Robocop te parle...

Christophe Foltzer | 11 décembre 2013
Christophe Foltzer | 11 décembre 2013

Il faut reconnaître que, dès qu'il s'agit de défoncer le nouveau Robocop, nous ne sommes pas les derniers. Alors que bon, on n'a pas encore vu le film, si ça se trouve ça va être bien et on se retrouvera comme des gros cakes... Même si vu la bande-annonce, on doute que ça se passe comme ça.

Et ça, Joel Kinnaman, l'interprète du nouveau Roboflic l'a peut-être senti puisqu'il s'est justifié récemment sur la raison d'être de ce remake, histoire de préparer les consciences :

"Quand j'ai entendu pour la première fois qu'ils allaient faire un remake de Robocop, je me suis dit 'Je m'y pencherai peut-être à l'occasion, mais il n'y a rien là-dedans qui m'intéresse.'  C'est quand j'ai entendu que c'était José Padilha qui allait le réaliser que j'ai commencé à m'y intéresser. José s'est battu et est arrivé à faire quelque chose qui a un point de vue et une perspective philosophique et politique."

Logique qu'il mette ça en avant puisque c'est aussi l'une des raisons d'être du Roboflic, dépeindre les dérives totalitaires d'une époque, réfléchir sur la condition de l'homme rabaissé au rang de machine, tout ça... Mais, comme pour brosser les fans de l'original dans le sens du poil (et se couvrir, au cas où), Kinnaman précise :

"C'est une grande responsabilité. Particulièrement dans un monde où beaucoup de remakes sont faits pour des raisons économiques et cyniques. Mais avoir José comme réalisateur a balayé ces peurs.

Le plus grand respect que vous pouvez payer à l'original, c'est de reconnaître que c'est un film très intelligent et d'essayer de faire quelque chose d'aussi intelligent, et non pas de simplement balancer à nouveau de vieilles répliques. On en a gardé une ou deux pour faire un clin d'oeil aux fans, mais nous n'avons pas essayé de faire un remake du premier film."

Bien tenté, pas convaincu.

 


 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire