Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg 2014, c'est parti !

Nicolas Thys | 13 septembre 2014
Nicolas Thys | 13 septembre 2014

Alors que l'Etrange festival à Paris touche à sa fin, le cinéma fantastique continue la route des festivals à Strasbourg pour une septième édition qui promet d'être riche du 12 au 21 septembre. Le jury présidé par Tobe Hooper, qui donnera une master class suivie de la projection d'une version restaurée de Massacre à la tronçonneuse, devra choisir entre 13 films dans une sélection internationale variée. On connait déjà quelques uns des titres à l'image d'Alléluia de Fabrice du Welz inspiré du couple de tueurs figuré par Leonard Kastle dans Les Tueurs de la lune de miel ou White god de Fehér Isten dans lequel les chiens envahissent la capitale hongroise et font la loi, mais d'autres attisent la curiosité à l'image A girl walks alone at night d'Ana Lily Amirpour, film de vampire américain en langue persane d'une réalisatrice d'origine iranienne, ou le vietnamien Nuoc dans lequel la montée des eaux obligent les habitants à vivre différemment.

 


 

Au-delà de cette sélection, dont on reparlera les jours à venir, on pourra faire son choix dans un large panel. Parmi les nombreuses projections, on notera des avant-premières (le coréen A Hard day qui avait fait parler de lui à Cannes, ou White bird in a blizzard, le dernier film de Gregg Araki...), des midnight movie aux airs parfois bien Z  (Zombeavers et ses castors zombis, Discopath et son tueur aux 45 tours...), des documentaires (l'histoire du zombie dans Doc of the dead...), des séances spéciales (avec Le Garçon et le monde, grand prix mérité du festival d'Annecy et l'un des plus beaux films animés de l'année), deux rétrospectives (Tobe Hopper intégral et une sélection autour du diable). Ces derniers étant souvent projetés en 35mm ce sera l'occasion, et peut-être la dernière, de profiter d'œuvres comme La Main du diable de Maurice Tourneur, Les Diables de Ken Russell ou Angel heart d'Alan Parker en pellicule.

Mais le festival c'est aussi des courts-métrages en compétition avec 23 films dont Nectar de Lucile Hadzihalilovic, La Buche de Noel, une nouvelle aventure de cowboy et indien par Patar & Aubier ou encore un film de l'écrivain Maxime Chattam, Par acquis de conscience. La sélection semble variée et surtout permet de montrer que le format court n'est pas qu'une passerelle vers le long mais une forme spécifique et tout aussi originale que le long-métrage.

 


 

Au-delà de ces séances, plusieurs événements sont organisés comme un ciné-concert du Faust de Murnau, une projection en plein air de SOS fantômes, une exposition d'artistes alsaciens amateurs de fantastiques, Bleed us a king, une nuit Cannon avec Stalone/Van Damme/Norris : Over the top, Bloodsport et Portés disparus. Mais surtout, il faut noter l'initiative trop rare de mettre en avant le jeu vidéo indépendant, ce qui dans un festival de cinéma peut paraitre assez logique, d'autant plus quand la plupart des adaptations de jeux vidéos sur grand écran tournent autour de l'horreur et du fantastiques. En effet, pour la deuxième année sera organisé un « Indie game contest ». On pourra tester au CAUE du Bas-Rhin une sélection de 18 jeux non encore commercialisés et qui ont comme point commun de ne pas avoir été créé par des grosses sociétés. A la fin de la semaine, un jury décernera un prix au meilleur.

Pour plus d'informations sur le festival, les horaires et les sélections, rendez vous ici.

 


 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire