James Gray vide son sac à Marrakech

Simon Riaux | 4 décembre 2013
Simon Riaux | 4 décembre 2013
James Gray, le réalisateur de The Immigrant est actuellement au festival de Marrakech, où il a tenu une master class des plus intéressantes, qui lui a permis de revenir sur sa carrière, sa vision de son travail et notamment son supposé statut de chouchou de la critique. Des propos d'une grande franchise, loin de toute forme de provocation :

« Beaucoup de gens me disent : tu es le chouchou de Cannes. C'est un des trucs les plus faux qui circule à mon sujet. Cannes m'a traité, pas le festival en tant que tel, ceux qui s'en occupent sont des gens formidables, mais la communauté journalistique a traité mes films très durement. Quand The yards a été projeté, il a été hué. »

Un accueil terrible, qui poussa la Miramax à se détourner du film pour ne finalement le sortir que dans cinq salles, provoquant un four astral, tandis que le réalisateur s'engageait dans une traversée du désert de cinq longues années.

« L'époque des salaires mirifiques des réalisateurs, à l'exception peut-être de Christopher Nolan, est pratiquement révolue. J'ai gagné si peu d'argent avec l'industrie cinématographique, les gens ici seraient sidérés. Je vis dans un petit appartement avec deux chambres. »

Une situation dont l'artiste semble tout à fait s'accommoder, regrettant surtout les grandes orientations des studios.

« Le problème avec la production aux États-Unis, c'est que si vous venez les voir pour leur dire : je peux réaliser un film qui coûtera huit millions et en rapportera dix, ils vous répondent : bye-bye ! Parce que ce qu'ils veulent, c'est dépenser deux cent millions pour gagner un milliard. Je ne peux pas m'aligner dans un monde où ils veulent que je leur rapporte huit cent millions. Je ne peux tout simplement pas. »

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire