors promotion à 175 millions de dollars n’est plus vu du même œil.

 

Photo Mila Kunis

 

Lorsqu’en mars une projection test provoque des retours catastrophiques, c’est la panique. Malgré des effets non finalisés et une campagne promotionnelle encore balbutiante, le studio s’arrache les cheveux et craint la catastrophe.

Officiellement pour finaliser les effets spéciaux, indispensables à la réussite du film, la sortie de Jupiter est repoussée au mois de février 2015. Un report brutal, à une date lointaine et traditionnellement peu encline à accueillir les blockbusters, que le public vient chercher en été.

De projet phare, le film vient de se muer en ligne comptable embarrassante.

 

Photo

 

CHEMIN DE CROIX SPATIAL

Le public ne semblant répondre ni aux premières lueurs de promotion, ni à l’univers original conçu par les Wacho, décision est prise de changer de braquet.

Le métrage est désormais vendu comme un Young Adult. Comprenez : présenté comme un ersatz de Twilight/Hunger Games, à grands coups de romance et de concepts simplistes. Le film étant aux antipodes absolues de ce type de création, s’ensuit une série de posters et bandes-annonces incongrues, sans âme et sans rythme , esthétiquement absurdes.

La presse américaine, toujours peu amène avec les projets « différents » et ressentis comme risquant de se planter au box-office, annonce un bide retentissant des mois à l’avance, prédit une catastrophe.

 

Photo

 

La rengaine est connue, John Carter et Lone Ranger sont déjà passés par là. Les mêmes plumes qui se délectaient quelques mois plus tôt de l’esprit eighties et déjanté des Gardiens de la Galaxie crient au loup et prophétisent un déluge de kitsch en forme d’indigestion.

Du côté des Etats-Unis, on ne fait plus rien pour que le vaisseau dévie de sa funeste trajectoire. Le casting, à la tête duquel on retrouve pourtant deux des principaux prétendants aux Oscars de 2015, Channing Tatum et Eddie Redmayne, n’apparaît sur aucun plateau télévisé. Les deux acteurs n'ont pourtant jamais été autant médiatisés.

Les reporters de tapis rouges ne mentionnent la présence de Mila Kunis que pour commenter sa grossesse, nul évènement ne viendra attiser ou générer un semblant de hype.

 

Photo Channing Tatum

 

MISE A MORT

Le film est finalement montré au festival de Sundance, haut lieu du cinéma indépendant américain. Idée ahurissante, qui consiste à proposer à des amateurs de petits films arty créés plus ou moins en marge de l’industrie une œuvre qui leur semblera suspecte. La salle est parsemée, les fauteuils claquent et le public ne cache pas son scepticisme.

 

Photo Mila Kunis

 

La critique américaine jette la dernière pierre. Le New Yorker moque un machin « saturé de CGI sans goût ni imagination », le Nerdist tacle un « film sauvagement bordélique et crétin », quand le San Francisco Examiner évoque une « crotte de la taille d’une planète ».

Joie mauvaise, détestation sincère ou vengeance un peu mesquine de tous ces films qu’elle n’ose généralement pas attaquer de front, la critique américaine tire à boulets rouges.

Quand le film arrive en salle, c’est abimé par une promotion absconse qui n’a pas trompé le public et auréolé d’une solide réputation de nanar.

 

Photo Doona Bae

 

VERS LA RESURRECTION ?

 Comble de l’ironie, alors que le film n’a même pas rapporté 20 millions de dollars à l’issue de son premier week-end d’exploitation, des publications telles que Variety retournent leur veste et s’inquiètent de l’état de santé de l’industrie hollywoodienne.

Dans Pourquoi l’échec des Wachowski est-il mauvais pour le cinéma ?, on se demande ainsi si derrière ce ratage, ne profilerait pas des jours bien sombres pour un secteur qui a de plus en plus de mal à penser autrement qu’en terme de franchises et de marques. Le journal va jusqu'à citer certains de ses confrères de la Toile, qui encouragent finalement le public à acheter des tickets malgré lamauvaise qualité du film (sic) histoire de sauver lepeu d'originalité encore présent à Hollywood. l'heure est à la gueule de bois.

