Ce qu'aurait pu être The Walking Dead...

Simon Riaux | 10 janvier 2012
Simon Riaux | 10 janvier 2012

Franck Darabont se remet plutôt bien de son départ/éviction du show le plus suisse des U.S.A. Le très longuet Walking dead. Débarqué à mi-chemin du tournage de la seconde saison, l'absence du showrunner avait fait couler beaucoup d'encre. Il devrait retrouver prochainement ce poste pour un sujet radicalement différent, intitulé L.A. Noire. Rien à voir avec le célèbre jeux vidéo chroniqué dans ces colonnes, quoique. Il y sera question de la guerre que mena le L.A.P.D. contre la mafia dans les années 50. Frank doit pour le moment en diriger le pilote, après quoi il rejoindra l'équipe de production, si le projet voit le jour sans encombres.

 

 


 

 

Parallèlement, Franck a confirmé aux petits gars d'Ain't It Cool News quelle avait été sa vision de l'ouverture de la deuxième saison de Walking Dead. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que ses projets originaux étaient autrement plus entraînant et épiques que ceux retenus par la production. « Je voulais attaquer cette deuxième saison avec un épisode flashback de ce que Sam a décrit, on y aurait suivi une unité de Rangers piégé dans Atlanta, tentant de survivre à la chute de la ville. L'idée était de faire ça en restant concentré sur une mise en scène très immersive. Pas en utilisant la shaky-cam à tout bout de champ, mais en ayant un rendu un peu plus cru, moins propre que le reste de la série. On aurait commencé avec une équipe de sept ou huit soldats lâchés en ville par hélicoptère. Ils ont des coordonnées à rejoindre, ils doivent venir en renfort d'une place forte. Ce n'est pas une mission spéciale, c'est simplement de l'envoi de troupes afin de maintenir la sécurité des principaux axes et centres névralgiques de la ville. Nous les suivons à partir du moment où l'hélico les largue. Ils n'ont qu'à traverser une douzaine de pâtés de maisons, mais ce qui commence comme une opération sans prise de tête du genre “la zone est sécurisée“ se transforme en “bordel de merde, on a perdu le contrôle c'est la fin du monde.“ Notre équipe se retrouve bloquée à chaque intersection, et doit rapidement s'inquiéter de sa survie. Je voulais faire quelque chose d'intense, basé sur les personnages, alors que les communications cessent, les vivres sont perdus, les routes d'évacuation sont coupées, la morale s'écroule, le leadership disparaît, les mutineries menacent, etc. Bien sûr cette approche à une dette spirituelle envers nombre de grands films, notamment Southern Comfort de Walter Hill. »

Ainsi, les militaires auraient-ils dû croiser la route de certains des personnages connus des téléspectateurs, pour que le dernier d'entre eux aille finalement s'enfermer dans le tank où se retrouvera Rick à la fin du premier épisode. Blessé, l'ultime combattant y sortait une grenade pour se suicider, avant d'être interrompu par sa transformation en zombie. Donc, pour résumer, The Walking dead saison 2 aurait pu contenir de la tension, de l'action, et du démasticage de zombies, soit exactement ce qui manque au show. Mais qui a viré Frank Darabont ?

 

 


 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire