Révélations divines sur Les Gardiens de la Galaxie

Simon Riaux | 20 février 2014
Simon Riaux | 20 février 2014

James Gunn, le réalisateur des Gardiens de la Galaxie est un petit rigolo. Forcément, quand on a réalisé un film d'horreur ultra-poisseux comme Slithers ou une comédie ultra-violente comme Super, on ne mène pas la promotion des Gardiens de la Galaxie comme le premier blockbuster venu.

En témoignent ses déclarations dans le Jimmy Kimmel Live Show, où il est revenu sur ce qu'il pensait du film, mais également certains personnages :

« Il ne fait aucun doute que le sommet cinématographique de ma carrière est le tournoiement de nos caméras autour d'un raton laveur psychotique tirant à la mitraillette depuis le dos d'un arbre humanoïde.

Et je dis ce qui va suivre avec autant de modestie que j'en suis capable – car sans doute n'est-ce pas moi qui commande et plutôt la main de Dieu qui nous guide dans la réalisation de ce film – mais il pourrait bien s'agir du sommet du cinéma tout court.

 

(…)

En vérité nous avons embauché Bradley Cooper parce qu'il est aussi à l'aise dans la comédie que dans le drame – c'est ce que je recherche toujours chez un acteur – et capable de rendre Rocket crédible, parce que pour vous convaincre qu'un raton laveur peut parler (et flinguer ou péter tout un tas de trucs) nous avons besoin d'un acteur expérimenté. »

J'aime tellement Groot que des fois quand je pense à lui, je pleure. Dans l'absolu, tous les Gardiens sont des salopards, à l'exception de Groot. Il est 100% mortel, mais 100% douceur. Il se retrouve entraîné par Rocket en réalité. »

Voilà qui tranche avec les discours promotionnels ternes auxquels Marvel et ses réalisateurs nous ont habitués. Pour découvrir ce que valent Les Gardiens de la Galaxie, il vous faudra patienter jusqu'en août.  

 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire