Welcome to New-York : Vincent Maraval dénonce des pressions

Christophe Foltzer | 12 mai 2014
Christophe Foltzer | 12 mai 2014

Film ultra attendu s'il en est, Welcome to New-York, le prochain Abel Ferrara inspiré de l'affaire DSK, continue de faire parler de lui, histoire de faire monter la sauce (si l'on peut s'exprimer ainsi).

Dimanche, le producteur Vincent Maraval a déclaré au JDD qu'il avait subi beaucoup de pressions pour l'empêcher de monter le film (tu m'étonnes) :

"Je ne suis pas adepte de la théorie du complot. Mais là, les faits parlent pour moi et illustrent, à l'instar de ce que nous subissons depuis trois ans, les relations incestueuses qu'entretiennent dans ce pays les élites, les politiques, les médias.

N'importe où dans le monde, on peut faire des films comme Le Caïman de Nanni Moretti sur Berlusconi ou Fahrenheit 9/11 sur George Bush (...) En France, on n'arrive pas à parler de notre histoire présente.

Je viens d'apprendre qu'UGC essaie d'empêcher la sortie du film sur ses écrans en Belgique en faisant pression sur ses exploitants. Deux partenaires médias importants nous demandent de retirer leur logo de l'affiche. Ca me sidère."

Interrogé dans la foulée par l'AFP, le DG de UGC, Alain Sussfeld s'est justifié de cette décision en affirmant que "dès l'instant où une oeuvre ne donne pas la priorité à la salle, nous n'en assurerons pas la diffusion sur quel que territoire que ce soit."  Soit une bonne manière de botter en touche et d'éviter la polémique.

On rappelle que Welcome to New-York sortira sur le Net le 17 mai prochain et que, ce jour-là, on s'en fichera pas mal de ce qui se passera au Festival de Cannes. 

 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire