Disney plus fort que Sarkozy

Christophe Foltzer | 17 décembre 2013
Christophe Foltzer | 17 décembre 2013

Avec tous ces reboots et remakes qui nous arrivent dans la tronche en ce moment, un triste constat s'impose : les studios ratiboisent notre enfance, nos souvenirs, notre innocence. Alors forcément, quand on apprend que la jeunesse d'aujourd'hui va aussi s'en manger, ça ne peut que nous faire plaisir.

Et donc, merci Disney de s'apprêter à pourrir la tête de nos chers enfants si gentils (mais un peu cons quand même, faut avouer) avec The Descendants. Soit un film live d'aventure-comédie mettant en scène plusieurs personnages célèbres de la firme.

En gros, dans un royaume enchanté où règnent le Roi Beast et la Reine Belle, leurs enfants (on revient à cette idée de sexe inter-espèces, je dis ça, je dis rien) décident de donner une seconde chance à la progéniture de Cruella De Vil, Maléfique, la méchante Belle-Mère de Blanche Neige et Jafar. 

Emprisonnés sur une île avec tous les autres méchants de Disney, Carlos, Mal, Evvie et Jay (ce sont les noms des gamins) sont autorisés à retourner au royaume enchanté pour y intégrer une école et rentrer dans le droit chemin. Là, ils côtoieront  Raiponce, Mulan, la Belle au Bois Dormant et tout un tas de gentils personnages qui les mettront face à leurs contradictions et les pousseront à choisir entre une vie mauvaise à l'image de leurs parents ou une vie vertueuse en faisant appel à leur bonté intérieure.Et c'est Kenny Ortega (coupable de cette saloperie d'High School Musical) qui réalise. 

On pourrait dire qu'on s'en moque, mais on a trop envie de vomir pour ça. N'empêche, avancer l'idée que le Mal est génétique, y avait que Disney pour oser. Et Sarkozy.

 

 


 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire