Ernest Borgnine est mort

Laurent Pécha | 9 juillet 2012
Laurent Pécha | 9 juillet 2012

Les membres de la horde sauvage viennent de l'accueillir auprès d'eux. On a appris ce dimanche soir la mort d'Ernest Borgnine à l'âge de 95 ans. Le comédien qui souffrait depuis longtemps des reins, nous laisse avec une multitude de souvenirs tant il aura su traverser les âges et les supports audiovisuels. Certains se rappelleront de son duo avec Jan-Michael Vincent dans Supercopter, série qui fit les beaux jours de la 5 mais c'est au cinéma que l'acteur aura su rendre mythique son incroyable trogne. Il fut ainsi l'un des grands artisans du chef d'œuvre de Sam Peckinpah (La Horde sauvage).

 

 

 

Il fit partie  dans le rôle d'un général complice, des Douze salopards, lui, qui une dizaine d'années auparavant, se fit remarquer en cassant la gueule à Frank Sinatra dans Tant qu'il y aura des hommes. Un Sinatra qu'il se permit de battre à la surprise générale, tout comme James Cagney, James Dean et Spencer Stracy - excusez du peu -, en remportant en 1956 l'Oscar du meilleur acteur pour Marty. Une récompense qui ne lui donna pour autant pas le droit d'avoir les premiers rôles. Bien au contraire, la carrière d'Ernest Borgnine fut marquée de ces seconds rôles inoubliables qu'Hollywood affectionne. On se rappelle notamment de lui en père viking aux côtés de Tony Curtis et Kirk Douglas dans Les Vikings de Richard Fleischer, en passager d'un paquebot en péril dans L'Aventure du Poséidon ou encore en chauffeur de taxi beau parleur dans le New York 1997 de John Carpenter.

 

N'ayant jamais voulu cesser de tourner tant il trouvait que la caméra avait l'effet sur lui d'une cure de jouvence, Ernest Borgnine a finalement tiré sa révérence et l'expression galvaudée « c'est tout un pan de l'histoire du cinéma qui s'en va avec lui » a rarement paru aussi juste.

 

  Cérémonie en l'honneur de la carrière d'Ernest Borgnine



 
Marty (1956)
 
 
 
 
 
 
 
New York 1997 (1981)
 
 

 

Générique de Supercopter

 

 

 

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire