John Landis en a gros

Christophe Foltzer | 25 novembre 2013
Christophe Foltzer | 25 novembre 2013

Dès lors qu'il s'agit de parler d'Hollywood, ce grand taré jovial de John Landis (Hamburger film sandwich, American College, The Blues Brothers, Le loup-garou de Londres... Ouais, c'est un peu la grosse classe), John Landis donc ne plaisante plus. Invité au Mar del Plata Film Festival en Argentine, le gaillard s'est un peu lâché sur l'industrie actuelle. Pour retrouver l'intervention en entier et en anglais (parce que c'est un peu long, mais passionnant) cliquez ici.

"Il n'y a pas d'idée originale. Le truc - et c'est ce que personne ne comprend - c'est qu'il n'a jamais été question de l'idée mais de la façon dont on exécute l'idée. Les studios ne sont maintenant plus que les sous-divisions d'énormes multinationales. 

[...]

Time Warner, British Petroleum, Sony, ce ne sont pas des compagnies, ce sont de putains de nations. Ce sont ces énormes entités internationales qui ne payent pas d'impôts. C'est ridicule. On dirait des pirates. Ils doivent vraiment être désespérés parce comme ils ne savent plus comment attirer les gens dans les salles, ils nous ressortent la 3D et tout ce genre de merdes.

[...]

C'est devenu commun aujourd'hui de dépenser plus d'argent dans le marketing d'un film que dans le film lui-même. Et donc la raison pour laquelle ils font toutes ces suites et ces remakes est qu'ils créent des marques, comme Coca-Cola. 

[...]

Il y aura toujours de bons films. C'est juste de plus en plus dur de les voir. Et comme les studios ne sont plus intéressés par faire de bons films - ce qui les intéresse ce sont les films qui attirent du public. Et donc vous avez des films comme Avatar, ou Gravity. C'est super à regarder mais, maintenant, est-ce que ce sont de bons films ? Non ! Mais c'est divertissant, c'est spectaculaire et techniquement époustouflant.

[...]

Tout a changé. Steve Jobs a détruit l'industrie de la musique. Il a décidé qu'une chanson valait 20 cents, comme ça (il claque des doigts) Boum. Détruit. Donc, tout a changé. Il n'y a pas de méchants. Personne ne maîtrise. Je comprends pourquoi ils sont effrayés. Toutes leurs décisions sont basées sur la peur."

 

 Euh.... Je t'aime ?

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire