The Amazing Spider-man 2, un film complexe pour Dane DeHaan

Simon Riaux | 10 janvier 2014
Simon Riaux | 10 janvier 2014

The Amazing Spider-man 2 approche à grands pas (sortie en France le 30 avril prochain)  et à en croire le score au box-office du premier épisode comme l'excitation qui s'empare des réseaux sociaux sitôt qu'un photogramme du film fait surface sur le web, le métrage est attendu de pied ferme. Une interrogation toutefois point régulièrement ici et là, interrogation qui prend le plus souvent la forme d'une légère inquiétude : comment Marc Webb gérera-t-il ce récit férocement ambitieux, qui compte pas moins de trois antagonistes ?

Nouveau venu dans la franchise, Dane DeHaan (Chronicle), l'interprète d'un des bad guys en question s'est exprimé au micro de Digital Spy. S'il ne s'épanche pas sur la répartition des rôles entre Electro, Rhino et le Bouffon Vert, le comédien confirme la multiplicité des intrigues qui nous attendent. « Lorsque l'on découvre Harry, il sort tout juste du lycée et doit revenir à New York pour prêter la main à Oscorp, son héritage et son père. Il retrouve Peter pour la première fois depuis longtemps, ils étaient amis d'enfance. »

« Il est vraiment question de l'amitié entre Peter et Harry, de son allégeance à Peter, mais aussi de son appartenance à Oscorp et de son obligation de gérer ces deux facteurs. »

« Il devient évident que les méchants sont tous originaires d'Oscorp, d'une manière ou d'une autre.

 

 

« Il y a des choses que Harry doit à Peter et des choses qu'il attend de lui, d'autres encore qu'il attende de Spider-Man et y il a bien sûr sa responsabilité envers Oscorp. C'est un arc narratif très complexe. »

En effet. Si on ne peut que saluer l'ambition de cet opus, on espère qu'il ne tombera pas dans le piège de la confusion hystérique qui avait en son temps coûté très cher au troisième épisode réalisé par Sam Raimi.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire