Jafar Panahi : malgré la censure Iranienne, le réalisateur s'exprime

Simon Riaux | 26 janvier 2015
Simon Riaux | 26 janvier 2015

Le réalisateur Jafar Panahi a été condamné par le régime de son pays d’origine, l’Iran, à ne plus réaliser de films ni prendre la parole publiquement. Mais il ne compte pas se laisser faire.

Un moyen coercitif donc, de le censurer artistiquement comme humainement, de s’assurer que cet homme qui aura consacré une grande partie de sa carrière à la dénonciation, intelligente, sensible et éclatante, des maux qui traversent la société Iranienne.

Alors que Taxi, son prochain film, sera projeté lors du Festival de Berlin, Jafar Panahi a décidé malgré tout de faire parvenir une déclaration à la presse.

 

« Je suis un cinéaste. Je sais faire que des films. Le cinéma est mon moyen d’expression, le sens de ma vie.

 

Rien ne pourra m’empêcher de faire des films, poussé dans mes derniers retranchements, je me connecte à mon moi intérieur et dans un endroit aussi intime, malgré les restrictions, la nécessité de créer n’en devient que plus impérieuse.

Le cinéma en tant qu’art est devenu ma préoccupation première. C’est pourquoi j dois continuer à réaliser des films quelques soient les circonstances, par respect pour moi-même et me sentir vivant. »

Des mots qui impressionnent par leur dignité et leur force, tout en soulevant des questions fondamentales alors que l’exercice de la Liberté d’Expression est au centre du débat public en France.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire