RoboCop, le remake qui pue du fion

Simon Riaux | 13 août 2012
Simon Riaux | 13 août 2012
Il existe des remakes brillants, intéressants, osés, inutiles, stupides, blasphématoires, sacrilèges, et enfin ceux de la pire espèce : les remake qui blairent méchamment du derche. Cette sous catégorie d'un genre mercantilement foireux semble sur le point de compter un nouveau membre dans son club foireux : le d'ores et déjà redouté Robocop version 2013 que réalise Jose Padhila, avec pour comédiens Joel Kinnaman, Samuel Jackson, et Hugh Laurie. C'est ce que l'on se dit en découvrant la réaction de Drew McWeeny sur Twitter à la lecture du scénario. Drew est plus connu sous le surnom de Moriarty, pseudonyme avec lequel signa de nombreuses chroniques du côté de chez Ain't it cool news.

« J'ai essayé de lire le remake de Robocop, mais au bout de 20 pages, mon nez à commencé à saigner et j'ai oublié comment je m'appelais.

Je vais réessayer dès que ma pression sanguine sera redescendue. Mais sérieusement les mecs, l'original était déjà parfait. Je vais partager ce détail particulier avec vous : quand Murphy est transformé en Robocop 1.0, il est décrit comme une version High Tech du modèle des années 80. Après quoi on voit un groupe de criminels se moquer de son design : « il a l'air d'un jouet des années 80 ! » Du coup ils le transforment en Robocop 2.0, pour qu'il ait l'air plus méchant, ce que confirme le groupe de criminels. Donc, ils ne se contentent pas d'inclure l'original, ils prennent soin de la qualifier de daté et stupide. “ Facepalm“. Préparez-vous à un tas d'autres détails hilarant. Robocop est made in China. Nous découvrirons le ED-209 sur le terrain en Iran, où il est utilisé pour maîtriser des kamikazes...

En bref : Ce script me fait mal au bide. Très mal.

Ah et là, ils viennent de lâcher le Robocop 3.0 dans un campement d'Al Quaeda pour voir ce qui se passe. Page 54, on en est déjà à la quatrième version de Robocop, qui ressemble à « un flic sous stéroïdes repeint en bleu métal. » Oh mon dieu... oh seigneur, Robocop devient un Transformer. Il passe du “social mode“ au “combat mode“. Transformation totale.

Je vais aller dans le jardin et crier sous la lune un moment. Mon cerveau a besoin d'une douche. »

Nous n'irons pas plus loin par respect pour ceux qui voudraient garder encore quelques mystères quant au contenu de cette grosse bousasse annoncée, sachez toutefois que Drew continue encore à décortiquer le script, arrivant jusqu'à la conclusion que malgré des séquences d'action prometteuses, après lecture de ce scénario, tous les critiques de Total Recall : mémoires programmées auront envie de demander pardon à Len Wiseman. Quand on voit la nullité du film réalisé par ce dernier, il n'est pas interdit d'avoir envie de pleurer...

 

 

 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire