Rob Zombie abandonne l'horreur !

Simon Riaux | 20 juin 2012
Simon Riaux | 20 juin 2012
Rob Zombie abandonne le cinéma d'horreur. Sortez les mouchoirs mes bonnes dames, jetez les chérubins par les fenêtres et brûlez les das, le pape de l'horreur american made nous laisse devant un écran vide, comme autant d'orphelins. Il est difficile de croire que le réalisateur de La Maison des 1000 morts, The Devil's Rejects, les deux remake d'Halloween, et bientôt The Lords of Salem se détourne du genre où il semble comme un poisson dans l'eau, et pourtant...

Rob s'attaque au biopic d'une star du hockey et de son équipe, la Philadelphia Flyers Hockey Team. Point de panique toutefois, certains éléments clefs de ce récit correspondent parfaitement aux goûts et aspirations du metteur en scène. On pense bien évidemment à la violence inhérente à ce sport venu du froid, ainsi qu'au côté redneck un chouïa prononcé d'une part du public et des joueurs, et si l'on ajoute que l'action se déroulera durant les années 70, on voit de manière assez évidente la connexion entre le projet et l'univers white trash perpétuellement dépeint par l'artiste. Il définit lui-même le film en ces termes : « la rencontre Rocky et Boogie Nights, sur la glace. »

Soudainement, voilà que l'on place les espoirs les plus fous dans ce long-métrage sorti de nulle-part.

 

 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire