Claudia Cardinale : Il était une fois Sergio Leone

Simon Riaux | 26 mars 2014
Simon Riaux | 26 mars 2014

À l'occasion du dernier Festival du film de Valenciennes, nous avons eu l'honneur de rencontrer la divine Claudia Cardinale. Évidemment nous avons interrogé l'artiste sur l'un des sommets de sa carrière, sa collaboration avec Sergio Leone à l'occasion de Il Était une fois dans l'Ouest. Et Claudia Cardinale de nous livrer quelques secrets sur sa relation avec Jason Robards.

 

« Ah Jason (Robards). C’était vraiment mon meilleur ami. On avait une amitié extraordinaire. On avait déjà tourné ensemble avant de tourner pour Leone. C’est lui qui devait jouer le rôle de Fitzcarraldo dans le film de Herzog. Le problème, c’est qu’il y avait rien à manger sur le tournage et Jason ne le supportait pas. Un jour, il est monté tout en haut d’un arbre et il a dit qu’il ne descendrait plus de là tant qu’on ne lui aurait pas apporté un New York steak. On a du interrompre le tournage et quand on l’a repris, c’est Klaus Kinski qui a repris le rôle. Donc, vous imaginez bien que sur le tournage de Il était une fois dans l’ouest, on s’entendait bien et qu’on s’est bien amusé lorsqu’il devait me mettre la claque sur les fesses

Par contre, ce fut nettement plus compliqué avec Henry Fonda. La scène d’amour avec lui, ce fut la première séquence que l’on a tourné à Cinecittà. Et sa femme était sur le plateau, juste à côté de la caméra. Fonda était un vrai cow-boy, il n’avait encore jamais tourné de scène d’amour. Alors, entre lui qui n’avait pas l’habitude de ce genre de séquence et sa femme qui était là pour épier le moindre de mes gestes, je peux vous promettre que la scène ne fut pas simple et agréable à mettre en boite…


Quant à Charles Bronson, il ne parlait presque jamais. Il était toujours dans son coin, en train de jouer avec sa balle, à la faire rebondir. Il était totalement dans son personnage.

Le luxe absolu sur ce film, c’était d’avoir la musique d’Ennio Morricone avant de jouer. Leone avait demandé à Ennio de composer la musique avant le tournage. Comme ça, à chaque fois que l’on avait une scène à jouer, Sergio nous faisait écouter notre musique avant que la caméra ne se mette à tourner. On était totalement dans l’ambiance. Et puis, le sens du détail de Sergio, son incroyable façon de filmer les corps et les visages au ralenti. C’était extraordinaire.

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire