Films

Captain America 2 : les réalisateurs se plaignent et veulent un Oscar

Par Simon Riaux
27 octobre 2014
MAJ : 15 septembre 2018
14 commentaires
default_large

Dans un entretien accordé au site Deadline, Joe Russo, un des deux frères responsables de Captain America 2 et déjà au travail sur le très attendu Captain America 3, a expliqué combien il était mécontent du sort réservé par l’académie des Oscars à son travail et aux super-héros en général.

Russo explique ainsi que la cérémonie snobe les films de cape et de collants, ainsi que ceux relevant de l’imaginaire en général.

« Certes, c’est un genre terriblement populaire, ça ne va pas changer de sitôt et oui, il arrive que son succès soit disproportionné par rapport à la qualité des films concernés. Mais Christopher Nolan a été peut-être le premier à prouver qu’on peut réussir un vrai travail de réalisation au sein de ce genre. »

Captain Joe ne se laisse pas faire et milite carrément pour que l’Académie se penche sur son Captain America 2. « C’est un vrai film, avec une vraie réalisation, avec de grandes ambitions, dans l’acceptation qui est la nôtre de ce que le cinéma peut et doit offrir aux spectateurs ».

Dans les faits, Joe Russo n’a pas tort, puisque ce que les américains désignent sous le terme de « Fantasy » n’a pas accédé aux récompenses dorées depuis le triomphe du Retour du Roi en 2004, qui était reparti avec 11 statuettes.

Et comme l’explique le réalisateur, tenir ces produits éloignés d’un palmarès qui n’a jamais particulièrement méprisé les conquérants du box-office est pour le moins incohérent.

On pourra toutefois lui faire remarquer que non seulement Nolan est loin d’avoir été le premier ou meilleur représentant de l’actuelle veine super-héroïque (Tim BurtonRichard Donner et Sam Raimi ayant accompli bien avant lui des prouesses supérieures), mais que hélas, Captain America : le soldat de l’hiver est loin de pouvoir prétendre à la course aux Oscars d’un point de vue qualitatif.

Car si le film des frères Russo a explosé le box-office lors de sa sortie tout en enchantant le cœur des fans, c’est justement en terme de scénario et de mise en scène que le métrage a montré ses limites, les frangins se contentant de secouer frénétiquement leur caméra dès que l’action s’emballe…

 

 

Rédacteurs :
Tout savoir sur Captain America : Le Soldat de l'hiver
Abonnez-vous à notre youtube
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
Trier par:
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
icon arrow down
Pictogramme commentaire 14 commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
DJ Fest

C’est clair que le scénar’ de Cap Am 2 n’a rien d’exceptionnel… Par contre y a pas de secouage frénétique de caméra dans le film.

ben

Certains devraient revoir les scènes d’actions de la trilogie Spiderman par Sam Raimi…

En terme de réalisation de cinéma d’action c’est le seul à mériter un oscar et de très loin parmi tous les réalisateurs cités.

Diego Fuckyourself

ils veulent un oscar et moi je veux un million d’euros
peu de chance que ça arrive dans un cas comme dans l’autre

grouchomarx

« Tim Burton, Richard Donner et Sam Raimi ayant accompli bien avant lui des prouesses supérieures »….c ‘est de l ironie ou il est serieux le mec?? Je crois avoir compris que ce Simon riaux est un bon gros troll..jamais lu autant de critiques à chaque article.dommage pour le site.

Jaime Pointagueule

@Zoubilbouda Mais c’est clair. Sam Raimi a établi les bases du scénario d’exposition de super héros avec le premier Spider-Man. Même Nolan n’a jamais été foutu de sortir des clous pour son Batman. Même dosage de 2/3 d’exposition et d’apprentissage et un tiers d’application sur le terrain.
Les mongolos Russo peuvent aller se brosser avec leur film de merde et cette interview montrant une absence dramatique de culture cinématographique.
Quant aux teubés en train de chialer parce qu’on défèque sur leur daubasse, ils feraient bien de se cultiver et de voir que cette invasion de films de vigilante en collants est l’équivalent des péplums des années 60 et des James Bond à foison des années 70 : de la bonne grosse pièce montée réalisée par des tâcherons dociles qui ouvrent grand les fesses pendant que Marvel Studios et Kevin Feige leur massent le colon.