American Sniper : Seth Rogen compare le film à de la propagande nazie, avant de se rétracter

Simon Riaux | 21 janvier 2015
Simon Riaux | 21 janvier 2015

Visiblement pas encore rassasié de polémique après des semaines sous le feu des projecteurs avec L'Interview qui tueSeth Rogen a critiqué ouvertement American Sniper de Clint Eastwood, avant de rétropédaler...

En sortant d'une projection du film qui vient de faire exploser les records du box-office, l'artiste n'a pu s'empêcher d'embrayer le pas à Michael Moore et de tirer sur la biographie du tireur d'élite Chris Kyle.

« American Sniper me rappelle un peu le film projeté dans le troisième acte de Inglourious Basterds ».

En lâchant cette phrase sur Twitter, Seth Rogen faisait évidemment référence au film fictif dans lequel un sniper nazi massacre des centaines de soldats ennemis, présenté comme passablement mauvais.

Alors que l'œuvre de Clint Eastwood fait vibrer – à tort ou à raison – la fibre patriote de beaucoup de spectateurs américain, Rogen s'est sans surprise fait attaquer sur les réseaux sociaux, jusqu'à ce qu'il se rétracte un peu piteusement.

« J'ai juste dit " me rappelle un peu ". En fait j'ai aimé American Sniper. Ça m'a juste rappelé une scène de Tarantino. »

Pas suffisant pour calmer les hordes d'Internautes enragés, ce message a été suivi d'un troisième.

« Je ne comparais pas les deux. Il y a une différence entre comparer et se rappeler. Les pommes me rappelles oranges. Mais on peut pas les comparer non plus. »

Vous l'aurez compris, il ne fait pas bon taper n'importe comme sur l'armée américaine ou ses symboles par les temps qui courent. Peut-être Seth Rogen aurait-il dû demander l'aide de Kim Jung-un.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Intrada
26/01/2015 à 17:48

Faire d'un héros, un Sniper, c'est ce qui divise les amerlocks. Un Clint est un Clint, et en France on fera abstraction de ses choix républicains. C'est un grand conteur d'histoire.

almat
22/01/2015 à 01:07

il manque juste le mot "où" entre "n'importe" et "comme". pas de quoi en faire un fromage!!

Bill
21/01/2015 à 22:25

"il ne fait pas bon taper n'importe comme sur l'armée américaine"

Quelqu'un peut m'expliquer cette phrase ?

lolilol
21/01/2015 à 19:16

Aïe ça veut dire qu'à la fin Cooper dégomme des vagues et des vagues de taboulistans?

votre commentaire