A croire que certains préfèrent encore vomir sur un Jupiter : Le Destin de l’univers qu’acquiescer mollement devant un Avengers : L’Ere d’Ultron en conserve…

 

Photo Mila Kunis

 

Quelle que soit la qualité ou non du dernier film des Wachowski (retrouvez ici notre CRITIQUE), il semble indiscutable que cette création audacieuse et originale aura terriblement souffert de l’abandon en rase campagne de ses producteurs, d’une campagne promotionnelle volontairement à côté de la plaque, puis d’une violence singulière d’une partie de la presse.

Les Wachowski eux, n’en sont plus là et préparent désormais Sense 8, une série de science-fiction pour Netflix. L’heure tant attendue d’un Wachowski Ascending ?

 

Affiche

 

commentaires

diddrick
12/06/2020 à 22:17

Un film genial surement decrié par les amerloques parcque trop con pour comprendre, c'etait juste magnifique.

Gamise
04/06/2020 à 23:37

J'ai adoré jolie surprise pourtant inconnu dommage j'aurais aimé avoir une suite

Ludo
02/04/2020 à 22:51

Très bon film, original, surprenant, j'adore!

ropib
03/02/2020 à 11:52

C'était clairement un premier film de saga, qui met en place des enjeux et des concepts qui auraient pu être approfondis. Le problème de ce film c'est l'absence des deux personnages principaux. Pour le coup il aurait été tout à fait possible de se passer de toute romance (ou au moins à la repousser pour des épisodes suivants), mais les acteurs y ont été pour beaucoup. La valeur marketing de Tatum était au plus haut et le studios croyaient sans doute pouvoir miser sur lui, sa performance sur ce film pouvait passer pour un accident ; le rôle lui serait-il été donné aujourd'hui ? Il me semble que sa relégation est en cours et qu'au final Mila Kunis (qui est pour le coup au plus bas) finira par faire des choses plus intéressantes que lui.

marc
07/10/2019 à 21:17

En affaire il faut de la publicité .. ce qui expliquerait le déficite , alentours de 184 millions , pour un budget officiel de 176), revenons sur les raisons d’un échec.. 8 millions en profit , malgré tout je cracherais même pas sur 1 million .

Puis alors qu'il nous faut comprendre la relation majestueuse avec les abeilles , nous servira donc à rien d'être sarcastique .
Car il pourrait d'avantage possible de comprendre cette relation , seulement dans le 2e titre .
Disons donc que sans le 2e titre sera donc impossible de dénigrer une histoire .Kub 17/12/2018 à 11:34 il serait intéressant de savoir pourquoi ce film est si vide d'interet malgré de jolies choses .. Arrête de chialer .

Parcontre j'aimerais une suite avec plein publicité avant sa sortie du 2ieme

Cary
21/09/2019 à 22:20

J attends voir la suite avec meme personnage, J ai adore le film...À quand la suite

lililou
14/01/2019 à 15:17

j'ai beaucoup apprécié ce films il y a de l'action on es entrainé dans film j'adore

Teddy
13/01/2019 à 13:28

Un désastre cinématographique !
Scénario invraisemblable, acteurs sans charisme, un bide bien mérité.

Laurencesky
25/12/2018 à 02:33

Très beau film! J' ai passé un agréable moment! C' est incroyable que ce film ne soit pas reconnu à sa juste valeur! Je l' ai visionné par hasard et n' en avais jamais entendu parler. Franchement apprécié ce film!!

Kub
17/12/2018 à 11:34

2 tentatives à ce jour pour le regarder... 2 fois je me réveil avec des abeilles qui tournent autour de l'actrice et je vais me coucher. il serait intéressant de savoir pourquoi ce film est si vide d'interet malgré de jolies choses... on se dit allez, je vais essayer de m'y intéresser, et puis non.. ce qu'ils disent quand ça cause n'a aucun interet et ce qu'on voit ne sert pas le récit "wouh le zoli vaisseau qui se pose dans ... une base"

Plus

votre commentaire