La critique bistrot : Tous les espoirs sont permis

Laurent Pécha | 10 octobre 2012
Laurent Pécha | 10 octobre 2012

Depuis quelques semaines déjà, Ecran Large n'est plus invité aux projections de presse des films distribués par Metropolitan. La raison : certaines personnes, visiblement haut placées, n'apprécient pas les articles sur le box-office que Sandy écrit toutes les semaines. Et notamment la manière dont il commente les scores des films du dit distributeur. Bref, Ecran Large est méchant avec Metropolitan et Metropolitan lui fait payer en l'interdisant d'aller voir ses films en avance. Alors, et parce que tous les films Metro ne nous donnent pas envie de foncer le mercredi dans la première salle du coin, on a décidé de prêter l'oreille à ce qui se dit dans d'autres projections de presse et ainsi écouter nos confrères évoquer leurs impressions sur le film que l'on n'a pas pu voir. C'est donc parti pour notre première critique « bistrot ». Elle se porte sur Tous les espoirs sont permis.

 



Et c'est important de bien préciser le titre tant il s'avère que « c'est dur de le retenir ». Une journaliste avoue « qu'un coup j'ai envie de dire Tout peut arriver ou Il y a toujours de l'espoir ou encore Tout est permis, ce n'est pas bon signe pour un film tout de même ». Un conseil donc, apprenez bien le titre sinon à la caisse, vous risquez de rater Meryl Streep sur grand écran et vous retrouver face à Mila Kunis (qui a dit tant mieux ?).

Bon d'accord, une fois qu'on a assimilé le titre, ça donne quoi ce nouveau Meryl Streep justement ? Et la comédienne, elle est comment d'ailleurs ?

Dans le fond de la salle, on apprend qu'elle « surjoue tandis que Tommy Lee Jones semble ne pas jouer du tout. Et c''est dommage de ne pas voir assez Steve Carrell. »

Pour un autre, les comédiens seraient « chouettes » mais malheureusement au service « d'un téléfilm filmé sans invention ».  C'est d'ailleurs l'un des arguments qui revient souvent, celui d'être en présence « d'un schéma classique ».

Mais que se passe t-il vraiment dans ce Tous les espoirs sont permis. Est-on en présence d'une comédie ?

Justement, c'est de là que viendraient la surprise et l'étonnement. « Les scènes d'intimité sont assez surprenantes car plutôt dérangeantes ». Une autre critique surenchérit en avouant que « ça va loin quand même ». Et c'est effectivement au niveau des thèmes que le film semble gagner une certaine affection au point qu'un confrère avoue que la bonne idée est d'avoir su « parler de la sexualité des sexagénaires ». Et qu'importe alors si beaucoup semblent reprocher un « trop plein de bons sentiments » puisque l'œuvre semble avoir réussi à les « toucher par moments » et leur a permis de passer « un bon moment ». Bon « pas de là quand même à l'acheter en DVD ».

 

En conclusion, si on s'en réfère à nos confrères qui sont en bons termes avec Metropolitan (qui a dit pas de bol ?), il faut donc bien retenir le nom du film et se dépêcher d'aller le voir en salles car en vidéo, ça ne vaudra pas trop le coup de l'acheter.  Enfin, il ne faut pas être allergique à la Meryl Streep tendance Dame de fer et ne pas chercher un moyen de mettre ses zygomatiques à rude épreuve. Bonne séance !

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire