Je suis Charlie et je suis mort de rire

Mise à jour : 07/07/2017 00:38 - Créé : 8 janvier 2015 - La Rédaction
Charlie Hebdo
63 réactions

Nous n’oublierons pas les 12 morts du 7 janvier 2015. Car les hommes qui ont pénétré dans les locaux de Charlie Hebdo pour y tuer n’ont pas seulement commis un acte barbare, mené à l’encontre de nos valeurs, ils ont touché à quelque chose de plus profond, de plus essentiel.

Quelle que soit l’importance symbolique que revêt en France le combat des idées, quels que soient les honneurs réservés aux intellectuels, les ors dont nous revêtons nos écrivains, ces distinctions sont insignifiantes comparées à celles immanentes, que nous adressons à nos fous du roi.

Notre droit inaliénable à l’irrévérence, notre propension à nous moquer, nous la devons à des générations de prestigieux aînés. En déversant des torrents de plombs sur les équipes de Charlie Hebdo et les policiers chargés de leur protection, ce sont aussi leurs prédécesseurs que le terrorisme a voulu faucher.

Charlie Hebdo

C’est le corps triomphant de Rabelais, la malice de Voltaire, l’effronterie généreuse de Molière, qu’on a voulu noyer dans le sang. Eux et tous leurs descendants jusqu’à leur incarnation présente sous forme de caricaturistes, éditorialistes et autres plumes trempées dans l’esprit, nous ont fait don de la légèreté.

Nous leur sommes redevables de notre absence de crainte. Si nous ne nous inquiétons pas d’un trait d’humour indélicat, ne tremblons pas devant les puissants et nous enivrons de caricature, c’est parce que cette liberté a été gagné par nos prédécesseurs au prix de l’interdiction, de la censure, du déshonneur, parfois de la mort.

Les terroristes auraient pu cribler de balles un symbole de notre République, assassiner lâchement un intellectuel, lancer une fatwa contre un Michel Houellebecq, ils ne seraient pas parvenus à nous souder avec tant de colère sourde et de grave communion.

Charlie Hebdo

Car s’il est un domaine où la France peut éprouver son identité, se rassemble au-delà des cris d’orfraie ou des promesses creuses, c’est dans la défense de son doigt d’honneur.

Peuple de râleurs, d’emmerdeurs et de gouailleurs invétérés, nous tenons nos bouffons pour sacrés, tant et si bien que nul de nos monarques républicains ne l’ignore plus depuis longtemps.

Pas en tant que journalistes, membres de la presse culturelle ou parents d’un quelconque corporatisme lettré, en tant que simples citoyens, nous ravalons nos larmes, relevons la tête et serrons les sphincters. Parce que nous n’avons pas peur.

En ce jour de deuil national, nos pensées sont adressées aux hommes et aux femmes tombés, ainsi qu’à leurs proches, leurs familles, leurs amis.

 

Not afraid

commentaires

31/01/2015 à 13:27

En effet rien a ajouter

31/01/2015 à 13:27

En effet rien a ajouter

31/01/2015 à 13:27

En effet rien a ajouter

juju56 10/01/2015 à 16:53

n'improte quoi

barbicane2000 09/01/2015 à 01:19

bravo EL bel épitaphe
même si je n'étais plus tellement d'accord avec eux depuis un petit temps, ils ont biberonné mes premiers émois de contestations politiques, ont formé mon second degré et ont représenté durant de nombreuses années ce que vous dites si bien, c'est pour cela que nous sommes tellement touchés, merci a vous
Baptiste

tenia 08/01/2015 à 21:45

Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous ayez le droit de le dire

Voltaire

Ded 08/01/2015 à 18:54

En simple témoignage personnel, et en dehors de toute considération sociale, politique, raciale ou religieuse, je dirai simplement que Charlie Hebdo a nourri mes vingt ans de sa moelle spirituelle nourricière subversive, insolente et railleuse. Mais ne nous laissons pas aller à l'amalgame et à la haine, pour ne pas nous rabaisser au niveau de ces sinistres fanatiques, et surtout pour ne pas déplaire à la mémoire de Cabu, Wolinski et leurs malheureux confrères... Je pense qu'ils n'aimeraient pas...
Adésias, chers amis virtuels et pourtant si intimes...

"Les intentions les plus nobles et les plus élevées sont à l'origine des pires atrocités."
Blaise Pascal

memede lebarbare 08/01/2015 à 18:35

Merci les gars rien a ajouter !!!

Bolderiz 08/01/2015 à 15:22

Bravo EL!! Vraiment bravo!! Certains sites de "cinéma", média au combien gênant et qu'il faut protéger aussi n'ont pas prix la peine d'écrire un seul mot, une seule ligne, sur leur édito...

Antho 08/01/2015 à 13:56

Bel hommage !

Plus

votre commentaire