Mad Max : Fury Road, premiers avis à chaud

Simon Riaux | 2 mai 2014
Simon Riaux | 2 mai 2014
À en croire les déclarations de nos confrères américains, Mad Max : Fury Road, le nouveau road trip post-apocalyptique de George Miller aurait déjà été montré à quelques spectateurs, lesquels se sont empressés de parler à la presse. Le moins que l'in puisse dire, c'est que les retours sont mitigés, tant sur le film lui-même que le nouvel acteur chargé de donner vie à Max : Tom Hardy.

Ainsi, AF Times est-il parvenu à obtenir le témoignage suivant : « Le film est une explosion à l'écran de trente ans de passion retenue par Miller au sujet de l'univers qu'il a créé. Vous vous rappelez le troisième acte de Mad Max 2, la poursuite super énervée avec le camion ? Bien. Parce que tout le film est de ce niveau et ça marche ! Une poursuite longue et profonde dans le monde post-apocalyptique de Miller, une quête pour échapper à la dévastation. Ça démarre sur les chapeaux de roue et ça ne s'arrête quasiment jamais. »

En revanche, les petits gars de Collider ont mis la main sur une source nettement moins enthousiaste : « Je ne peux pas dire grand chose, sinon que j'espère qu'ils vont refaire un tas de re-shoot supplémentaire l'an prochain, ou recommencer de zéro. Et Tom Hardy ne peux pas s'empêcher de la jouer comme Bane. C'est tellement ennuyeux. » Alors que le film est attendu sur les écrans en mai 2015, après d'innombrables reports et impondérables lors de son tournage puis de sa post-production, il paraît bien trop tôt pour se faire une quelconque idée de ce qui nous attend. Et si l'on espère que cette aventure, qui semble située entre les deux premiers volets de la trilogie originale, nous en mettra effectivement plein les yeux, on attend de pied ferme d'en savoir un peu plus sur Mad Max : Fury road, un des très nombreux épisodes de franchises historiques à tâter du box-office en 2015.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire