Game of thrones saison 4 épisode 10 : critique

Simon Riaux | 16 juin 2014
Simon Riaux | 16 juin 2014
Auto-proclamée Meilleure série de tous les temps, Game of thrones est indiscutablement une des plus ambitieuses et adulée de son époque. Après une troisième saison qui eut bien du mal à dynamiser ce soap opera politique de grande ampleur, la quatrième nous arrive avec pour mission de démultiplier le culte qui entoure la saga. Game of thrones saura-t-il nous tenir en haleine malgré son rythme de plus en plus languissant ?

Attention spoilers 

 

Critique :

Après une batterie d'épisodes frustrants, mal rythmés, parfois spectaculaires mais tristement creux, Game of thrones retrouve des couleurs et fait progresser simultanément toutes ses intrigues, principales comme secondaires. L'épisode est l'occasion d'une poignée de très beaux plans (l'attaque de Stannis, le duel entre Brienne et le Limier), ainsi que de dialogues souvent réussis, à l'image d'une ouverture où Mance Rayder rappelle à Jon Snow le sens du mot charisme. Les personnages arrivés en bout de course sont à peu près tous éjectés du récit, à commencer par le Limier et Tywin, les autres voient leur rang ou leur position transformés radicalement, à l'image de Varys, Tyrion, ou encore du couple Jaime-Cersei.

Bien sûr, on n'échappe pas à une série de rebondissements proches du ridicule, le débarquement de Stannis ou la rencontre entre Brienne et Klegane ayant tout du Deus Ex machina jeté à la figure du spectateur. Mais ces limites semblent bien faibles à côté de certaines satisfaction, du sentiment de sentir enfin l'intrigue avancer. Game of thrones nous offre même une très belle séquence avec Bran (ce qui n'avait pas dû arriver depuis... le tout premier épisode), lors de laquelle le jeune garçon et ses compagnons d'infortune affrontent une troupe de spectres putrescents. Enfin, les forces en présence se font à nouveau sentir et le Nord s'éveille.

Reste un sentiment d'amertume, comme si la série avait refusé de se séparer de ses vieux démons. En effet, ne serait-ce la mort de Joffrey, ce dixième épisode aurait quasiment pu suivre la conclusion de la saison précédente. Évidemment, cette situation est au moins autant le fait des scénaristes que du matériau original et du rythme de publication de George R.R. Martin, interdisant de fait à la production de mener l'intrigue selon le tempo de son choix. Alors que Game of thrones renoue une nouvelle fois avec la force et l'énergie de ses débuts, on se surprend à espérer que ce soap d'aventure revienne l'an prochain avec une cinquième saison regonflée à bloc grâce à des enjeux renouvelés. 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire