Kristen Stewart va saloper George Orwell

Simon Riaux | 20 janvier 2014
Simon Riaux | 20 janvier 2014

Kristen Stewart, dont la carrière loin de Robert Pattinson n'est pas sans rappeler l'épatant décollage de la navette Challenger, sera prochainement à l'affiche de Equals. L'occasion pour la star de Twilight de rappeler au monde entier via US Magazine qu'elle n'aime rien tant que profaner le cerveau des amateurs de littérature, ainsi que souiller la rétine des cinéphiles. En effet, elle formera aux côtés de Nicholas Hoult le couple star de Equals, remake de 1984, le film de 1956 bien évidemment adapté de l'œuvre éponyme de George Orwell. Jusque là, rien de bien nouveau au pays du recyclage, visiblement décidé à trépaner un des textes majeurs de la science-fiction pour le parfumer à l'eau de rose. Toutefois, les déclarations de Kristen Stewart ont de quoi irriter le lecteur/spectateur doté d'un minimum d'exigence :

« Je n'arrive pas à croire que j'ai accepté de le faire. Ça me terrifie. Même s'il s'agit d'un film avec un concept vraiment basique, c'est incroyablement ambitieux. »

 

Pour commencer, on se demande quel cerveau malade peut décemment qualifier 1984, ses concepts et observations autour de l'individualisme, de la communication, de la société de l'information et de la surveillance, sa magnifique conscience de la primauté du langage, sa description bouleversante de la banalité du Mal de « vraiment basique ». Après quoi il convient de se rassurer un minimum, Kristen Stewart étant visiblement parfaitement consciente du gadin qu'elle s'apprête à manger à pleines dents.

« J'ai prévenu Drake (Doremus, réalisateur de Like Crazy) : « Ne t'attends pas à ce que j'y arrive. C'est trop dur ». Mais pour lui, « non » n'était pas une réponse. J'ai déjà mis en garde des metteurs en scène par le passé, mais jamais à ce point. »

Comme dirait l'Inspecteur Harry, « a good man always knows his limitations... »

 

 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire