Nouveau démenti pour SOS Fantômes 3

Christophe Foltzer | 19 juin 2014
Christophe Foltzer | 19 juin 2014

Décidément, plus le temps passe et plus le projet patine. Figurez-vous que très récemment une rumeur mentionnait Max Landis (scénariste de Chronicle) en charge du nouveau-nouveau-nouveau script de Ghostbusters 3.

Ce dernier vient donc de démentir la rumeur via son compte Twitter :

"Salut tout le monde, ça me fait de la peine de vous dire ça, mais vous savez que je suis quelqu'un de réglo. Zéro vérité au sujet de la rumeur Ghostbusters."

Tout part d'une annonce révélant que le scénariste était engagé pour trois semaines de script-doctoring sur le scénario. Ce qui n'a pas empêché Landis d'évoquer sa vision de ce que devrait être l'intro du film :

"Mon Ghostbusters 3 démarre dans les années 20 avec Ivo Shandor assassinant un associé glouton pour protéger son culte. Shandor révèle à l'homme que rien ne pourra empêcher l'arrivée de Gozer sur Terre : d'abord le portail s'ouvrira en 1984 puis 20 ans plus tard.

L'homme enveloppé, qui possède à présent tous les détails du plan de Shandor, menace d'aller voir la police pour tout révéler, donc Shandor l'empoisonne. C'est effrayant, mais... Tandis que Shandor s'échappe, nous comprenons qu'ils se trouvaient dans l'Hotel Sedgewick et que l'homme que l'on vient de voir mourir était... Slimer. La musique s'amorce, le titre apparaît."

Evidemment pour ceux qui n'ont pas joué au jeu vidéo, ça parait cryptique. Mais si l'on précise qu'Ivo Shandor est le leader de la Secte de Gozer, qu'il est également l'architecte de l'immeuble du premier film et que l'Hotel Sedgewick est l'endroit où les casseurs de fantômes attrapent Slimer, tout de suite ça devient plus clair.

Après, on se dit que ce n'est pas forcément une mauvaise idée que Max Landis ne soit pas impliqué dans le scénario du numéro 3, surtout compte-tenu de ce petit résumé.

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire